Politique

Claudel-André Lubaya: «le Rassemblement ne va pas accompagner la MP dans ses manœuvres tendant à violer l’Accord»

Claudel-André Lubaya est député national élu du Kasaï Central. Président national de l’Union démocratique africaine Originelle -UDA/Originelle. Il est également membre de la Dynamique de l’Opposition ayant adhéré au Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. Dans une interview accordée à «AfricaNews», le samedi 18 février à Kinshasa, cet ancien gouverneur du Kasaï Occidental a précisé que le Rassemblement a déjà présenté son candidat Premier ministre à la CENCO. C’est Félix Tshisekedi.
Quitte au Président de la République de le nommer en conformité avec l’Accord du 31 décembre stipulant, entre autres, que «le Premier ministre sera désigné par le Rassemblement et nommé par le Président de la République». Selon lui, il n’est pas question pour le Rassemblement de présenter un panel de candidats comme le souhaite la Majorité présidentielle -MP-, car c’est serait violer l’Accord qui constitue un testament politique pour le feu Etienne Tshisekedi dont le corps n’est pas encore mis sous terre. Lubaya a accusé la MP de chercher des subterfuges pour retarder l’application de l’Accord du 31 décembre en vue de continuer à gérer le pays. Au nom de son parti, UDA-Originelle, Lubaya a condamné l’insécurité régnant au Grand Kasaï et a estimé que «cette situation a désormais dépassé le niveau d’une simple insurrection pour devenir une politique de génocide décidée par le pouvoir central contre un peuple». Entretien.

Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, votre plateforme, a présenté le nom de Félix Tshisekedi comme son candidat Premier ministre en rapport avec l’Accord de la Saint Sylvestre. Mais la Majorité présidentielle -MP- conteste ce choix et vous demande de proposer un panel de noms en vue de permettre au Président de la République d’opérer un libre choix. N’est-ce pas là des tiraillements qui présagent le blocage de l’application dudit Accord?
D’abord, je vais tout simplement dire qu’il n’y a pas de tiraillements concernant la nomination du Premier ministre. Seulement nos amis de la Majorité essayent de monter des enchères pour ignorer l’Accord qu’ils ont eux-mêmes signé. Accord qui les engage depuis le 31 décembre 2016. Que dit cet accord? Il est clair: «Le Premier ministre est présenté par le Rassemblement et nommé par le Président de la République». Ce Premier ministre présenté par le Rassemblement ne signifie pas 3, 10 ou 15 noms, c’est plutôt un seul nom. C’est ainsi que le Rassemblement a déjà communiqué ce nom à la CENCO, c’est Félix Tshisekedi Tshilombo. Pour le nommer, le Président Kabila n’a pas besoin de 3 ou 5 autres noms. Vouloir demander 3 noms ou plus, c’est vouloir chercher également à violer l’Accord. Et le Rassemblement ne va pas accompagner la Majorité présidentielle dans ses manœuvres tendant à violer l’Accord. Nous savons que cette Majorité a un record en matière de violation des textes. Elle a violé plusieurs fois la Constitution. Si, aujourd’hui, elle veut également violer l’Accord, elle le violera toute seule sans le Rassemblement. Puis, je relève le fait que l’Accord en question est un testament politique du feu président Etienne Tshisekedi qui n’est pas encore enterré. Je pense que le bon sens recommande que cet Accord soit exécuté tel qu’il a été adopté pour n’eut fut ce qu’honorer la mémoire du défunt qui s’est beaucoup battu pour qu’on en arrive-là. Si la MP dont je vois aujourd’hui certains de ses membres devenir plus tshisekedistes que quiconque, tient à persister dans ses manœuvres, je crois qu’au niveau du Rassemblement nous en tirerons toutes les conséquences.
L’Union africaine, l’Union européenne, les Nations unies ainsi que l’Organisation internationale de la Francophonie demandent aux parties prenantes de parachever la mise en œuvre de cet Accord estimant que la légitimité des institutions RD-congolaises en dépend. Partagez-vous leur point de vue?
Les gens doivent savoir que le mandat du Président Kabila a pris fin le 19 décembre 2016 et celui des députés nationaux vient d’expirer il y a 48 heures. Et depuis le mois de décembre, le Président de la République, le gouvernement, le Parlement, donc toutes ces institutions, tirent leur légitimité de l’Accord de la Saint Sylvestre. C’est cet Accord qui nous régit tous maintenant. Il est tout à fait normal que, pour rendre le fonctionnement des institutions harmonieux, cet Accord soit mis en œuvre rapidement parce qu’il poursuit un objectif, à savoir: la tenue des élections avant la fin ou plus tard à la fin de l’année 2017. A ce stade, vouloir tergiverser aujourd’hui constitue une manœuvre dilatoire tendant tout simplement à retarder l’organisation des élections pour que le Président Kabila et son régime continuent à perdurer à la tête du pays.
Vous évoquez l’organisation des élections à la fin de cette année sans pour autant penser aux contraintes matérielles, techniques et financières y afférentes. Comment réagissez-vous aux déclarations du ministre d’Etat au Budget, Pierre Kangudia, selon lesquelles le gouvernement ne serait pas à mesure de mobiliser USD 1,8 milliards pour organiser les élections?
Ecoutez, le ministre d’Etat voulait tout simplement lancer un ballon d’essai pour voir comment l’opinion aller réagir car 48 heures après ses déclarations, il s’est rétracté. Après 48 heures, il a réalisé la gravité de l’acte qu’il venait de commettre, la gravité de la provocation qu’il a déclenchée mais surtout les atteintes tant au plan national qu’international concernant l’organisation des élections. Le gouvernement actuel n’est pas mieux placé pour parler de l’organisation des élections parce qu’il a été mis en place pour faire durer le régime en place. C’est tout à fait normal qu’il trouve des subterfuges pour retarder les choses en prétendant ne pas être à mesure de mobiliser les moyens. Comment ne pas mobiliser les moyens alors qu’il ne dépend pas de lui? Nous savons d’où vont venir les moyens, nous savons comment faire pour avoir ces moyens. Il n’a qu’à démissionner pour laisser la place à un gouvernement qui va préparer et organiser les élections. Car le gouvernement issu de l’Accord du 31 décembre va mobiliser les moyens nécessaires. L’actuel n’en a pas la volonté.

Il y a 24 heures, le rapporteur de la CENI, Jean-Pierre Kalamba, a déclaré à la presse que son institution n’a pas encore publié le calendrier électoral global par le simple fait que les autres institutions impliquées dans le processus électoral pour mobiliser les fonds ne sont pas encore installées. Allusion faite au gouvernement et au Comité de suivi de l’Accord. Partagez-vous cet avis?

Le rapporteur de la CENI a déjà reçu la communication de son parti qui le rappelle. Le bon sens aurait voulu qu’il se mette en ordre avec son parti et qu’il s’abstienne de ce genre de sortie médiatique qui ne l’honore pas et qui n’honore pas le parti dont il se réclame et grâce auquel il se retrouve là et qui n’honore pas non plus la CENI. Ce genre de sortie médiatique a au moins l’avantage de permettre à l’opinion de comprendre ce que sont les hommes mais surtout de percevoir la légèreté avec laquelle les affaires d’Etat sont traitées à un certain niveau. Les moyens, il y en a. Mais il doit aussi y avoir la volonté. Ce n’est pas le gouvernement qui doit élaborer le calendrier. L’élaboration du calendrier relève du pouvoir discrétionnaire de la CENI. Elle n’a qu’à publier le calendrier et éviter de la langue du bois en prétextant qu’elle ne peut pas le faire maintenant faute de la mise en place des institutions issues du dialogue.
À l’annonce de la mort d’Etienne Tshisekedi, vous avez vite réagi en saluant sa mémoire et son combat pacifique pour l’avènement de la démocratie dans notre pays. Quel souvenir gardez-vous de ce symbole de la non-violence?
Etienne Tshisekedi a été le président national de l’UDPS. Au-delà de son parti politique, il avait dépassé toutes les barrières et frontières pour devenir une référence nationale. Beaucoup de gens se reconnaissent en lui. Ils ont eu la conscience de lutter pour leurs droits et pour la démocratie grâce à son combat. Le souvenir que je garde de lui, comme tout le peuple RD-congolais, c’est de reconnaitre que Tshisekedi était un homme qui a passé par plusieurs sacrifices. Il s’est battu pour que la démocratie soit installée dans notre pays. Mais nous n’y sommes pas arrivés. C’est pour cela nous considérons que la lutte n’est pas achevée et que le combat devra continuer jusqu’à ce qu’on ait l’instauration de la démocratie. Car, au-delà de tout, la démocratie est aussi un idéal, un concept, un projet dont l’exécution n’a pas encore été achevée.

Dans le Grand Kasaï, les gens meurent dans les affrontements entre les forces de l’ordre et hommes se réclamant du feu chef coutumier Kamuina Nsapu. Toutes les activités sont paralysées. Curieusement, l’implication de l’Assemblée nationale, institution de contrôle de l’Exécutif, ne se fait pas sentir. Alors que les débats ont été houleux pour les hostilités à l’Est du pays et Bundu dia Kongo en 2009 au Bas-Congo. Les populations du Grand Kasaï seraient-elles sacrifiées?

Ce qui se passe au Grand Kasaï n’est pas une affaire de l’Assemblée nationale seule. C’est une affaire de toutes les institutions du pays. Notre parti, l’UDA/Originelle, vient de publier un communiqué pour dénoncer ce qui se passe au Kasaï, considéré au niveau du parti comme un crime d’Etat, crime de génocide et crime contre l’humanité. Parce que, quand on a vu les images et la cruauté avec laquelle les éléments des forces armées de la République sont en train d’exécuter des jeunes gens sans sommation, des jeunes gens sans armes et sans défense, ça démontre qu’il s’agit d’une politique d’extermination de tout un peuple. Nous condamnons ça et nous estimons au niveau de l’UDA/Originelle que cette situation a désormais dépassé le niveau d’une simple insurrection pour devenir une politique de génocide décidé par le pouvoir central contre un peuple. C’est tout simplement à cause de l’Opposition de ce peuple au régime en place.
Propos recueillis par Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer