Le fauve Bahati et l’AFDC très remontés contre Albert Yuma

0

L'autorité morale de l'AFDC, Modeste Bahati
L’autorité morale de l’AFDC, Modeste Bahati

Le parti de Modeste Bahati observe que la FEC parait soutenir le Chef de l’Etat tout en l’exposant au même moment dans plusieurs phrases de son discours ignorant que le programme du gouvernement émane du président de la République et il est exécuté par le présent gouvernement sous la supervision du chef de l’Etat
Le président de la Fédération des entreprises du Congo -FEC-, le Président du conseil d’administration -PCA- et administrateur à la Banque centrale du Congo, Albert Yuma a, au cours d’une cérémonie d’échange de vœux, tiré à boulets rouges sur le gouvernement Matata. Il a, par la même occasion, remis en cause les performances économiques réalisées par le Premier ministre, Augustin Matata Ponyo sous la supervision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. Du coup, il pleut des bombes sur Yuma.
Les missiles fusent de partout. Le dernier est date a été tiré depuis l’état-major kinois de  l’Alliance des forces démocratiques du Congo -AFDC-, parti de Modeste Bahati, membre de la Majorité présidentielle qui s’est senti directement concerné par ces accusations. Si Bahati a envoyé ses troupes s’en prendre directement à Yuma, le fauve  s’est personnellement occupé du président de la FEC au sortir d’une audience lui accordée par le Premier ministre Matata Ponyo.
L’AFDC et son autorité morale, le ministre Modeste Bahati Lukwebo, sont très remontés contre Albert Yuma, le président du patronat, le PCA de la Gécamines et l’administrateur de la BCC, qui s’est illustré par des pamphlets contre le Gouvernement Matata dont il a récemment dénié les performances économiques. Bahati et sa légion sont d’avis que les prouesses du PM et son Cabinet dépassent les frontières nationales et sont notoires.
Ils se sont chargés de le faire savoir à Yuma en ces termes: «Le président de la FEC prétend avoir analysé la situation socio-économique, politique et sécuritaire de l’heure et avoir constaté que le gouvernement actuel a multiplié les échecs. Cette regrettable déclaration est en flagrante contradiction avec les divers rapports des partenaires tant bilatéraux que multilatéraux dont le Fonds monétaire international -FMI-, la  Banque mondiale et la Banque africaine de développement -BAD- ainsi que tant d’autres. Sans oublier les agences de notations  internationales en l’occurrence Standar & Poor et Moody’s. Tout ce monde atteste la solide performance économique affichée par la RD-Congo voilà maintenant quatre ans», a rappelé le SG Justin Pascal Rukengwa Bahizire. Le n° 2 de l’AFDC n’est pas allé par le dos de la cuillère. Il a évoqué plusieurs domaines de la vie quotidienne pour lesquels les actions du gouvernement Matata sont sans appels.
Il a notamment cité les secteurs de l’électricité, de l’eau, de l’éducation, de la santé, des infrastructures de base, de nouvelles technologies de l’information et de la communication. A cette liste, Justin Pascal Rukengwa en a ajouté d’autres sur le plan politique, diplomatique, militaire et judiciaire, la gestion des ressources naturelles, la fonction publique, le monde des affaires et de l’amélioration du climat des affaires ainsi que le secteur social.
«Qui ignore que la stabilité monétaire, la baisse drastique de l’inflation, la maitrise du taux d’échange, la sécurité juridique, la construction des infrastructures économiques, technologiques et sociales, l’offre d’emploi et l’accroissement de l’énergie, la provision suffisante en devises et la bonne gouvernance des finances publiques profitent en premier lieu aux entreprises censées être représentées par la FEC?», s’est-il interrogé. Le SG Rukengwa a exhorté Albert Yuma à être clair et a levé toute équivoque parce que tout porte à croire que la FEC s’est muée en un syndicat ou en un parti de l’Opposition mal informé.
«L’AFDC observe que la FEC parait soutenir le chef  de l’Etat tout en l’exposant au même moment dans plusieurs phrases de son discours ignorant que le programme du gouvernement émane du président de la république et il est exécuté par le présent gouvernement sous la supervision du chef de l’Etat», a-t-il signalé.
Ces propos laissent entendre que les déclarations d’Albert Yuma visent indirectement Joseph Kabila Kabange. Malgré cette forte riposte, l’AFDC demeure réaliste en estimant que l’impact de la performance économique du gouvernement Matata ne se traduit pas encore suffisamment en amélioration de condition de vie de la population en raison de l’emprise du gouffre économique des années antérieures mais cela ne saurait tarder. Qu’à cela ne tienne, l’AFDC félicite et encourage Matata Ponyo avec toute son équipe de continuer sur ce même chemin en assumant toutes ses responsabilités régaliennes sous l’impulsion du chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange.
Barick BUEMA 

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom