Politique

24 janvier 2019: Mbwasiem se souvient de la victoire de la démocratie sur la dictature

En marge de la commémoration du 2ème anniversaire de l’alternance politique au sommet de l’État en RD-Congo, Gisèle Mbwasiem, secrétaire générale adjointe de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-, parle du 24 janvier 2019. Selon elle, cette date reste historique. Elle mérite également d’être intériorisée et enseignée davantage aux générations futures, car elle marque «la victoire de la démocratie sur la dictature».

Au cours d’un entretien accordé à «AfricaNews», elle affirme que cette alternance a été obtenue au prix du sang, dont la signification et la quintessence semblent être ignorées par beaucoup de compatriotes.

«C’est le couronnement d’un combat politique des pères fondateurs de l’UDPS basé sur des valeurs démocratiques chères à Étienne Tshisekedi. Ce dernier a toujours cru à la force du dialogue sur les armes contrairement à beaucoup de ses contemporains qui croyaient maintenir le peuple RD-congolais dans l’esclavagisme au moyens des armes, intimidations et autres», déclare Mbwasiem.

Et d’ajouter: «l’opinion se souviendra qu’en dépit des tortures, d’emprisonnement, des relégations, bref de toute sorte d’humiliation, Étienne Tshisekedi, notre maître, est resté égal à lui-même, fidèle aux idéaux de la démocratie et constant dans son combat jusqu’à la mort. C’est un homme de conviction dont le combat se caractérisait par la non-violence, valeur fondamentale de la démocratie».

Puis: «Beaucoup lui proposait le recours aux armes pour la conquête du pouvoir. Néanmoins, le héros national Étienne Tshisekedi croyait à la force de la parole avec laquelle il avait obligé ceux qui avaient des armes d’organiser les élections malgré eux. C’est cela la grande leçon à tirer du combat d’Étienne Tshisekedi dont l’aboutissement heureux s’appelle Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo».

Mbwasiem insiste pour que la journée du 24 janvier soit enseignée aux enfants comme marquant la résistance du peuple RD-congolais par des moyens pacifiques en vue de bâtir notre démocratie sur des bases solides qui sont les valeurs et idéaux qui incarnent l’actuel Chef de l’Etat et pour lesquelles l’UDPS se bat depuis maintenant 40 ans. «Suivant l’adage qui dit: ‘’Donne-moi une bonne politique et je te donnerai une bonne économie’’, le Président de la République, en toute logique, devrait d’abord assainir l’environnement politique en déboulonnant le système dictatorial FCC-CACH en vue de créer un cadre politique propice au développement et à l’émergence du pays, car agir autrement serait mettre la charrue avant le bœuf», estime Gisèle Mbwasiem.

Saisissant cette opportunité, elle félicite le Chef de l’Etat pour son courage politique et honnêteté intellectuelle d’avoir reconnu publiquement et sans ambage l’échec de la coalition FCC-CACH. «C’est le meilleur état d’esprit que doit avoir toute la classe politique de notre pays, car il tient compte de la misère de la population», souhaite Mbwasiem.

Et de renchérir: «cette attitude est une preuve tangible de la volonté politique du Président de la République à vouloir changer positivement le vécu quotidien des RD-Congolais quel que soit le prix. J’en appelle donc à tous les RD-Congolais épris d’amour de ce grand Congo, en général, et aux honorables députés nationaux, en particulier, de soutenir toutes actions politiques amorcées par le Chef de l’Etat à travers l’Union sacrée pour la nation», conclut Gisèle Mbwasiem.

Mymye MANDA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer