Dossier à la UnePolitique

RDC : Réuni autour de Joseph Kabila pour ses 20 ans, le PPRD annonce un Congrès en mai

Le prochain Congrès est l’occasion d’écarter de la direction du parti Ramazani Shadary, considéré par certains ténors comme symbole de l’échec…

31 mars 2002-31 mars 2022. Ça fait 20 ans depuis que le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie -PPRD- a été créé. À cette occasion, rares sont en effet les raisons de se réjouir côté sociaux démocrates trois ans après la défaite de leur candidat à la présidentielle de 2018, Ramazani Shadary, un an après la dislocation de la coalition avec le président Félix Tshisekedi, caractérisée par la destitution, tour à tour, du premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba et de la speakerine de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda ainsi que le ralliement à l’Union sacrée de la plupart de ses députés et gouverneurs…

À la place des festivités auxquelles cette formation politique avait habitué les RD-Congolais pendant ses douze ans de règne, une cérémonie sobre doublée d’une réunion du Bureau politique autour de l’initiateur, le président de la République honoraire Joseph Kabila. À en croire un tweet de Patrick Nkanga, un des membres de cet organe du parti, la rencontre a été dédiée à «un état des lieux sans complaisance» et la décision de convoquer le Congrès au mois de mai.

«À l’occasion des 20 ans du PPRD, il s’est tenu une réunion du Bureau politique du PPRD autour du Camarade Président Joseph Kabila. Il s’est agi d’un état des lieux du parti sans complaisance et de la décision du BP de convoquer le Congrès, au mois de mai», a posté Nkanga sur Twitter.

Ramazani Shadary a, pour sa part, soutenu que le parti a un bilan alors que certains ténors, parmi les plus importants, ont souhaité la mise à l’écart, à l’issue du Congrès, de cette figure devenue synonyme de débâcle. Le PPRD a vu le jour le 31 mars 2002, autour de Joseph Kabila, arrivé au pouvoir un an plus tôt, et de près de 250 autres personnalités, notamment Vital Kamerhe. Ce dernier en est devenu le deuxième Secrétaire général en 2004, succédant à Tshikez Diemu en place depuis 2002.

Après l’élection présidentielle de 2006 remportée par Joseph Kabila, les élections législatives de 2006 ont vu la victoire de l’Alliance pour la majorité présidentielle -AMP- de Joseph Kabila, qui a raflé près de 200 sièges, dont 111 pour le PPRD.  Kamerhe est élu le 28 décembre 2006 président de l’Assemblée nationale mais à la suite d’une crise avec Joseph Kabila, il est évincé au profit du professeur Evariste Boshab, son successeur au parti et au perchoir.

En dehors de Kamerhe, devenu président de sa propre formation politique, l’Union pour la nation congolaise -UNC, le PPRD a connu une autre défection historique après le départ de Moïse Katumbi, gouverneur de la province du Katanga de février 2007 au 29 septembre 2015, personnalité importante du parti, qui avait soutenu Joseph Kabila en 2006 et 2011. Katumbi a démissionné du gouvernorat et du PPRD avec dans sa suite un grand nombre d’autres cadres de la coalition au pouvoir. Il a rejoint l’Opposition depuis.

La dernière vague de lâchages a eu lieu fin 2020-début 2021, quand 42 députés du PPRD et certains gouverneurs, entre autres Gentiny Ngobila de Kinshasa et Jacques Kyabula du Haut-Katanga, ont décidé de quitter le FCC pour l’Union sacrée pour la nation du nouveau président de la République, Félix Tshisekedi.

Natine K.

Articles similaires

Fermer
Fermer