PolitiqueSociété

Dialogue: les suggestions de Félicien Kakesa au facilitateur Edem Kodjo

La question du dialogue national inclusif voulu par le Chef de l’Etat Joseph Kabila ne cesse d’intéresser plus d’un RD-Congolais à travers les débats publics. Un compatriote chercheur indépendant est, lui aussi, sorti de sa réserve en mettant la main à la pâte pour une bonne réussite du dialogue.
Dans une correspondance adressée au facilitateur Edem Kodjo, Félicien Kakesa Musweni donne un certain nombre d’orientations susceptibles de briser, selon lui, l’impasse dans laquelle se situe le processus démocratique et permettre la réussite totale de ce grand rendez-vous.
Il propose comme préalables, entre autres, faire appel à tous les chefs coutumiers de chaque langue nationale de la RD-Congo, connaissant mieux le pays et sa souffrance, y compris des hommes sages de chaque langue nationale autour d’une table avant la tenue proprement dite du dialogue.
Le facilitateur du dialogue national en RD-Congo, Edem Kodjo, vient une fois de plus de bénéficier de la matière pouvant l’aider à la tenue effective des assises pour lesquelles le togolais a été envoyé au pays de Joseph Kabila.
Il s’agit de l’apport du compatriote Félicien Kakesa Musweni, chercheur indépendant qui, dans sa correspondance à Edem Kodjo, fait des propositions pouvant conduire à la réussite totale du dialogue.
Au-delà du fait qu’il conseille de consulter, avant la tenue effective du dialogue, les chefs coutumiers de chaque langue nationale du pays, y compris des hommes sages de chaque langue, Félicien Kakesa résume son approche en douze points ci-après: qu’il y ait deux tendances, la gauche et la droite; le président élu reste au pouvoir jusqu’aux prochaines élections; une province ne peut jamais sortir deux présidents de suite pour diriger; si le président élu est de l’Est, le Premier ministre devra être de l’Ouest, Nord ou Sud pour l’équilibre régional; les provinces doivent être dirigées par des non originaires; tous les généraux nommés par le Président de la République connaitront l’équilibre provincial; éviter les discours mensongers, des injures, des provocations pour l’intérêt national; accepter des discours de paix, du développement et des intérêts du pays; en RD-Congo, il n’y a pas un leader politique, sauf ceux qui sont mieux placés pour trahir le pays; libérer les prisonniers politiques n’ayant pas commis une infraction quelconque; mieux payer les fonctionnaires, les policiers, les militaires et mécaniser les nouvelles unités; la continuité du programme de cinq chantiers; une transition supplémentaire de 36 mois pour quitter ce naufrage mortel; et enfin éviter des intérêts masqués.
Dans sa correspondance, Félicien Kakesa dresse une liste des sages représentant chaque langue nationale dans laquelle sont repris les noms de certaines personnalités déjà impliquées dans le processus du dialogue. L’auteur appelle les professionnels des médias à organiser des débats sur le dialogue non seulement en langue française, mais aussi dans les quatre langues nationales.
OlithoKAHUNGU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer