Politique

Made in Congo: Kambinga présente un pays au-delà du mining

Pour le ministre de l’Industrie, la RD-Congo est une terre d’espérance, un marché de plus de 75 millions d’habitants, un espace politique dans une phase de stabilisation définitive, une sécurité qui est de plus en plus une réalité, bref, c’est l’endroit idéal pour investir dans divers secteurs
Le marché Made in Congo, à la Place de la gare, c’est au-delà de la simple exhibition des produits fabriqués en RD-Congo ou par des RD-Congolais. Cette foire donne également la possibilité aux entrepreneurs RD-congolais d’échanger avec les investisseurs internationaux. Dans ce cadre, lundi 27 juin 2016 à l’Hôtel Béatrice, le ministre de l’Industrie, Germain Kambinga Katomba -GKK- a ouvert le forum Excellensa. Véritable rencontre B2B, ces assises professionnelles mettent sur une même table les agents à besoin de financement et ceux à capacité de financement. A l’issue de ces échanges, Kambinga, l’initiateur, s’attend à des partenariats avec les différents fonds d’investissement présents dans la salle pour le bonheur des nationaux. «Il est inévitable pour nous, si nous voulons véritablement envisager un redressement productif national, de recourir à des financements extérieurs. La démarche que nous entreprenons aujourd’hui est celle de dire aux uns et autres que la RD-Congo, au-delà du mining, c’est un Etat productif qui mérite d’avoir un regard plus attentif des investisseurs extérieurs», a-t-il rassuré.
A l’initiative du ministre de l’Industrie, Germain Kambinga, les agents à besoin de financement côtoient les agents à capacité de financement depuis lundi dernier à Béatrice Hôtel. Le souhait est que plusieurs opportunités naissent de ce Forum B2B dont celle de nouer des partenariats entre les entrepreneurs RD-congolais et les investisseurs internationaux. En mettant en contact ces nationaux avec les internationaux, Germain Kambinga vise à vendre une autre image du pays qui est désormais un espace productif.
KambiIl entend également faire la promotion de son leitmotiv: le Made in Congo. Sa démarche tient aussi à présenter, au-delà du mining, d’autres secteurs dans lesquels les entrepreneurs peuvent investir. Parlant du secteur de la panification, le ministre révèle qu’une boulangerie comme UPAK réussit quotidiennement à écouler deux millions de pains pendant que sa concurrente, Pain victoire, en vend six millions. «Je ne pense pas, à moins d’être majeur d’une industrie de mines, qu’on puisse faire ça en termes de revenus», constate-t-il avant d’évoquer le pouvoir d’achat des femmes et leur intérêt pour le cosmétique.
«C’est un marché important», s’exclame-t-il. À en croire ses propos, non seulement la RD-Congo est un grand marché mais les autorités font tout leur possible pour rendre le pays attractif. «Nous disons aux investisseurs extérieurs qu’il y a un grand marché en RD-Congo. Il y a aussi un Etat qui fournit d’énormes efforts pour améliorer le climat des affaires. Nous parlons de l’accompagnement juridique avec la réduction des tracasseries administratives, la mise en place du guichet unique de la création d’entreprises et du guichet unique du commerce extérieur. Ce sont-là autant d’évolutions qui démontrent notre volonté réformatrice», signale-t-il.
Conscient, Germain Kambinga affirme que la problématique infrastructurelle relève de la responsabilité de l’Etat. Pour lui, d’une manière générale, si les conditions ne sont pas encore totalement en place, elles sont en voie de l’être. Le tout, dans le but de rencontrer la vision du Chef de l’Etat qui est celle de faire de la RD-Congo un pays émergent à l’horizon 2030. «Il y a un véritable engagement du gouvernement dans la résolution de la problématique de l’énergie. Le grand projet Inga III est dans sa phase de finalisation. Des efforts de réformes et d’accompagnement sont à l’ordre du jour», insiste-t-il.
Quoi de plus de normal que le ministre de l’Industrie exhorte ces entrepreneurs: «Si vous voulez investir quelque part, c’est en RD-Congo qu’il le faut. Si vous voulez mettre de l’argent, c’est ici et maintenant. Nous sommes un marché de plus de 75 millions d’habitants, un espace politique dans une phase de stabilisation définitive, une sécurité qui est de plus en plus une réalité, une population qui devrait atteindre 100 millions d’habitants les dix prochaines années». Bref, pour le ministre de l’Industrie, la RD-Congo est une terre d’espérance.
Barick BUEMA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer