ActualitésNationPolitique

Le REPAR prépare sa feuille de route aux Cop

Le Réseau des parlementaires pour la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale -REPAR-AC- se réunit à Kinshasa, capitale de la RD-Congo, dans un atelier sous régional de validation des notes de position des parlementaires aux Cop sur la biodiversité et sur le climat et de validation de la stratégie du Réseau de mise en œuvre du concept «Une seule santé». Ouvertes par le rapporteur adjoint de l’Assemblée nationale, Colette Tshiomba, ces assises allant du mardi 12 au 15 vendredi 15 octobre 2021, visent à permettre aux parlementaires à formuler des propositions concrètes et pertinentes susceptibles de contribuer à la définition de position du REPAR aux négociations aux prochaines Cop.

Le rapporteur adjoint de l’Assemblée nationale ayant, au nom du président de cette Chambre basse, ouvert les travaux, a invité le REPAR à être plus vigilant pour que les intérêts de la sous-région soient pris en compte de façon pleine et entière.

«Les notes de positions des parlementaires sur la biodiversité et sur le changement climatique qui seront validés doivent être suivies avec attention, afin que des réponses efficientes soient apportées aux préoccupations de la sous-région. De même, la stratégie sur le -One Health- qui sera adoptée doit permettre aux parlementaires d’accompagner les Etats dans leur processus de santé publique pour migrer vers l’approche -Une seule santé-», a exhorté Colette Tshiomba.  

Dans son adresse, le coordonnateur régional du REPAR a fait savoir que la problématique du «One Health: Une seule santé» qui s’invite aujourd’hui au débat n’est pas anodine.  «Contrairement à la lutte contre les changements climatiques et à la gestion durable de la biodiversité, cette problématique était jusqu’ici peu connue par les parlementaires.  Il s’agit d’une approche intégrée de la santé qui met l’accent sur les interactions entre les animaux, les humains et l’environnement et propose une connectivité et un enrichissement croisé de toutes les composantes dont les activités sont susceptibles d’impacter la santé», a souligné Jean Jacques Zam.  

Pour sa part, le coordonnateur national du REPAR/RD-Congo, le député François Nzekuye, a fait savoir que le lancement de cet atelier sous régional permettra aux participants de s’imprégner des matières à prendre en compte dans le cadre des priorités pour faire avancer les travaux sur toutes les questions et d’atteindre un résultat ambitieux. Pour ce qui est de la Cop 26 prévue à Glasgow, François Nzekuye a souligné l’existence de nombreux éléments importants.

Pour lui, les plus couramment référencés comprennent les règles pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris, y compris la prise des décisions de fond sur l’article 6 et les détails communs et l’adoption des tableaux et formats de transparence requis cette année pour permettre la mise en œuvre renforcée et une ambition accrue. Ces éléments comprennent aussi l’adaptation pour démonter des progrès tangibles vers l’objectif mondial sur l’adaptation avec une attention politique suffisante axée sur ledit objectif du monde à la Cop 26, en plus de faciliter une augmentation significative de l’échelle du financement de l’adaptation. Il a encore évoqué les pertes et dommages, les finances, l’atténuation et une action inclusive comme faisant partie des éléments couramment référencés. Au total huit pays prennent part à cet atelier à savoir: la Guinée Equatoriale, le Tchad, le Sao Tomé et Principe, le Congo-Brazzaville, le Gabon, la RCA, la RD-Congo, le Cameroun. A eux, s’ajoutent les personnes ressources, les responsables du projet Giz-COMIFAC.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer