Politique

L'urbanisme spolie le Révérend Kim

Le ministre des ITPR, Fridolin Kasweshi
Le ministre des ITPR, Fridolin Kasweshi
Le conservateur de la Lukunga a beau confirmé l’authenticité du certificat d’enregistrement jadis délivré à Ahagba Nzapada couvrant la
parcelle 3071 du plan cadastral de la Gombe, aujourd’hui rachetée et relookée par le pasteur et homme d’affaires coréen, le SG ai à
l’Urbanisme décidé la louer à un général de la Police 
Aux Affaires foncières, tous les documents légaux et les archives
l’attestent: la parcelle sise Uvira 56 ou 3071 du plan cadastral de la
commune de la Gombe fut bel et bien une propriété de Ahagba Nzapada,
fils de l’ex-général Nzimbi, rachetée à l’Etat, notamment au ministère
du Portefeuille, en 1995. Elle fut jadis couverte par le certificat
d’enregistrement Vol. AL 346 Folio 118, aujourd’hui annulée en faveur
du certificat d’enregistrement Vol. AI. 495 Folio 163 dûment établi
par le ministère des Affaires foncières après l’acte de vente passé le
23 septembre 2013 entre Ahagba Nzapada et le Coréen Kim Kyung,
administrateur des sociétés, propriétaire de la chaine de télévision
CEBS -Congoleze education broadcasting system- et promoteur de
l’Université Révérend Kim et des établissements d’enseignement
primaire et secondaire du même nom.
Coup de théâtre: après avoir
totalement retapé l’immeuble destiné à abriter un hôpital et des
services de la Faculté de médecine de son Université, Kim est victime
d’une tentative d’expropriation et d’un trouble de jouissance. Au banc
des accusés: le Secrétaire général a.i à l’Urbanisme et Habitat,
Thérèse Bafalanga Atosa, qui aurait donné l’immeuble en location au
général PNC Célestin Kanyama. Dépité, Kim demande d’être rétabli dans
ses droits tout en cherchant à savoir par quelle alchimie Thérèse
Bafalanga a pu remettre cette propriété dans le parc immobilier de
l’Etat. Voilà une faille profitable aux tenants de la thèse selon
laquelle il n’est pas sûr d’investir en RD-Congo.
Thérèse Bafalanga s’est déconsidérée. Son initiative est indue et
suspecte. Elle encourage une occupation illégale et porte atteinte aux
droits garantis aux particuliers. Et pour cause: le Secrétaire général
ai à l’Urbanisme et Habitat a fait fi de la suite que le Conservateur
des Titres immobiliers de Kinshasa-Lukunga, Gracia Kavumvula, a
réservée à son courrier n°MIN.AT.UH.TTPR/SG-UH/DIV.UN/1215/KGF/2013 du
09 août 2013 portant <<Opposition à l’établissement des titres
parcelles n°56, Avenue Uvira, commune de la Gombe>>. Cette réponse est
sans équivoque: <<J’ai l’honneur d’accuser bonne réception de votre
pré-rappelée en objet et de porter à votre connaissance qu’il ressort
des Archives en ma possession que la parcelle 3071 du plan cadastral
de la commune de la Gombe est enregistrée au nom de Monsieur Ahagba
Nzapada suivant le certificat d’enregistrement volume AL 346 Folio 118
établi en date du 23/05/1995, à la suite d’un acte de vente notarié
entre la RDC, représentée par le ministre du Portefeuille, et le
précité>>, a fait savoir le conservateur de la Lukunga, le 6 septembre
2013.
L’arnaque à plein nez
Le fonctionnaire des Affaires foncières est donc resté constant parce
que dix mois plus tôt, soit le 26 novembre 2012, il avait fourni les
mêmes indications à la faveur de la réquisition d’information
n°4920/RMP.4921/PG/BLM du 14/11/2012 lui transmise par le substitut du
Procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe, Bonheur
Luntadi Madi, lui aussi intéressé par l’authenticité et l’existence du
certificat d’enregistrement sus-évoqué. En réponse, Grace Kavumvula a
eu ces mots: <<Monsieur le Substitut, faisant suite à votre réquisition
d’information sus-référencée, j’ai l’honneur de porter à votre
connaissance qu’après vérification dans nos archives ainsi que le
registre journal, il appert que la parcelle n°3071 du plan cadastral
de la commune de la Gombe couverte par le certificat d’enregistrement
Vol. AL 346 Folio 118 est une propriété de Sieur Ahagba Nzapada
suivant le contrat de concession perpétuelle conclue avec la
République Démocratique du Congo en date du 22 mai 1995. Telle est la
situation juridique de cette parcelle>>.
Voici que le conservateur a clairement répondu à la réquisition du
Parquet, donc de la Justice, et à la lettre d’opposition à la mutation
initiée par le SG ai à l’Urbanisme et Habitat. Voici que le dossier de
la parcelle Uvira 56 est clean et ne doit souffrir d’aucune
contestation ni suspicion de la part des services compétents du
ministère des Affaires foncières. Donc la vente conclue entre le fils
Nzimbi et le Révérend Kim n’est pas discutable parce que le nouveau
certificat d’enregistrement délivré à Kim l’a aussi été par les mêmes
services du cadastre de Kinshasa-Lukunga. La mise en location de cette
parcelle au profit du général Kanyama sent donc l’arnaque à plein nez.
Raison: Thérèse Bafalanga affirme que la villa appartiendrait à l’Etat
sans fournir aucune preuve. S’il se plaint déjà du mauvais climat des
affaires, Kim a résolu de se faire entendre devant les juridictions
compétentes. Via son avocat, il a saisi la Justice sous RC 109.585
devant le Tribunal de Grande instance de la Gombe. Son voeu le plus
ardent: obtenir le déguerpissement de l’Etat RD-congolais ainsi que sa
condamnation au payement des dommages et intérêts colossaux.
YA KAKESA
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer