Nation

La GFF s’attaque aux violences faites aux femmes et le VIH/SIDA

GFF
Les militaires et leurs familles remercient la GFF pour avoir songé à l’éradication du SIDA dans les camps militaires de la RD-Congo, en finançant la production des bandes dessinées sur la lutte contre les violences faites aux femmes et le VIH /SIDA. Le Professeur Michel Nsumbu, concepteur du projet et président de l’ONG Maison SIDA international –MASI, est explicite à ce sujet: «Ce que nous faisons aujourd’hui au Camp Kakolo ne s’arrêtera pas seulement ici mais plutôt il se poursuivra dans d’autres camps militaires de la ville de Kinshasa entre autres, aux Camps Badiadingi, Tshiatshi, Ndolo et Seta». Depuis sa création en 2004, cette branche du Groupe Fleurette de l’homme d’affaires Dan Gertler a investi des millions de dollars dans la santé, l’éducation, l’aide d’urgence, les infrastructures, la culture et autres projets à travers la RD-Congo. La GFF reste le véritable partenaire social de la RD-Congo. 
Les experts ont retracé l’épidémie de VIH/SIDA et la violence contre les femmes en RD-Congo dans sa longue histoire des conflits armés. Selon leurs études, les femmes en zones de conflit sont particulièrement vulnérables face aux agressions sexuelles, souvent perpétrées  par des éléments des groupes armés, y compris des Forces armées RD-congolaises. Le «American journal of public health» indique également que deux millions de femmes ont été violées en RD-Congo. Un chiffre inquiétant. Mais bien plus inquiétant, le gouvernement de la RD-Congo parle d’environ un million des RD-Congolais qui sont séropositifs.
Et la Gertler family foundation -GFF- n’a pas laissé passer inaperçue la Journée mondiale de lutte contre le SIDA. En partenariat avec les Forces armées de la RD-Congo -FARDC-, elle a lancé, le lundi 2 décembre 2013, au Camp Kokolo, une nouvelle campagne agressive de sensibilisation pour barrer la route à la violence faite aux femmes dans le pays et, ainsi, empêcher la propagation du VIH/SIDA dans l’armée nationale.
Au cours de cette cérémonie qui a connu la présence de plusieurs personnalités dont le général Louis Kakudji représentant le vice-Premier ministre en charge de la Défense nationale, les responsables militaires ont présenté deux bandes dessinées avec illustrations en couleur. La première intitulée «Yo soda ya ekolo Kongo demokratike boya bizaleli ya boye!», entendez: «Toi, soldat des FARDC rejette ces agissements». Celle-ci déplore les violences commises contre les femmes et la seconde, «SIDA: Tolobana yango bisika to vandi» -en français, «SIDA: parlons-en dans notre environnement», démontre les conséquences du VIH/SIDA.
Ces supports pédagogiques en lingala dont la GFF a financé la production de 15 000 exemplaires, seront distribués dans des camps militaires de toutes les 11 provinces de la RD-Congo. Ces deux manuels sont déjà disponibles en version swahili. Pour le coordonnateur général de lutte contre VIH/SIDA au niveau de l’armée nationale, les FARDC, sous l’impulsion du Commandant suprême, Chef l’Etat Joseph Kabila, se sont investis pour une génération sans SIDA, zéro nouvelle infection, zéro décès, zéro discrimination. «Nous disons tous ensemble stop SIDA», dit-il plus haut. Pour lui, les FARDC sont résolument renseignés derrière leurs autorités pour barrer la route au VIH/SIDA et aux violences sexuelles basées sur le genre.
«Nos sincères remerciements vont à la GFF qui, avec nous, estime que les violences faites aux femmes sont une atrocité dans le pays», a souligné Professeur Michel Nsumbu, concepteur du projet et président de l’ONG Maison SIDA international -MASI. «Ce que nous faisons aujourd’hui au Camp Kakolo ne s’arrêtera pas seulement ici mais plutôt il se poursuivra dans d’autres camps militaires de la ville de Kinshasa entre autres, aux Camps Badiadingi, Tshiatshi, Ndolo et Seta», a-t-il ajouté. Cette nouvelle campagne de sensibilisation sur la lutte contre les violences faites aux femmes et VIH/SIDA qui coïncide avec la Journée mondiale de lutte contre le SIDA célébrée chaque 1er décembre de l’année, fait partie du Programme PALS de l’armée. Lequel programme a débuté depuis 2006 dans le but de combattre systématiquement les violences sexuelles et la propagation du VIH/SIDA au sein des forces armées.
«L’éducation est la clé de la prévention et la Gertler family foundation est honorée de travailler en partenariat avec l’armée de la RD-Congo pour lutter contre ces problèmes au nom du peuple RD-congolais et des forces armées», a déclaré Dan Gertler, co-fondateur de la GFF et conseiller principal du Groupe Fleurette. Et d’ajouter: «Nous espérons que nos efforts aident la RD-Congo à bâtir un avenir meilleur». Pour sa part, François Ndjeka, coordonnateur de la GFF, a demandé à ceux qui bénéficieront de ces manuels de les lire attentivement et de les faire lire à d’autres personnes afin de barrer la route à ces deux fléaux. Il a fait savoir que la GFF reste résolument engagée à poursuivre cette lutte.
Une initiative du Trust de la Famille Gertler, la GFF s’est engagée à répondre aux besoins des groupes vulnérables de la population RD-congolaise. Depuis sa création en 2004, cette branche du Groupe Fleurette a investi des millions de dollars dans la santé, l’éducation, l’aide d’urgence, les infrastructures, la culture et autres projets à travers la RD-Congo.
Christian BUTSILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer