Politique

GentinyNgobila rassuré du soutien de Maï-Ndombe

Gentiny Ngobila 2
Maï-Ndombe, l’une des provinces démembrées issue du grand Bandundu, est mobilisée comme un seul homme derrière son commissaire spécial, GentinyNgobilaMbaka. Les dignes fils et filles de cette nouvelle province l’ont démontré samedi 14 novembre 2015 à la Foire internationale de Kinshasa -FIKIN. Les hautes personnalités du pays et les foules d’anonymes ont pris d’assaut son pavillon 12 déjà plein à craquer. Tous ou presque avait un seul message: accompagner GentinyNgobila afin qu’il travaille réellement pour l’émergence de leur province.
Même le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a été ému par cette mobilisation avant d’exhorter les siens, en Lingala, de rester unis et soudés pour le développement de Maï-Ndombe. Rassuré, GentinyNgobila reconnait: «elles sont rares ces genres d’occasion pouvant permettre aux fils et filles de la province de Maï-Ndombe, mobilisés comme un seul homme, de reléguer au second plan leurs appartenances tribales et d’être ensemble pour fêter avec les leurs».   
Du beau monde autour du désormais commissaire spécial, GentinyNgobilaMbaka. Ils sont venus fêter non seulement sa nomination mais également celles de Job Antoine Massamba et de Brigitte BoteteBopeko élevés respectivement au rang de commissaire spécial adjoint chargé des questions politiques, juridiques et administratives ainsi que de commissaire spéciale adjointe chargée des questions financières, économiques et de développement de la province de Maï-Ndombe.
Loin de lui l’idée de s’enorgueillir, GentinyNgobilaMbaka estime plutôt qu’il est important de capitaliser cette cohésion des ressortissants de cette province. «C’est une opportunité très profitable qui balise la voie de l’action à mener, non seulement par nous, le trio nommé, mais aussi par les fils et filles de la province de Maï-Ndombe qui, désormais, doivent consolider cette unité et œuvrer main dans la main afin de gagner le pari et relever le défi du développement de notre province», a-t-il souhaité.
Sans dévoiler son plan d’action, n’étant pas à l’ordre du jour, le commissaire de Maï-Ndombe n’a pas hésité un seul instant d’en épingler quelques aspects démontrant qu’avec un peu de volonté collective cette province peut se métamorphoser dans une brève échéance. «Pour nous, l’instauration de 26 provinces constitue une occasion de joie et réconfort. Notre province regorge des potentialités énormes et diversifiées tant en ressources humaines, forestières, agricoles, halieutiques qu’hydriques.
Cela constitue un motif de fierté pour nous. Son vaste réseau routier en état total de délabrementpermettra, une fois réhabilité, de relier tous les territoires que forme notre province et par la suite favorisera l’accessibilité aux provinces frontalières. De cette façon, nous aurons résolu l’épineux problème d’évacuation de l’abondante production agricole qui résultera, nous en sommes sûrs, de la relance programmée des activités agricoles vers les divers grands centres de consommation», a-t-il expliqué. GentinyNgobila sait où trouver de l’argent: «notre province, avec son lac attrayant, pourra générer d’importantes ressources capables de financer des investissements».
Modeste, le nouveau commissaire spécial ne prétend pas atteindre des résultats escomptés tout seul. Il encourage plutôt chacun à apporter sa contribution. «Puissent tous les frères et sœurs de Maï-Ndombe où ils se trouvent de se mobiliser comme un seul homme à travers des ONG et diverses autres initiatives en vue de réaliser le pari de développement de notre province», a-t-il exhorté avant d’élargir le champ: «le même appel est lancé à tous ceux qui considèrent Maï-Ndombe comme leur deuxième province. Nous pensons ici spécialement à nos frères de Kwilu et Kwango avec qui la nostalgie du Grand Bandundu resserre plus à jamais les liens de fraternité mieux de famille».
Le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, n’a pas tari d’éloges à la décentralisation et à l’homme grâce à qui elle a été rendue possible, Joseph Kabila,Président de la République. Pour lui, Maï-Ndombe c’est l’intelligence et l’honnêteté. A en croire les propos de Minaku, GentinyNgobila est chevronné. Il en a fait ses preuves à travers diverses initiatives qui sont, jusqu’à preuve du contraire, des réussites. Pour faire aboutir son plan directeur de développement, selon Aubin Minaku, toute la province doit rester unie derrière son action.
De l’avis de beaucoup, cette rencontre fraternelle avait valeur de test pour le tout nouveau commissaire spécial de Maï-Ndombe. La réussite et le succès récoltés, samedi 14 novembre à la FIKIN, lui permettent d’actionner sa machine et de travailler pour le bien-être de ses administrés. Le chemin est déjà balisé.
Barick BUEMA     

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer