ActualitésDossier à la UneNationPolitiqueSécurité

RDC : Néné Nkulu vante les actions de son ministère devant les députés

Comment protéger les emplois pendant et après la période de la Covid-19 qui ne cesse de causer des dégâts dans le monde du travail en RD-Congo? Voilà la question qui a poussé la Commission Sociale et culturelle de l’Assemblée nationale d’auditionner la ministre d’Etat et ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, Néné Nkulu Ilunga, en vue d’avoir des éclaircissements surtout que cette pandémie mondiale est la base de licenciements abusifs, de congés techniques, de fermeture des entreprises, de chômage et d’impaiement, etc. A cette question principale comme à d’autres, la ministre d’Etat a présenté les efforts consentis dans le cadre de la protection des emplois pendant cette période de crise sanitaire. De la Caisse nationale de sécurité sociale -CNSS- à l’Office national de l’Emploi -ONEM- en passant par l’Institut national de préparation professionnelle -INPP-, l’Inspection du travail et l’administration de l’emploi et du travail, Néné Nkulu n’a rien laissé au hasard. Chaque intervenant au débat a reçu une réponse à son interrogation. Le nœud du questionnement a concerné plus l’administration de l’emploi et du travail. S’agissant de la manière dont le gouvernement de la République compte transformer la crise sanitaire en opportunité d’emplois, la ministre d’Etat s’est sentie très à l’aise pour informer les députés membres de la Commission Sociale et culturelle de l’Assemblée nationale. «Il existe au sein de mon ministère un programme cadre de création de l’emploi et des revenus  -PROCER- grâce auquel les emplois nés suite à cette pandémie seront encadrés de manière qu’ils ne puissent pas disparaître après la Covid-19. Je vais continuer à faire le plaidoyer auprès du gouvernement pour obtenir en leur faveur un appui conséquent afin de soutenir ces entrepreneurs», a souligné Néné Nkulu. Au sujet de l’emploi des jeunes, la ministre d’Etat et ministre de l’Emploi a indiqué que la politique du gouvernement dans ce secteur existe dans le document de la politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle adopté en novembre 2016. «Son objectif est entre autres de promouvoir les opportunités d’emplois et d’auto-emplois décents et productifs en vue d’aider les jeunes à sortir de la pauvreté et à participer activement au processus de reconstruction nationale et de la consolidation de la paix.

Renforcer les mécanismes existants

Pour ce qui est de la gestion du secteur informel, Néné Nkulu s’est référée au document de Politique national de l’emploi et de la formation professionnelle. «L’objectif spécifique est de renforcer les mécanismes existants en vue d’accompagner les travailleurs de l’économie informelle à formaliser leurs unités de production avec comme entre autres résultats l’amélioration des conditions de travail et de vie des travailleurs ainsi que le bon fonctionnement des unités de production informelles», a-t-elle souligné. Et d’ajouter: «j’ai procédé à la distribution des kits de matériels agricoles et d’un appui financier aux femmes dans le cadre du projet de l’autonomisation de la femme géré par le PROCER, projet financé conjointement par la BAD et le gouvernement en faveur de 9000 femmes».

A la question de savoir la part du gouvernement dans le financement de la CNSS surtout en cette période marquée par la Covid-19, Néné Nkulu a précisé: «les subventions de l’Etat sont reprises parmi les sources de financement de la CNSS. Dans le Budget de l’Etat 2020, je me suis engagée pour que le principe de versement régulier de ces subventions soit retenu et mis en pratique». S’agissant de la provenance de la somme d’USD 1.000.000 destinée aux efforts de lutte contre la Covid-19 en cette période réputée difficile pour toute entreprise, la ministre d’Etat a fait savoir que cette somme apportée au Fond national de solidarité contre la Covid-19,  a été puisée dans le Fond de roulement de la CNSS. S’agissant de la mise de 20 millions USD par la CNSS pour la création de la société Congo Airways, a répondu en ces termes: «Je voudrais préciser qu’évoluant dans un domaine touchant directement le bien-être de la population, la sécurité sociale a toujours été au chevet du développement social et économique d’un pays et contribue à la création d’emplois à travers les investissements qu’elle réalise. La participation au capital de Congo Airways qui est un investissement décidé par l’Etat RD-congolais. La CNSS avait jugé utile d’y souscrire en raison du contexte favorable du moment».

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer