PolitiqueSociété

Félix Kabange confirme la gratuité du vaccin contre la Fièvre jaune

La RD-Congo est déjà en proie à l’épidémie de la fièvre jaune. Pour y faire face, le gouvernement, à travers son ministre de la Santé publique, Félix Kabange Numbi, a annoncé une campagne de vaccination de dix jours, soit du 20 au 30 juillet, spécialement dans les provinces du Kwango, du Lualaba et dans la ville-province de Kinshasa. Sur ce, le ministre Félix Kabange a tenu à marteler sur la gratuité du vaccin antiamaril pour toute la population.
Trois provinces de la RD-Congo vont bénéficier, du 10 au 20 juillet, d’une campagne de vaccination contre l’épidémie de la fièvre jeune présente depuis quelques semaines au pays. Selon le ministre de la Santé publique, Félix Kabange Numbi, le vaccin sera gratuit pour tout le monde. «Que personne ne vous le vende, le vaccin est destiné à toute personne âgée d’au moins 9 mois ou plus», a-t-il précisé. Quant au mode de vaccination, le ministre de la Santé publique a expliqué que des agents des relais communautaires vont faire les portes-à-portes dans les grandes agglomérations pour informer la population pendant que la vaccination se fait. Et de poursuivre: «dans la ville-province de Kinshasa, les zones de santé de Masina I et II ne sont pas concernées, car ayant déjà bénéficié d’une vaccination de masse». Dans la lutte contre l’actuelle épidémie de la fièvre jaune, le gouvernement RD-congolais jouit de la contribution de l’Organisation mondiale de la santé -OMS- ainsi que d’autres partenaires du secteur de la santé. En attendant le démarrage de cette campagne de dix jours, Félix Kange a recommandé un bon nombre de mesures à observer, surtout dans les provinces les plus touchées, à savoir: Kinshasa, Lualaba et Kwango.
La fièvre jaune en quelques mots
Selon des experts en épidémiologie, le virus de la fièvre jaune est un arbovirus appartenant au genre Flavivirus et il est transmis par certaines espèces de moustiques des genres Aedes et Haemogogus. Ces espèces vivent dans des habitats différents, certaines se reproduisent autour des maisons-domestiques-, d’autres dans la jungle -sauvages. A l’origine, il s’agit d’un germe venu des animaux. A les en croire, une fois qu’on est infecté par le virus de la fièvre jaune, la période d’incubation dans l’organisme dure de 3 à 6 jours. Pendant ce temps, l’infection reste asymptomatique chez de nombreuses personnes, mais lorsque des symptômes apparaissent, les plus courants sont la fièvre, des myalgies, au premier plan desquelles des dorsalgies, des céphalées, une perte de l’appétit, des nausées ou des vomissements. Dans la plupart de cas, les symptômes disparaissent au bout de 3 à 4 jours. Les mêmes experts expliquent aussi que dans une petite proportion des cas, les patients entrent cependant dans une deuxième phase, plus toxique, dans les 24 heures suivant la rémission initiale. Une fièvre élevée se réinstalle et plusieurs systèmes organiques sont touchés, en général le foie et les reins. Dans cette phase, un ictère apparaît souvent -jaunissement de la peau et des yeux, d’où le nom de fièvre jaune-, avec des urines sombres et des douleurs abdominales accompagnées de vomissements. On peut observer des saignements dans la bouche, le nez, les yeux ou au niveau de l’estomac. Ils renseignent enfin que la moitié de malades présentant cette phase toxique meurent dans les 7 à 10 jours. Dans ce cas, ils conseillent d’aller vite voir les médecins dans un centre de santé le plus proche, soutiennent les professionnels de santé.
OK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer