NationPolitique

Kamitatu et Fayulu candidats à l’invalidation

Les absences prolongées et non justifiées sont passibles d’invalidation au Parlement RD-congolais. A l’issue de la session de septembre qui vient de s’achever, les députés nationaux Olivier Kamitatu, présentement en Belgique, et Martin Fayulu, sur place à Kinshasa, sont préposés à l’invalidation. Francis Kalombo est aussi concerné. L’honorable Tshika Wa Mulumba, la sœur d’Etienne Tshisekedi, apprend-on, pourrait se sauver après avoir présenté des justifications à la commission ad hoc. Même Adolphe Muzito a été également visé, mais il a présenté ses justifications.
 
L’épée de Damoclès pèse sur les députés nationaux qui brillent par leurs absences injustifiées et non autorisées aux sessions parlementaires. Par conséquence, l’Assemblée plénière a levé l’option de procéder à l’invalidation des députés concernés conformément aux articles 110, point 6, de la Constitution et 85, point 6 du Règlement intérieur qui stipulent: «le mandat de député national ou de sénateur prend fin par absence non justifiée et non autorisée à plus d’un quart des séances d’une session». A la lecture du Règlement intérieur, les députés absentéistes peuvent être invalidés par la plénière en application dudit règlement de l’Assemblée nationale. Cependant, le même texte ordonne au bureau de pouvoir invalider si le Parlement n’est pas en session. Dans cette logique, les députés ayant battu le record d’absences prolongées et non justifiées sont déjà épinglés. Selon les informations glanées ce dimanche 17 décembre par AfricaNews, Olivier Kamitatu Etsou, absent du pays, et Martin Fayulu sont candidats à l’invalidation. Cette mesure concerne également Francis Kalombo, absent du pays depuis sa démission du PPRD en 2016, alors que Tshika Wa Mulumba, sœur d’Etienne Tshisekedi, a pu se sauver après avoir présenté ses arguments justificatifs à la commission ad hoc. Même l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito a été visé, mais il a porté à la Commission ses justificatifs. La question d’invalidation a été soulevée par les députés de la Majorité présidentielle -MP- qui disent constater que la plupart de députés de l’Opposition ont commencé à boycotter les plénières  de l’Assemblée nationale à cause de l’utilisation des motions incidentielles qui bloquent les motions de défiance. «Constatons que la suspension de la participation aux travaux de l’Assemblée nationale par les députés de l’Opposition est dictée par l’objectif d’empêcher l’Assemblée nationale d’adopter les lois essentielles au parachèvement du processus électoral en vue de la réalisation de leur agenda consistant à accéder au pouvoir par des voies non démocratiques», avait dénoncé la MP alors que les députés de l’Opposition avaient claqué la porte de la plénière lors du rejet de la motion de défiance contre deux membres du gouvernement, à savoir: le vice-Premier ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, et le ministre d’Etat à la Justice, Alexis Thambwe Mwamba.
Félix Tshisekedi et Antipas Mbusa ont été également invalidés
Par le passé, la plénière avait exclu du Parlement de Félix Tshilombo, le fils Tshisekedi, qui n’a jamais siégé à l’Assemblée nationale depuis son élection en novembre 2011. Il en est de même d’Antipas Mbusa Nyamwisi, réfugié en Afrique du Sud depuis plusieurs mois, visé pour son opposition au Président de la République et pour avoir claqué la porte de la Majorité présidentielle. Mbusa a été aussi accusé d’avoir des liens avec les groupes armés opérant à l’Est du pays.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer