Politique

Les travailleurs de LAC-Sarl encouragent Luzolo Bambi

Les bureaux du Conseiller spécial du Chef de l’Etat en charge de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme ont connu une ambiance peu habituelle dans l’après-midi d’hier jeudi 8 septembre 2016.
Les travailleurs de LAC-Sarl, réunis au sein du Collectif «DAC-ONG», Organisation non gouvernementale de défense des droits des agents et cadres de LAC-Sarl, sont venus faire part à l’exécuteur en chef de l’opération «mains propres», de tous leurs espoirs dans la relance de leur compagnie aérienne et la résolution du passif social de celle-ci au travers d’une gestion responsable de son important patrimoine immobilier.
Reçus en audience par le directeur de cabinet du conseiller spécial Emmanuel Luzolo Bambi Lessa, les travailleurs de la première compagnie aérienne nationale de la RD-Congo ont eu l’élégance de transmettre leurs vifs et sincères remerciements à la plus haute Autorité du pays pour son implication personnelle dans la recherche des solutions pragmatiques et durables aux problèmes qui étranglent la pionnière de l’aviation civile en Afrique subsaharienne.
Aux dires des aviateurs, cette situation déplorable est subséquente à une volonté manifeste de violation des lois de la République par certains décideurs plutôt qu’à des problèmes économiques réels.
Réagissant vigoureusement aux sorties médiatiques mensongères d’un groupe d’affidés manipulés à souhait par le comité de liquidation dont le mandat de douze mois renouvelable une fois, expire ce lundi 12 septembre 2016, les travailleurs de LAC-Sarl sont venus en grand nombre.
Des icônes de l’aviation civile étaient de la délégation, notamment le directeur technique Antoine Miltoni Bangu, le commandant DC-10 Ildefonse Ilunga Mikanda. Tous ont tenu à féliciter et encourager l’homme de la bonne gouvernance à persévérer dans la même voie de l’éthique et de l’assainissement des valeurs morales au sein des Entreprises rd-congolaises en général, et LAC-Sarl en particulier, socle de la réussite du quinquennat du social du Chef de l’Etat.
Un acte de haute portée patriotique à nul autre pareil
Dans leur adresse, les agents et cadres de LAC-Sarl sont d’avis que «ces pratiques d’aliénation des biens du patrimoine des Entreprises, de corruption dans le chef des mandataires de l’Etat, de clientélisme politique et de blanchiment des capitaux, de violations flagrantes des décisions de justice, tous ces actes de mauvaise gouvernance constituent une gangrène mortelle dont la République doit se départir pour espérer une émergence dans le concert des Nations.»
Les travailleurs de LAC-Sarl ont insisté sur l’acte hautement patriotique à nul autre pareil qu’ils ont posé en 2011 en acceptant de renoncer à 85% de leurs arriérés de plus de 120 millions de dollars Us dans l’unique but de créer les conditions optimales pour la relance de leur compagnie et attirer ainsi les partenaires et investisseurs crédibles qui pullulent dans le secteur en vue d’un partenariat gagnant-gagnant. Ils ont cité en passant moult opportunités de coopération avec des compagnies aériennes crédibles tant africaines qu’internationales, des constructeurs d’avions et d’autres investisseurs de taille qui ont été étouffées dans l’œuf par le ministre de tutelle technique.
Les agents et cadres de Lignes aériennes congolaises se disent toujours disposés à apporter leur expertise avérée et leurs compétences tant convoitées par les transporteurs aériens nationaux et internationaux, en vue d’assurer une exploitation aérienne normalisée, viable, fiable et durable en RD-Congo.
 
12 septembre 2016, fin du mandat du comité de liquidation
Au crépuscule du mandat du comité de liquidation mis en place en violation de la loi, avec un bilan largement négatif et dramatique qui coïncide avec la tenue du dialogue national, les travailleurs tirent la sonnette d’alarme et «expriment leurs vives préoccupations de voir les liquidateurs mettre à profit ce vide juridique à la tête de l’Entreprise pour procéder davantage au bradage des biens du patrimoine, objet de convoitise des prédateurs de tous bords, et à la persistance de la paupérisation du personnel.»
Les travailleurs de LAC-Sarl qui se disent convaincus de la justesse du combat mené par le conseiller spécial Emmanuel Luzolo Bambi Lessa contre la corruption où qu’elle s’exerce, la spoliation et le bradage du patrimoine immobilier de l’Etat congolais, affirment haut et fort compter sur la perspicacité, la rectitude morale et la rigueur professionnelle de cet homme d’Etat pour tordre le cou à toutes ces tentatives malencontreuses et inciviques.
Les agents et cadres de LAC-Sarl demeurent rassurés «qu’avec un management crédible, responsable et avisé, doublé de l’appui institutionnel de la plus Haute Autorité de l’Etat, la première compagnie aérienne nationale dispose d’énormes atouts matériels et immatériels pour se remettre à flots et revenir rapidement dans la profession afin d’accompagner le chef de l’Etat dans l’assainissement de l’espace aérien du pays.»
Restauration de l’espoir et du sourire à plus de 30.000 âmes
Les aviateurs confirment qu’au-delà des dividendes substantiels générés par la reprise du travail de plus de 1.600 travailleurs éparpillés dans toutes les provinces du pays, le Président de la République va restaurer l’espoir et le sourire à plus de 30.000 âmes vivant grâce aux activités directes et indirectes induites par la reprise de l’exploitation de LAC-Sarl. Plusieurs plans de relance existent à cet effet.
Au moment où le conseiller spécial Luzolo s’est investi dans de sérieuses investigations pour déverrouiller ce dossier et y apporter des solutions idoines, beaucoup de personnes et leurs protecteurs tapis dans l’ombre ont commencé à s’agiter pour lui faire des procès d’intention. Nos limiers ont remonté toute la filière pour connaître la face cachée de l‘iceberg.
Les premières indications font état de sérieux soupçons sur les opérations de la vente des immeubles de LAC-Sarl à Kinshasa. Ces faits ont mis la puce à l’oreille du conseiller spécial Luzolo saisi du dossier depuis plusieurs mois par les agents et cadres de LAC-Sarl avec le concours précieux de leur avocat conseil, le bâtonnier national Me Mbu ne Letang.
Au cours des séances d’audition des membres du comité de liquidation par les inspecteurs mis à leurs trousses, une moisson importante d’informations a été recueillie, sur base desquelles le conseiller spécial Luzolo s’est cru dans le devoir de faire saisir le compte de LAC-Sarl chez Ecobank. Il a pris le soin d’aviser le gouverneur de la Banque centrale. Les précautions d’usage prises par l’homme de l’opération «manu pulite» plongent également leurs racines dans les chuchotements entendus dans les couloirs d’air terminus, siège social de LAC-Sarl, faisant état d’éventuels décaissements de fonds de dernière minute. Des coups francs à éviter à tout prix.
Recherche des solutions idoines pour la pleine jouissance des droits socioéconomiques
A entendre ces sources recoupées, les travailleurs qui, deux ans durant, ont enduré la croix et la bannière, chosifiés et sevrés de tous leurs droits socioéconomiques -salaires, soins médicaux, frais pharmaceutiques, frais funéraires, etc.- pendant que les membres du comité illégal de liquidation étaient soignés aux petits oignons, ne devraient s’attendre qu’à des miettes, leurs arriérés étant reversés dans la chemise de la dette intérieure qui a toujours constitué le dernier des soucis des gouvernements qui se sont succédés depuis des décennies.
Emmanuel Luzolo Bambi Lessa n’entend nullement s’arrêter à ce stade. Tous les efforts sont maintenant concentrés vers la recherche des solutions idoines qui puissent permettre aux aviateurs de jouir du fruit de leur travail, de rentrer dans tous leurs droits tant bafoués par des dirigeants sans scrupules. Le comité de liquidation devant rendre le tablier ce lundi 12 septembre 2016, des dispositions drastiques méritent d’être prises au sommet de l’Etat pour protéger le riche patrimoine de cette entreprise, veiller au respect des droits socioéconomiques des principaux concernés et relancer ce transporteur aérien qui dispose encore des ressources potentielles pour jouer un rôle de premier plan dans l’exploitation aérienne en RD-Congo.
Pour ce faire, le gouvernement est tenu d’enlever toutes ses entraves et faire montre d’une volonté politique clairement affirmée. Ce ne sont pas les compétences qui font défaut pour remettre cette compagnie à flots. Encore moins les plans et stratégies de relance.
 
Respect des normes et des règles de bonne gouvernance
La RD-Congo gagnera énormément avec le retour dans l’espace aérien national et continental du «Léopard volant». La RD-Congo a une vaste étendue qui nécessite la présence de plusieurs opérateurs aériens crédibles et professionnels pour assurer le déplacement des personnes et des biens sur l’étendue de toutes ses 26 provinces dans les conditions optimales de sécurité et de sûreté. Cette palme est détenue par LAC-Sarl qui depuis sa création en juin 1961, n’a jamais connu d’accident au cours d’un vol commercial ayant causé mort d’homme.
Sous d’autres cieux, certains Etats disposent de plusieurs instruments désignés pour faire leur politique de transport aérien. Le tout est fonction du respect des normes, des règles de bonne gouvernance, du soutien de l’Etat aux opérateurs aériens qui répondent aux exigences pointues dans ce domaine de haute technologie où l’aventure n’est nullement permise.
Tino MABADA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer