Politique

Floribert Luhonge et Berocan Keraure, les jokers de la Majorité se font élire au bureau de l’Assemblée nationale

L’Assemblée nationale a élu, samedi 17 octobre, les nouveaux membres de son bureau. Deux postes étaient restés vacants après la démission des membres des partis exclus de la majorité pour avoir écrit au Président Kabila, lui demandant de renoncer à un troisième mandat à la tête du pays. A l’issue du vote, le député de la Majorité présidentielle, Floribert Luhonge Kibinda Ngoyi, a été élu premier vice-président de la chambre basse du Parlement, malgré la présence d’un candidat surprise, l’ambassadeur Henri Thomas Lokondo, qui a boudé le mot d’ordre de sa famille politique, la MP. Au cours du même scrutin, le député MP-CCU de l’Ituri Nono Berocan Keraure a été élu au poste de rapporteur. Après la crise politique au sein de la coalition au pouvoir, provoquée par le départ de sept de ses partis membres, il y a un mois, c’est sur l’Assemblée nationale que se répercute le nouveau rapport de forces entre les formations politiques fidèles à la Majorité et celles de l’Opposition, fraîchement renflouées. Pour preuve, le remplacement des deux membres démissionnaires du bureau de la chambre basse a eu lieu samedi. Un vote qui, pour beaucoup, a servi de mesure du poids réel de la majorité au sein de l’Assemblée. A l’issue du vote, c’est bien le candidat Luhonge Kibinda Ngoyi qui a été élu, cet ancien haut magistrat  en qui la Majorité avait  jeté son dévolu, pour postuler à la première vice-présidence du bureau de l’Assemblée nationale. Ce, malgré la présence d’un candidat surprise, l’ambassadeur Henri Thomas Lokondo, qui a boudé le mot d’ordre de sa famille politique, en se positionnant également pour ce même poste comme candidat indépendant. Au total, 441 votants. Et à l’issue du scrutin, c’est bien le député Luhonge Kibinda Ngoyi qui a été élu avec 271 voix contre 169 pour Thomas Lokondo et deux bulletins blancs. Ce scrutin s’est déroulé en présence des témoins de deux candidats qui étaient en lice. Le perdant, Henri Thomas Lokondo, a dit avoir voulu passer un message à travers sa candidature. «C’est un signal fort. C’est-à-dire qu’il faut que la démocratie parte de la base dans chaque famille politique, dans chaque parti politique. Ce qui fera que finalement, elle puisse se consolider au niveau de toute la nation. Ça veut dire également qu’il ne faut pas qu’il y ait une sorte de dictature dans une famille politique où il n’y a pas de débat», a-t-il estimé. Floribert Luhonge remplace à ce poste Charles Mwando Nsimba qui a démissionné, en septembre dernier, à la suite de l’exclusion de son parti, l’Union nationale des démocrates fédéralistes-UNADEF-, de la Majorité présidentielle. Charles Mwando Nsimba est l’un des signataires de la lettre ouverte, demandant au président Kabila le respect de la constitution dans l’organisation des élections de 2016.Pour sa part, le nouveau premier vice-président de l’Assemblée nationale n’a pas manqué de remercier tous ceux qui lui ont fait confiance et a promis de travailler pour l’intérêt de tous les députés. De son côté, le député Henri-Thomas Lokondo, challenger de Floribert Luhonge, a félicité le nouveau 1er vice-président de l’Assemblée nationale pour son élection. Au cours du même scrutin, l’Assemblée nationale a aussi procédé au vote du rapporteur du bureau. Un poste qui revient désormais à Nono Berocan Keraure, un élu de l’Ituri, qui l’a remporté avec 335 voix contre  94 voix pour Espérance Musafiri, sur 441 votants. L’élu de l’Ituri remplace à ce poste Norbert Ezadry qui avait démissionné, en septembre dernier, après l’exclusion de son parti, le Mouvement social pour le renouveau -MSR- de la MP. Le nouveau rapporteur de la chambre basse du Parlement affirme être à la disposition de ses collègues: «J’ai besoin de vos conseils et suggestions. Je viens travailler pour prouver que je suis compétent». Pour sa part, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a salué la tenue de ces élections qu’il qualifie de transparentes et crédibles. Avec ce vote, le bureau de la chambre basse du Parlement affiche désormais complet, après le vide créé à la suite des démissions des membres du G7. Le même jour du vote, les deux élus ont aussitôt pris place au perchoir de l’Assemblée nationale. Olitho KAHUNGU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer