Politique

Amélioration de la desserte électrique: la SNEL pactise avec «Trois gorges»

«Trois gorges» -CTG-, c’est le nom d’une société chinoise hydroélectrique qui vient de signer un partenariat avec la Société nationale d’électricité -SNEL-, en vue d’améliorer la desserte en électricité à travers le pays et plus particulièrement à Kinshasa. Cette société chinoise reste jusque-là la première puissance hydroélectrique au monde. Le protocole d’accord a été signé, samedi 2 avril à Kinshasa. Selon les clauses, il est question de réaliser le projet Grand Inga ainsi que de construire plusieurs autres centrales hydroélectriques à travers la RD-Congo.
La Société nationale d’électricité accuse mille difficultés pour alimenter ses abonnés en énergie électrique. Dans le cadre de ses stratégies de sortie de cette crise, elle vient de signer un partenariat avec la première puissance au monde en hydroélectrique, la société chinoise Trois gorges -CTG. Cette dernière s’engage à accompagner la SNEL dans la réalisation du projet Grand Inga et la construction de plusieurs autres centrales hydroélectriques à travers la RD-Congo. Pour le directeur général de la Société nationale d’électricité, Eric Mbala, le fait d’avoir un partenaire géant comme «Trois gorges» est une opportunité énorme pour son entreprise et pour la RD-Congo. «La Société nationale d’électricité doit s’approprier cette chance d’être partenaire d’un géant. La SNEL devenant grand, il y va de l’intérêt de notre pays qui va s’assurer des ressources énergiques pour les transformer», a souligné Eric Mbala.
Le partenariat SNEL-CTG vise à exploiter les 100.000 Mégawatts de potentialité hydroélectrique RD-congolaise, afin de répondre au besoin de plus en plus croissant en électricité en RD-Congo, en Afrique et dans le monde. A en croire Lin Chuxue, vice-président de CTG, à travers ce partenariat, la puissance hydroélectrique mondiale «Trois gorges» compte, le moment venu, à être sélectionnée comme développeur du projet Grand Inga. Quant au début des travaux proprement dits, Lin Chuxue a signifié que le site Grand Inga possède toutes les conditions pour commencer les travaux.
Pour mémoire, le projet Grand Inga existe depuis plus de dix ans. Il a été relancé en 2013 par le gouvernement RD-congolais. Ce projet prévoit plusieurs phases d’extension des capacités de production électrique sur le site des chutes d’Inga, dans la province du Kongo-Central. Deux barrages existent dans cette province, construits dans les décennies 1970 et 1980, et fonctionnant aujourd’hui bien en-deçà de leurs capacités. Inga III basse chute, doit permettre à la RD-Congo- pays où seul 15% de la population a accès à l’électricité- de produire 4.800 MW supplémentaires. La RD-Congo regorge, dans l’ensemble, une potentialité hydroélectrique de plus de 100. 000 Mégawatts, mais la SNEL n’en exploite que 3%.
OK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer