Politique

Les jeunes de l’UDPS demandent aux formations politiques de promouvoir la démocratie

L’affaire des présumés députés corrompus et sénateurs corrupteurs continue à faire couler encre et salive. Depuis que Félix Tshisekedi, président de la RD-Congo, a pris la décision de sursoir le Senat, les réactions fussent de tout bord. Les uns, saluent cette décision pendant que d’autres crient au non respect de la constitution. Dans le souci d’apporté leur pierre à ce débat, la Ligue de jeunes de l’Union des démocrates pour le progrès et le social -UDPS-  s’est réuni mercredi 20 mars dernier, au siège dudit parti politique. A cette occasion, ces derniers invitent toutes les formations politiques à promouvoir la démocratie et entretenir le respect mutuel pour maintenir un climat favorable pour le développement du pays.

Les élections sénatoriales viennent de briser l’amitié entre Cap pour le changement -CACH- et le Front commun pour le Congo -FCC. Entendre les déclarations émanant du FCC, l’inimitié saute aux yeux. La classe politique est divisée en deux. D’aucuns se demande jusqu’où ira ce bras de fer. Réunis le mercredi 20 mars 2019 au siège du parti, les jeunes de l’UDPS déclarent avoir suivi avec attention les élections des sénateurs. Ces jeunes affirment avoir observé les dénonciations de corruption venant presque de partout. Dans une déclaration publiée à cette occasion, ces derniers  affirment, qu’ils ont pris acte de la décision du chef de l’Etat prise à l’issue de la réunion interinstitutionnelle consistant à suspendre l’installation des sénateurs. Se disant soucieux de la paix sociale, ils appellent les politiciens à la promotion de la démocratie et au respect mutuel qui va privilégier le développement de la RD-Congo. «Nous demandons à toutes les formations politiques de promouvoir la démocratie et d’entretenir le respect mutuel pour maintenir un climat favorable au développement de notre pays», ont-t-ils laissé entendre. Pour arriver à faire cela, «les politiciens doivent  faire passer les intérêts du peuple en premier tel que stipulé dans ce que l’on qualifie du testament d’Etienne Tshisekedi «le peuple d’abord».», ont-ils conclu tout en sensibilisant les politiciens RD-Congolais au patriotisme.

Mymye MANDA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer