Dossier à la UnePolitique

Sur sa lancée, Tshikuya pose la première pierre du bâtiment ultramoderne de l’Inpp/Lubumbashi

En érection dans une zone réputée pour son abondante activité minière et économique, le futur siège, financé comme les précédents par l’Agence japonaise de coopération internationale, se devait de se démarquer. Il coûtera USD 29 millions et proposera des filières en haute technologie adaptées aux spécificités locales et régionales avec un bonus en énergies renouvelables et agroalimentaire en vue de faciliter l’insertion des jeunes dans le monde professionnel et répondre aux besoins sociaux de base.
La Révolution de la modernité à l’Institut national de préparation professionnelle n’est pas un slogan, mais une réalité palpable. Après avoir doté la Direction provinciale de Kinshasa d’un bâtiment ultramoderne sur financement de l’Agence japonaise de coopération internationale -JICA-, inauguré en février 2015 par le Président de la République Joseph Kabila, fini de construire et mis en service les centres de Goma et Rutshuru, ouvert des chantiers à Bukavu, Mbuji-Mayi et Matadi, l’Adg Maurice Tshikuya Kayembe et sa partenaire traditionnelle vont remettre ça voire frapper un grand coup à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga.
Jeudi 4 mai 2017, en présence du ministre d’Etat en charge du Travail, emploi et prévoyance sociale, Lambert Matuku, du conseiller principal du Collège Infrastructures du Chef de l’État, Robert Mukoko et de l’ambassadeur du Japon en RD-Congo et du boss de la JICA venu de Tokyo, Maurice Tshikuya a procédé à la pose de la première pierre du bâtiment ultramoderne de l’INPP-Lubumbashi.
USD 26 millions, coût des travaux du centre de formation
En érection dans une zone réputée pour son abondante activité minière et économique, le futur centre de formation de Lubumbashi, financé comme ceux de Kinshasa, Goma, Rutshuru, Matadi, Mbuji-Mayi et Bukavu, par l’incontournable JICA se devait de se démarquer. Il coûtera USD 29 millions et proposera des filières en haute technologie adaptées aux spécificités locales et régionales avec un bonus en énergies renouvelables et agroalimentaire en vue de faciliter l’insertion des jeunes dans le monde professionnel et répondre aux besoins sociaux de base, a fait savoir l’Adg Tshikuya, fier d’être sur le point d’offrir à la ville de Lubumbashi le plus bel ouvrage de son histoire.
«L’INPP a choisi le Japon compte tenu de son passé et son parcours. En plein océan Pacifique et situé dans une zone victime des séismes récurrents, le Japon a fait du développement humain un levier indispensable pour le progrès de son économie», a encore indiqué Tshikuya, annonçant le lancement prochain des projets similaires à Mbandaka, Kisangani, Kananga, Kindu et Kolwezi. Il va sans dire que l’objectif est de pouvoir quadriller les 26 provinces en vue d’intensifier la formation professionnelle à travers tout le territoire national.
Pour sa part, Hiroshi Karube, ambassadeur du Japon en RD-Congo, s’est dit heureux d’assister au lancement de ce projet dans le cadre de l’aide non remboursable du gouvernement nippon. Hiroshi Karube a justifié le choix porté sur Lubumbashi.
Développement économique et renforcement des ressources humaines du Katanga
«Limitrophe de la Tanzanie, de l’Angola et de la Zambie, la Région du Katanga, et particulièrement la ville de Lubumbashi, joue un rôle primordial sur le plan économique en République démocratique du Congo, voire en Afrique centrale. En effet, la région du Katanga constitue non seulement un nœud de transport mais également une source importante de minerais, à tel point qu’il y avait des sociétés japonaises y opérant dans les années 70 dans le secteur minier», a-t-il dit.
Puis: «Le Japon attache une grande importance au développement économique et au renforcement des ressources humaines du Katanga, tant pour le développement durable de la République démocratique du Congo que pour le renforcement des relations entre les deux pays. Je crois que la main d’œuvre qualifiée et abondante pourrait faciliter le retour des entreprises japonaises dans l’avenir».
L’ambassadeur Hiroshi Karube a aussi et surtout salué l’esprit managérial de Maurice Tshikuya dont le dynamisme est à l’origine de la reprise de cette collaboration fructueuse. Il a annoncé que les travaux de construction de l’INPP-Lubumbashi seront entrepris par une équipe japonaise de la société Dainippon Doboku, appelant les RD-Congolais à apprécier leur savoir-faire et apprendre leur technologie basée sur la promotion des valeurs comme la politesse, la patience, la précision et la ponctualité. Ci-après le discours de l’Adg Tshikuya.
AKM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer