PolitiqueSociété

Adèle Degbalase sur tous les fronts

D’intenses activités à l’actif de la ministre des Affaires sociales, Action humanitaire et Solidarité nationale, Adèle Degbalase Kanda. Juste après avoir représenté le Chef de l’Etat au Sommet humanitaire mondial à Istanbul en Turquie, elle s’est évertuée à soulager tant soit peu les souffrances de ses compatriotes. Pour y parvenir, elle a parcouru toute la République en avion, en bateau ou par route. De Kinshasa à Kisangani, dans la province de la Tshopo, en passant par Inongo à Maï-Ndombe, Boende, dans la province de la Tshuapa, Gemena au Sud Ubangi, Kapanga, dans la province de Lualaba, et Boma au Kongo Central, Adèle Degbalase a apporté une intervention humanitaire. Elle a été tellement active que Richard Muyej, gouverneur de Lualaba, s’est exclamé: «excellence, vous ne savez pas à quel point la population de Kapanga, à travers vous, remercie le Chef de l’Etat. Elle se croyait abandonnée. Votre venue dans le Lualaba est plus qu’un soulagement».
Adèle Degbalase Kanda, ministre des Affaires sociales, Action humanitaire et Solidarité nationale, vient de prendre une part active au Sommet mondial humanitaire à Istanbul en Turquie. A ce rendez-vous planétaire de l’action humanitaire, elle a représenté Joseph Kabila, Président de la République. Sans se reposer, elle s’est personnellement rendue à l’Hôpital général de référence de Kinshasa -ex-Mama Yemo- pour assister les accidentés de Menkao qui y étaient internés. Elle a même, quelques temps après, présidé les obsèques de ceux qui ont perdu la vie lors de ce tragique accident.
Environ 120 familles dont les membres ont été victimes de noyade des baleinières sur le Fleuve Congo à Inongo, dans la province du Maï-Ndombe, ont été indemnisées. Le tout, en présence du gouverneur Gentiny Ngobila et du vice-ministre des Finances, Albert Mpeti. Kiri n’a pas été oublié. La population meurtrie de ce territoire a été bénéficiaire des biens en nature et espèce.
Après la province du Maï-Ndombe, Adèle Degbalase s’est rendue à Boende, dans la province de la Tshuapa, en passant par la ville de Gemena, dans le Sud-Ubangi. Face aux sinistres et autres catastrophes, elle y a apporté le message de consolation et de réconfort du Chef de l’Etat Joseph Kabila. A Boende, Adèle Degbalase s’est également illustrée par la résolution du problème des agents nouvelles unités. Ne pouvant pas percevoir leurs salaires, ces agents ont été rétablis dans leurs droits. Deux semaines après l’implication de la ministre Degbalase qui a contacté son collègue de la Fonction publique, ces agents de Boende ont touché leurs salaires et ont même vu leurs arriérés de près de 4 mois être payés.
Très engagée à la cause humanitaire, Adèle Degbalase s’est envolée, 6 jours après Boende, pour la province de Lualaba précisément dans le territoire de Kapanga. Quelques semaines plutôt, les pluies diluviennes ont endommagé un nombre important d’habitations non sans faire des sans-abris parmi les familles de ce coin du pays. Elle a été accueillie chaleureusement à l’aéroport national de Kolwezi par Richard Muyej Mangez Mans, gouverneur de Lualaba. Celle qu’on appelle Maman sociale ne s’y est pas rendue bredouille. Elle a apporté près de milles tôles et environ 200 cartons de produits pharmaceutiques et autres bien des premières nécessités en faveur des centres médicaux de Kapanga. La cérémonie officielle de réception de ce lot par le secrétaire général à l’Action humanitaire, Laurent Tchelu, a été présidée par l’empereur de Ruund, sa Majesté Mwant Yav Mushid III devant le bâtiment du 30 juin à Lubumbashi. Très touché par ce geste, Richard Muyej s’est exclamé: «excellence, vous ne savez pas à quel point la population de Kapanga, à travers vous, remercie le Chef de l’Etat. Elle se croyait abandonnée. Votre venue dans le Lualaba est plus qu’un soulagement».
A Kisangani, dans la province de la Tshopo, Adèle Degbalase est restée fidèle à sa tradition: l’intervention humanitaire en faveur de la population des différentes communes de cette ville meurtrie. En effet, près d’un mois plus tôt, ces populations ont été victimes des pluies qui ont tout ravagé ou presque. Les besoins d’assainir les milieux se sont fait sentir. Les eaux des pluies ont déversé d’importantes quantités de contenu des fosses septiques dans les artères. Dépêchée par le gouvernement, la ministre des Affaires sociales est arrivée à Kisangani avec des kits d’assainissement, des kits scolaires, des médicaments et autres produits des premières nécessités. En les réceptionnant, Dieudonné Mata, vice-gouverneur de la Tshopo, a estimé que la ministre est venue à point nommé. Pour lui, ses administrés ne pouvaient pas continuer à vivre dans cette promiscuité.
Kongo Central n’a pas été à la traîne. Victime d’une haute pluviométrie, comme annoncé au début de l’année 2016, la ville portuaire de Boma a connu de fortes inondations allant jusqu’à provoquer des pertes en vies humaines et des dégâts matériels très importants. Accompagnée de son secrétaire général, Adèle Degbalase a procédé à la remise des médicaments et des kits modernes à la Clinique de Kalamu de Boma. Cet hôpital qui avait tout perdu, a tout retrouvé. «Cette intervention a permis à la clinique de refaire peau neuve et de reprendre, comme il se doit, ses activités avec espoir de ne plus revivre ce qui a complètement ruiné à une période donnée», a affirmé le médecin directeur de la Clinique Kalamu.
Toujours dans le souci d’améliorer le social, la Coordination d’encadrement de paie des militaires inactifs des FARDC -CEPMI/FARDC- a fait son travail. Les militaires inactifs, non payés depuis très longtemps, l’ont été. Loin de s’enorgueillir, Adèle Degbalase Kanda, affirme s’inscrire dans la vision du Chef de l’Etat matérialisée par le Premier ministre.
Barick BUEMA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer