MédiasSociété

RTNC: Mamoko, Kabila et Mulumba au cœur des malversations financières

Avant de prendre son envol pour l’au-delà, Ernest Kabila Ilunga, Directeur général de la Radiotélévision nationale congolaise -RTNC-, a signé un scandale financier de mèche avec Mamoko et Freddy Mulumba, respectivement PCA et Directeur général adjoint de cet établissement public.

Le trio, aidé par certains agents de la direction de paie du ministère du Budget et quelques directeurs à la RTNC, arrive, depuis 2018, à détourner annuellement la somme de 11.817.816.038 Fc sur les 39.847.901.580 Fc destinés à payer la «prime et indemnités permanentes» des cadres et agents de la RTNC comme prévu dans le plan d’engagement budgétaire par administration. L’information nous est rapportée par certains agents et cadres de la chaine nationale, révoltés de voir trois personnes s’accaparer de plus de 25% de cette enveloppe censée revenir à l’ensemble du personnel sans discrimination.

«Nous travaillons à la RTNC depuis plusieurs années, mais nous n’avons jamais touché à une quelconque prime, à part nos maigres salaires de base. Pourtant, nous prestons les jours comme les nuits à nos risques et périls», a confié à AfricaNews un des directeurs lésés. Et de dénoncer: «même les fonds générés par la redevance audiovisuelle, collectée entre autres par la DGI à travers les plaques d’immatriculation pour le compte de la RTNC, la DGDA au niveau des frontières sur les appareils récepteurs, l’ARPTC sur les téléphones mobiles, les régies financières provinciales sur la vignette; l’argent des frais de régie, des partenaires traditionnels comme Tema Paris, les sociétés brassicoles et de télécoms, prennent une destination inconnue alors que la polyclinique manque des médicaments et les rédactions dépourvues des papiers duplicateurs et d’ancres pour imprimer».

Un autre scandale financier se rapporte au paiement «des avantages illégaux». Le premier de ces avantages est le double salaire perçu par les administrateurs au motif de «paie supplémentaire aux émoluments du Trésor public au taux officiel de 920 Francs congolais mais actualisé au taux de 2.000 Fc le dollar». Ce salaire supplémentaire, daprès des informations en notre possession, est fixé à USD 6.600 pour le DG, USD 5.300 pour le DGA et USD 3.000 pour le PCA. 

Le deuxième avantage concerne «la double indemnité kilométrique payée par la RTNC chaque fin du mois». Le DG a droit à USD 1.500, le DGA USD 1.200 et le PCA USD 1.500, a-t-on appris. Cet avantage a l’air d’être normal alors qu’il n’en est pas le cas. Raison: chaque semaine, le trio est accrédité en carburant grâce à un partenariat entre la RTNC et la SONAHYDRO. Selon les clauses de ce partenariat, le DG et le PCA reçoivent 120 litres contre 100 litres pour le DGA. Le même trio ne s’est pas gêné de se faire payer la prime d’élaboration du budget et celle du bilan sur les recettes de la RTNC alors que ces pratiques sont scrupuleusement interdites par la Loi.

L’arbitrage de Muyaya sollicité

A la RTNC, la situation semble être allée de mal en pis après le décès du DG Ernest Kabila. Des sources ont rapporté que Freddy Mulumba, DGA à la mort de Kabila, na pas attendu une mise en place officielle ni une notification pour s’autoproclamer Directeur général a.i, allant jusqu’à paralyser le service des approvisionnements de la Direction des Ressources humaines. Les tâches dévolues à ce service ont été confiées à une des proches de Freddy Mulumba, en l’occurrence Antho Odia, sous-directrice au secrétariat général de la Direction générale. Et ce n’est pas sans raison. Aussi tôt investie de ces nouvelles missions, Antho Odia, affirment les mêmes sources, a surfacturé les achats des matériels et autres consommables de bureau. Bien plus que ça, récemment, la même Antho Odia, sous la bénédiction de Freddy Mulumba, a procédé à l’achat des ordinateurs et cameras en violation de la procédure de passation des marchés publics.

Toutes ces bavures ont provoqué un climat malsain, la situation socio-professionnelle, elle, se retrouve au bord de l’implosion. Cest ici le lieu de faire appel au sens managérial du ministre de la Communication et des médias, Patrick Muyaya, en tant que ministre de tutelle, pour décanter la situation et éviter le chaos à la RTNC. Au-delà d’exiger de rentrer dans leur droit, les agents et cadres de la RTNC, remontés comme jamais, sen remettent au Président de la République Félix Tshisekedi et au Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde pour obtenir le licenciement de tous les membres du Conseil dadministration, y compris le «DG ai autoproclamé», pour «incompétence notoire et gestion opaque de cet établissement public stratégique, transformé en un bien privé». Il se sont également remis à l’Inspection générale des finances -IGF- et à la justice du pays et les ont interpellés à «prendre leur responsabilité en mains afin que ces présumés voleurs répondent  de leurs actes accusations devant la justice comme il est de coutume dans un Etat qui se veut de droit».

Pendant ce temps, la Délégation syndicale de l’administration centrale de la RTNC joue au sapeur-pompier, appelant, dans son communiqué du 23 juillet 2021, le personnel «au calme en attendant de tirer la situation au clair».

Ya KAKESA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page