Dossier à la UnePolitique

UA: trois grands dossiers de Tshisekedi

La lutte contre la Covid-19, la concrétisation du projet de la Zone de libre échange en Afrique ainsi que les réformes institutionnelles de l’Union africaine se comptent parmi les priorités du Président Tshisekedi à la tête de cette organisation continentale

Depuis le samedi 6 février, la RD-Congo dirige l’Union africaine -UA- pour une année. Le Président en exercice, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a été investi. Il remplace à ce poste le Président sud-africain Cyrille Ramaphosa. La RD-Congo prend la tête de l’UA pour la deuxième fois dans son histoire, mais cette fois-ci à une époque où plusieurs maux rongent le continent au plan sanitaire, politique, économique et social. Bien entendu le nouveau dirigeant de l’UA entend impulser une nouvelle dynamique en associant les jeunes et les femmes dans la prise des décisions.

Dans l’entretemps, il y a des dossiers d’envergure. Concernant le Coronavirus, le souhait des Chefs d’Etat et de gouvernement est de renforcer la stratégie commune de lutte contre la pandémie. Le constat fait donne matière à réflexion: il est vrai jusqu’ici que le continent africain a été relativement moins touché que d’autres parties du monde mais son économie a subi le contrecoup de cette pandémie.

A ce sujet, il s’est dégagé de différentes discussions des Chefs d’État l’impérieuse nécessité d’engager une vaccination massive des populations africaines contre la Covid-19. Toutefois, des défis majeurs restent à relever notamment la recherche des vaccins, des financements et l’acceptation de la vaccination par la population jusqu’ici sceptique de manière générale. «Alors que nous nous préparons à la tâche massive de vaccination de nos populations contre la Covid-19, nous comptons sur l’UA et ses partenaires pour fournir l’assistance et le soutien dont nous avons besoin», a fait savoir le Président sortant Cyrille Ramaphosa à l’occasion de passation de pouvoir avec son successeur.

L’industrialisation des économies africaines, un défi à relever

Le deuxième dossier très important est l’opérationnalisation de la Zone de libre-échange continental africain -ZLECAF. Etant considérée comme le rêve des pères fondateurs de l’Union africaine, l’intégration régionale consécutive à la mise en œuvre de la ZLECAF devrait se poursuivre. L’entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2021 et la poursuite de ratification par les pays signataires de l’Accord est un progrès significatif. D’autres mesures comme la suppression progressive des barrières tarifaires sont attendues. L’industrialisation des économies africaines est un autre défi à relever.

Troisième dossier, enfin, ce sont des réformes institutionnelles de l’Union africaine. Ici, des voix s’élèvent pour une accélération du processus. Ces réformes concernent notamment la création des institutions financières continentales. A ce sujet, les Chefs d’État s’accordent à reconnaitre qu’il s’agit d’une urgence. Aujourd’hui que le gouvernement de la présidence africaine de Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo est en place avec la réélection des membres de la Commission de l’Union africaine, il y a lieu d’espérer à la réalisation de ces défis. La RD-Congo et son Président seront jugés sur base de leurs capacités à résoudre ces dossiers, booster le développement et assurer l’intégration.

Octave MUKENDI 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer