Ngaliema: la REGIDESO coupable de dégâts énormes sur la route de Matadi après la pluie du samedi a dimanche 31 mars

La pluie diluvienne qui s’est abattue dans la capitale RD-congolaise dans la nuit de samedi à dimanche 31 mars, a dévasté plusieurs quartiers. Dans la commune montagneuse de Ngaliema où «AfricaNews» a dépêché ses reporters, les dégâts sont énormes. La route Matadi, dans son tronçon allant de l’avenue Masiala jusqu’à la place Grammalic, est fortement endommagée. La terre s’est effondrée causant une érosion le long de la canalisation de près d’un kilomètre. Les eaux de pluie ont emporté le sable, les caillasses et mêmes les moellons laissés par la REGIDESO qui est en train de placer les tuyauteries de conduite d’eau dans cette partie de la capitale. Selon des riverains, il y avait des caniveaux bien construits, la REGIDESO les a démolis pour installer ses tuyaux. Ils estiment que les travaux ont été exécutés avec négligence, le compactage après la pose de la tuyauterie de la REGIDESO n’ayant pas été bien fait. Selon le ministre des Infrastructures et Travaux publics -ITPR-, Thomas Luhaka, qui a effectué une visite sur place, la chaussée est coupée à la suite des travaux que la REGIDESO est en train de faire. «Elle pose les grosses conduites d’eau mais, malheureusement, ce travail n’a pas été associé avec l’OVD et a laissé des ouvertures», a-t-il déclaré.

Des dégâts énormes sont enregistrés sur la route Matadi, dans la commune de Ngaliema, après la pluie du samedi 30 à dimanche 31 mars à Kinshasa. Plusieurs véhicules ont été engloutis. A l’origine, les eaux de pluie qui ont pris le dessus sur la terre couverte sur les tuyaux de la REGIDESO nouvellement installés.

Les reporters d’«AfricaNews» dépêchés sur place ont dressé une situation déplorable. La terre s’est effondrée causant une érosion le long de la canalisation de près d’un kilomètre. Les eaux de pluie ont emporté le sable, les caillasses et mêmes les moellons laissés par la REGIDESO qui est en train de placer les tuyauteries de conduite d’eau dans cette partie de la capitale. Selon des riverains, il y avait des caniveaux bien construits, la REGIDESO les a démolis pour installer ses tuyaux. Ils estiment que les travaux ont été exécutés avec négligence, le compactage après la pose de la tuyauterie de la REGIDESO n’ayant pas été bien fait. Des palissades de certaines maisons se sont écroulées, des véhicules sont tombés dans ce petit ravin, voire deux engins de la REGIDESO sont tombés dans le ravin. L’une de deux bandes que compte la route Matadi n’est plus praticable pour l’instant. D’ailleurs, à certains endroits, l’eau de pluie a balayé la terre à tel enseigne que même la bande restante est rongée en bas. Ce qui présente un danger pour les passants. Même handicap pour les habitants des parcelles riveraines de la route Matadi qui disent avoir du mal pour atteindre la chaussée.

Selon le ministre des Infrastructures et Travaux publics -ITPR-, Thomas Luhaka, qui a effectué une visite sur place, la chaussée est coupée à la suite des travaux que la REGIDESO est en train de faire. «Elle pose les grosses conduites d’eau mais, malheureusement, ce travail n’a pas été associé avec l’OVD et a laissé des ouvertures», a-t-il déclaré.

Selon le ministre des Infrastructures et Travaux publics -ITPR-, Thomas Luhaka, qui a effectué une visite sur place, la chaussée est coupée à la suite des travaux que la REGIDESO est en train de faire. «Elle pose les grosses conduites d’eau mais, malheureusement, ce travail n’a pas été associé avec l’OVD et a laissé des ouvertures», a-t-il déclaré.

A travers «Top Congo Fm», il a annoncé l’intervention urgente de l’Office des voiries et drainage -OVD- afin de limiter les dégâts. «Des instructions ont été données à l’OVD pour qu’il puisse intervenir pour juste contenir les dégâts. Cela doit se faire en toute urgence parce que nous craignons maintenant que, si on ne fait rien aujourd’hui et qu’il y ait une autre forte pluie, ce soit des maisons qui partent. L’OVD va donc intervenir en attendant d’établir les responsabilités du désastre actuel», a fait savoir Thomas Luhaka.

Pour rappel, dans la nuit du 4 janvier dernier, 44 personnes sont mortes pendant la pluie qui s’était abattue à Kinshasa. Des ponts avaient été cassés, des routes coupées et affaissées dans certains endroits, des blessés graves avaient été aussi enregistrés pendant cette pluie. Puis, le 21 février, après de fortes pluies dans la capitale, 10 personnes avaient trouvé la mort. Ce drame s’était produit dans la périphérie du quartier Manenga, dans la commune de Ngaliema à quelques encablures de l’arrêt UPECO en diagonale du quartier Gramalick.

Olitho KAHUNGU

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*