Politique

Me John Mbaya: «la coalition FCC-CACH tombe, l’informateur arrive»

Le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est adressé à la nation le dimanche 6 décembre dans un discours restituant les consultations qu’il avait initiées en vue de la création de l’Union sacrée de la nation. On peut retenir de ce message deux points essentiels: la dissolution de la coalition au pouvoir FCC-CACH et la nomination d’un informateur pour identifier une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale. Et au cas où la majorité actuelle restait compacte, Fatshi menace de dissoudre l’Assemblée nationale. Ses alliés, comme le coordonnateur national du Le Changement en marche -LCM-, Me John Mbaya Ntita, a salué les décisions prises par le Chef de l’Etat. 

Le discours du Chef de l’Etat, le dimanche 6 décembre, à la nation à l’issue des consultations qu’il a initiées est diversement commenté au sein de l’opinion nationale selon que l’on est proche du Front commun pour le Congo -FCC- ou proche du Cap pour le changement -CACH. Sans se poser trop de questions, les pro-Tshisekedi saluent les décisions prises par le Chef de l’Etat notamment la dissolution de la coalition au pouvoir FCC-CACH et la nomination d’un informateur pour identifier une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale. «J’ai décidé de nommer un informateur, conformément aux dispositions de l’article 78, alinéa 2, de la Constitution. Il sera chargé d’identifier une nouvelle coalition réunissant la majorité absolue des membres au sein de l’Assemblée Nationale», a annoncé le Chef de l’Etat dans son discours à la nation dimanche 6 décembre. Pour John Mbaya Ntita, coordonnateur national du regroupement politique Le Changement en marche -LCM-, le Chef de l’Etat a répondu aux attentes du peuple car la majorité des leaders sociopolitiques consultés lui ont demandé de mettre fin à la coalition actuelle au pouvoir.

«Nous ne pouvons que nous régir de ce que le Président de la République a traduit en actes les demandes des forces sociopolitiques représentatives qu’il a consultées», a fait savoir Me John Mbaya, paraphrasant Félix Tshisekedi: «comme j’ai eu à vous le dire le 23 octobre dernier, nous n’avons pas le droit de prendre en otage le devenir de notre Nation à cause de querelles politiciennes et de repositionnement. Je ne peux en conséquence me résoudre à demeurer dans le statu quo et l’immobilisme. Le temps n’est plus propice aux atermoiements, ni aux discussions stériles, ni encore aux intérêts partisans. Les replis tactiques et les combats d’arrière-garde n’ont plus aucun sens». Mais comment dans une Assemblée nationale acquise au départ au FCC, le jeu va-t-il se jouer pour renverser la tendance en faveur de l’Union sacrée de la nation? A John Mbaya de répondre: «dans la configuration actuelle de l’Assemblée nationale, le Chef de l’Etat est mis en difficulté pour appliquer sa politique de gouvernance. Et pour rendre effectives et concrétiser les réformes envisagées dans plusieurs domaines, la majorité parlementaire actuelle s’est effritée, une nouvelle majorité est nécessaire». «D’ailleurs, le Chef de l’Etat a été clair en disant dans son discours que c’est avec cette nouvelle coalition que le gouvernement qui sera mis en place au plus vite, conduira son action durant le reste du quinquennat, suivant sa vision, dans le but de répondre aux aspirations du peuple», a commenté le coordonnateur national du LCM, précisant que dans le cas contraire, «le Président de la République pourrait dissoudre l’Assemblée nationale et organiser des élections anticipées pour se doter d’une majorité acquise à sa cause».

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer