Le discours de Kabila divise

0

En attendant la déclaration commune de l’opposition, attendue ce lundi 23 juillet à 10 heures, au sujet du discours du Président de la République sur l’Etat de la nation prononcé jeudi 19 juillet devant les députés et sénateurs réunis en congrès, des acteurs socio-politiques de la RD-Congo continuent de réagir. Chacun selon ses analyses. Le Sénateur opposant Florentin Mokonda Bonza n’est pas resté aphone. A la faveur d’une conférence de presse animée samedi 21 juillet, il a noté que le discours du Chef de l’Etat n’a apporté aucune réponse aux attentes du peuple RD-congolais. Plutôt, a-t-il poursuivi, ce discours a amplifié la confusion autour de son avenir politique et l’issu du processus électoral. Pour lui, le bilan dressé par le Président Kabila est une autosatisfaction en total déphasage avec les réalités du pays, qui contredisent sa passion déclarée pour la RD-Congo. Secrétaire générale en charge de communication et médias du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie -PPRD-, Ernestine Nyoka Kayiba est passée à la défensive. Elle estime que le discours du Chef de l’Etat est mal analysé par les gens mal intentionnés. «Pour ceux qui étaient en train de rêver que le Président allait désigner un dauphin, ils doivent savoir que dans la terminologie de notre Constitution, le dauphinat n’existe pas. Dans le système juridique, le dauphinat se retrouve dans les monarchies où un roi, un empereur fatigué prépare son fils à prendre la relève du trône…», a-t-elle indiqué.

 

«Si le Président de la République a effectivement de la passion pour son pays, le bilan devrait être plus élogieux. Est-ce normal qu’on continue d’importer des denrées alimentaires alors qu’on peut les produire localement, qu’on ait des centaines des jeunes qui n’arrivent pas à trouver un emploi, qu’on ait des immondices partout dans la ville de Kinshasa, les routes délabrées, des groupes armés partout?», s’est interrogé le sénateur Florentin Mokonda, estimant que le discours du Chef de l’Etat n’a apporté aucune réponse aux attentes du peuple RD-congolais. Plutôt, a-t-il poursuivi, c’est un discours qui a amplifié la confusion autour de son avenir politique et l’issu du processus électoral. Pour le sénateur Mokonda, le bilan dressé par le Président Joseph Kabila est une autosatisfaction en total déphasage avec les réalités du pays, qui contredisent sa passion déclarée pour la RD-Congo.

Pour sa part, Ernestine Nyoka Kayiba, Secrétaire générale en charge de communication et médias du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie -PPRD-, est d’avis que l’adresse du Chef de l’Etat devant le Parlement réuni en congrès est mal analysé par les gens mal intentionnés. Pour le vice-ministre du Budget honoraire, Joseph Kabila ne pouvait pas parler de sa personne dans un message à la Nation parce qu’il devrait dresser l’état général de la Nation qui implique la situation sécuritaire, économique et sociale du pays.

«Ceux qui étaient en train de rêver que le Président allait désigner un dauphin, ils doivent savoir que dans la terminologie de notre constitution, le dauphinat n’existe pas. Dans le système juridique, le dauphinat se retrouve dans les monarchies où un roi, un empereur fatigué prépare son fils à prendre la relève du trône. Mais en ce qui concerne les formations politiques, chez nous, le parti s’organise en congrès et à l’issue de ces travaux, celui qui pourra être candidat pour le compte du parti sera désigné», a affirmé Ernestine Nyoka Kayiba. Un point de vue soutenu par Mamy Kanku, actrice politique proche de la Majorité présidentielle et présidente de la structure «Femmes messagères de paix» -FMP. Elle a tweeté: «Un discours patriotique d’un homme qui a le Congo dans son cœur. Le Président a remis les pendules à l’heure et a donné la bonne information à un peuple souvent mal informé. Comprenons sa passion pour le Congo».

Approché par Times.cd, média en ligne RD-congolais, le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO-, l’abbé Donatien Nshole, a fait savoir que c’est tout à fait normal que le Président de la République fasse son bilan dans un contexte préélectoral. «De ce point de vue, je n’ai pas à juger. C’est à chacun de vérifier ou d’évaluer l’impact de tout ce que le Chef de l’Etat Joseph Kabila a dit dans son vécu quotidien», a-t-il souligné. Et d’ajouter: «les évêques quand ils font leur état de lieu, ils partent de la réalité concrète de ce que vit réellement la population au quotidien». Quant à l’avenir politique du Chef de l’Etat, l’abbé Nshole a réagi en ces termes: «ce qu’il a dit, c’est ce qu’il a toujours dit: Il y aura des élections, il va respecter la Constitution. Mais en même temps, ses proches affirment qu’il a encore droit au 3ème mandat. Il y a même une thèse scientifique qui est montée dans ce sens-là. Maintenant le suspense demeure, il va respecter la Constitution tel qu’interprété dans l’Accord de la Saint Sylvestre ou tel qu’interprété par les juristes taillés sur mesures et sans éthique? Nous, nous souhaitons que ce soit le respect de la Constitution tel qu’interprété dans l’Accord de la Saint Sylvestre».

Par ailleurs, le Secrétaire général de la CENCO affirme avoir retenu du discours du Chef de l’Etat qu’il y aura élections le 23 décembre 2018. «Nous souhaitons qu’elles soient de bonnes élections crédibles, transparentes, inclusives qui vont respecter la Constitution, tel qu’interprété dans l’Accord de la Saint Sylvestre».

Pour rappel, le Président de la République a souligné dans son discours de jeudi dernier que les troisièmes consultations électorales sont maintenues en décembre 2018. «Notre respect à la Constitution reste sans équivoque. Nous avons affranchi notre processus électoral du financement étranger et ce, en vue d’éviter tout chantage. Les élections seront entièrement financées par la RD-Congo. Loin de nous l’arrogance, mais plutôt pour confirmer notre souveraineté nationale. Que seul le Congo sorte vainqueur de ces consultations électorales!», a-t-il souhaité.

Lundi 23 juillet à 10 heures de Kinshasa, les Opposants vont se réunir à la paroisse Notre Dame de Fatima de la Gombe où ils vont rendre une déclaration commune au sujet du discours du Président Kabila sur l’état de la Nation, prononcé jeudi 19 juillet 2018 devant le Parlement réuni en Congrès.

Olitho KAHUNGU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom