PolitiqueSociété

Les femmes du Front du peuple décrètent mars mois du dialogue

Elles luttent pour que ce rendez-vous politique se tienne conformément à l’Accord cadre d’Addis-Abeba sous la médiation de la communauté internationale et respecte également les délais constitutionnels quant à l’organisation des élections présidentielle et législatives 2016
Attirées par la politique active, les femmes du Front du peuple, une plateforme politique de l’opposition RD-congolaise qui soutient la tenue du dialogue national appuyant les idées d’Etienne Tshisekedi sur ce dialogue politique se sont données rendez-vous mardi 15 mars à l’hôtel Africana Palace dans la commune de Lingwala. Motif : lancer les activités du mois de la femme. A cet effet, elles ont annoncé l’organisation d’un séminaire de deux semaines axé sur le dialogue politique. Elles estiment que la femme doit accompagner l’homme dans ce qu’il fait afin de déclencher un développement intégral de la RD-Congo car l’homme ne peut pas vivre sans la femme et vis-versa. Leur combat est de sensibiliser les autres femmes afin qu’elles s’intéressent à la politique active en vue d’atteindre le quota de 50% dans les instances de prises de décision. Elles ont décrété le mois de la femme, mois du dialogue.
Le 08 mars de chaque année est dédié à la célébration de la journée internationale de la femme. A cette occasion, la femme RD-congolaise n’est pas restée en marge de ces festivités qui consacrent une lutte acharnée de toutes les femmes afin d’obtenir leur revalorisation dans la société dont elles sont l’un des principaux artisans. Au plan national, les femmes du Front du peuple se joignent à toute la junte féminine RD-congolaise pour commémorer cette journée autour du thème «Appliquons la parité homme et femme maintenant dans paix pour le développement durable d’ici 2030». Dans cette logique, elles se sont réunies à Kinshasa mardi 15 mars 2016 pour lancer les activités liées à la commémoration du mois de la femme. Au vu des enjeux politiques actuels, elles ont annoncé que leurs activités tourneront autour du dialogue politique. Elles ont décrété mars mois du dialogue.
Au cours de la cérémonie de lancement des travaux, Jean-Pierre Lisanga Bonganga, coordonnateur du Front du peuple, a fait savoir que cette plateforme qui appuie d’Etienne Tshisekedi Wa Mulumba souhaite bonne fête aux femmes et les encourage à s’approprier le dialogue national. «Je suis heureux et fier de votre initiative de festivités axées sur Mois du dialogue inclusif et transparent sous la médiation de la communauté internationale en se basant sur l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et les résolutions de l’ONU», s’est prononcé Lisanga. Plusieurs femmes ont pris la parole pour développer plusieurs sous-thèmes en rapport avec la femme et le dialogue.
La première à prendre la parole, Pascaline Kudura, présidente des mamans du Front du peuple. Elle a axé son intervention sur «Mois de mars, mois du dialogue». Remontant à l’organisation des élections présidentielle et législatives controversées en novembre 2011, Pascaline Kudura a fait savoir que le régime en place n’a pas manifesté la bonne pour appliquer l’Accord-cadre d’Addis-Abeba signé par le président Kabila lui-même. Ce dernier décide d’organiser tardivement le dialogue à quelques mois du terme de son mandat. Et de poursuivre que le pays qui voulait presque dans sa grande majorité l’organisation du dialogue immédiatement après les résultats controversés des scrutins de novembre 2011 est tiraillé entre deux courants, opinions toutes opposées les unes aux autres.
Selon elle, d’un côté, se présentent ceux qu’on appelle les pro-dialogues, «Wumela», favorables au dialogue convoqué par Joseph Kabila. Et de l’autre se dressent les pro-dialogues, «Yebela», favorables au dialogue global et inclusif sous la facilitation ou la médiation internationale, mais surtout attachés à l’organisation des élections présidentielle et législatives dans le délai constitutionnel. «Le Front du peuple évolue au sein de ce 2ème groupe tel que le veut notre autorité morale Etienne Tshisekedi conformément à sa feuille de route», a précisé Pascaline Kudura avant de marteler que le 3ème groupe ne veut plus rien entendre du dialogue et s’en tient au strict respect de la constitution.
«Le 2ème groupe dit Dialogue Yebela dénonce le dialogue convoqué par Joseph Kabila en estimant qu’il favoriserait le glissement permettant à celui-ci de rester au pouvoir au-delà du délai constitutionnel et surtout avec l’intention manifeste de modifier la constitution par un référendum en sollicitant carrément un autre mandat dans une nouvelle République», a évoqué Pascaline Kudura.
Pour Denise Lupetu, présidente de la Ligue des femmes de l’UDPS qui conduisait une forte délégation de son parti à cette cérémonie, le Front du peuple doit faire preuve de constance, fidélité et dignité dans son soutien à Etienne Tshisekedi. «Vous le soutenez, faites comme lui en restant loyaux et fidèles pour défendre les intérêts de la République et non les intérêts individuels», a-t-elle lancé. Ces festivités se clôtureront dans deux semaines.
Octave MUKENDI         
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer