Politique

Le MJC appelle à la mise en place des vraies cartes d’identité

Bienvenu Bambale, président fondateur du Mouvement de la jeunesse congolaise -MJC- estime que l’acquisition de la nouvelle carte d’électeur, faisant d’office de la carte d’identité, n’est pas sécurisée. Il constate que, dans cette condition de largesse sécuritaire, tout le monde voire des étrangers peut s’octroyer la carte d’identité. Il appelle les autorités à mettre à la disposition de la population des vraies pièces d’identité.
Depuis 2006, la population RD-congolaise se sert de la carte d’électeur comme pièce identité. Une situation qui exaspère Bienvenu Bambale, président du MJC, qui estime que les RD-Congolais ne peuvent pas continuer à utiliser cette carte d’électeur comme pièce d’identité car, à son avis, ce document ne remplit pas toutes les normes de sécurité, surtout au moment de son acquisition. «A la fin de l’enrôlement, on m’a remis un document qu’on appelle carte d’électeur. Il s’agit d’un bout de papier cartonné, imprimé par une imprimante lambda et plastifié. Un document non sécurisé, n’ayant ni filagramme ni bio-gramme. Et on m’a dit que ça va me servir de carte d’identité après les élections», raconte Bienvenu Bambale, visiblement étonné. Il souligne qu’une carte d’identité est un document important pour la sécurité territoriale.
«Je vis en France; lorsqu’on parle d’une carte d’identité, je comprends ce qu’elle vaut. Plusieurs personnes dans ce pays-là n’en ont pas. Quand je vois la nôtre, je regrette. Son obtention est aussi facile que sa fabrication. N’importe quel étranger peut l’avoir, s’il veut», regrette Bienvenu Bambale. Ce dernier invite les autorités publiques à mettre à la disposition de la population une vraie carte d’identité. Selon lui, la RD-Congo est le seul pays au monde où la population ne dispose pas d’une carte d’identité. «Le feu Mzée Laurent-Désiré Kabila avait mis en place une monnaie, le Franc congolais. Pourquoi, il semble à ce jour difficile de doter la RD-Congo d’une pièce d’identité», s’interroge-t-il. Bienvenu Bambale révèle que la CENI enrôlerait mêmes les mineurs de 16 ans, alors qu’ils ne sont éligibles au vote. Pour Bienvenu Bambale, la CENI devrait entendre que ces enfants atteignent 18 ans. «On les enrôle parce qu’il compte organiser les élections dans deux ans ou pour qu’ils votent à leur faveur?», se questionne-t-il.
La paix comme préalable
Le président du MJC propose à la CENI d’arrêter les enrôlements et d’améliorer la sécurité de la carte d’identité qu’elle mettra ensuite à la disposition de la population. Par rapport à l’organisation des élections, Bienvenu Bambale évoque des obstacles pouvant entraver la tenue des élections. «Mon souhait est que les autorités fassent de leur mieux pour organiser les élections dans le délai», prie-t-il, tout en identifiant l’insécurité, dans la capitale, causée par les évadés de l’ex-Prison de Makala circulant librement dans les rues, comme un danger pour la tenue des élections.
«Ces gens constituent un vrai danger pour l’organisation des élections», déclare Bambale. Concernant le Budget proposé par le Premier ministre Bruno Tshibala, il estime qu’entre les dires du Premier ministre et la réalité, c’est la grande faussée. Le jour et la nuit. «J’ai suivi le projet de Bruno Tshibala passant de USD 4 à 8 milliards, je pense qu’il n’aura pas assez des ressources financières pour organiser les élections, au moment où ils évoquent l’ingérence de l’extérieur», commente Bienvenu Bambale. Quant à la visite du Chef de l’Etat, Bienvenu Bambale pense qu’il s’agit d’une bonne chose dans la mesure où cette visite peut aider à la pacification de cette région du pays et à baliser les voies pour les élections.
Mymye MANDA 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer