PolitiqueSociété

Les Forces vives de la Tshangu réclament la participation de Machérie Batulukisi au dialogue

Dans une déclaration rendue publique lundi 12 septembre dernier, les Forces vives de la Tshangu ont dit toute leur indignation suite à l’absence de Machérie Batulikisi aux travaux du dialogue politique national qui se tient à la cité de l’Union africaine -UA.
A les en croire, c’est grâce à cette brave femme que la population de la Tshangu, réputée hostile au pouvoir, a cru au dialogue national inclusif, convoqué par le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, comme voie royale pouvant amener les RD-Congolais à un processus électoral apaisé. Elles réclament et insistent sur la participation de cette dame pour se sentir concernées par les résolutions qui seront prises. «Ce qui se fait sans nous est contre nous. Personne d’autre ne peut mieux parler de nous que nous-mêmes.
Nous demandons à Machérie Batulukisi de faire tout son possible pour être notre porte-voix à ces assises. Sinon, nous ne serons pas concernés par toutes les résolutions et recommandations issues de ce forum…», ont fait savoir ces forces vives.
Faire accepter l’idée du dialogue politique national inclusif à la Tshangu n’a pas été mince affaire. A Tshangu, district de Kinshasa réputée hostile au pouvoir, Machérie Batulukisi a mouillé son maillot pour abattre un grand travail de sensibilisation vantant les bien-fondés de ce dialogue tant diabolisé par l’Opposition.
Notable de la commune de N’Djili, Batulukisi a organisé des meetings populaires, des réunions et des conférences-débats dans des salles VIP, des séances de sensibilisation porte-à-porte ainsi qu’une campagne de communication au travers des banderoles et affiches mettant en exergue l’aspect salvateur du dialogue auprès de la population de Tshangu.
Batulukisi n’a pas prêché dans le désert. Elle a amené les Kinoises et Kinois de son district à adopter une attitude favorable au dialogue sous la facilitation d’Edem Kodjo.
Contre toute attente, la porte-voix du district le plus peuplé de la capitale a été écarté de la liste des personnalités participant aux travaux de ce forum national voulu inclusif, qui se tient à la Cité de l’Union africaine.
Irritées, les Forces vives de la Tshangu, composées notamment des maraîchères, éboueurs, cantonniers, petits commerçants, vendeurs, mamans bipupula, et de toute personne dont les atouts contribuent à l’amélioration du niveau de vie à Tshangu, ont, à travers une déclaration lue par Magelan Ntinu Bizila à N’Djili, adressé un message fort pour exprimer leur mécontentement.
«Ce qui est fait sans nous est contre nous. Personne d’autre ne peut mieux parler de nous que nous-mêmes», ont-elles déclaré recommandant à Machérie Batulukisi de faire tout son possible pour être leur porte-voix à ces assises au risque de ne pas être concernées par toutes les résolutions et recommandations issues de ce forum.
Les Forces vives de la Tshangu promettent très prochainement de déposer un mémorandum à la Présidente de l’Union africaine à travers sa représentation à Kinshasa pour protester contre leur non-représentativité.
Guylain LUZAMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer