Dossier à la UnePolitique

Succession de Tshisekedi au Rassemblement: Olenghankoy affronte Pierre Lumbi

Aussitôt entamées les manœuvres pour remplacer Etienne Tshisekedi à la présidence du Comité des sages du Rassemblement, certains ténors de ce regroupement politique font part des couacs et laissent entendre que le choc de transparence n’aura pas lieu
Aussitôt lancées les tractations pour remplacer Etienne Tshisekedi à la présidence du Comité des sages du Rassemblement, plusieurs ténors de ce regroupement politique font part des couacs et laissent entendre que le choc de transparence n’aura pas lieu. L’attitude des uns et des autres a toutes les chances de servir de prétexte aux éventuels démons de division.

La décision de l’Alternance pour la République -AR- de suspendre Raphaël Katebe Katoto au motif qu’il s’est lancé dans la course à la Primature contre Félix Tshisekedi, désigné par toutes les plateformes du Rassemblement, et la convocation à l’initiative du G7 et de l’UDPS d’une plénière destinée à la désignation du nouveau président du Comité des sages de ce regroupement politique, alors que le corps d’Etienne Tshisekedi est encore gardé dans un frigo à Bruxelles, ont renforcé les soupçons.
Membre de la Dynamique de l’Opposition, Freddy Matungulu a carrément posté le week-end sur Twitter un commentaire grinçant au sujet de ces tractations, exigeant que le remplacement de Tshisekedi se fasse en toute transparence.
«Pour honorer la mémoire de l’illustre disparu, la désignation du président Tshisekedi au Rassemblement doit se faire en toute transparence, loin des manœuvres et intrigues politiciennes. Ainsi pourra être évitée l’implosion de ce groupe dans lequel le peuple congolais a tant investi», a indiqué le président de Congo na Biso -CNB.
Autre ténor de la Dynamique, Joseph Olenghankoy, pressenti candidat à la succession de Tshisekedi à la présidence du Rassemblement, selon plusieurs sources internes, a immédiatement relayé le message comme pour marquer son soutien à Freddy Matungulu.
Sans nul doute, le choix du successeur de Tshisekedi a viré à une guerre des clans. Un groupe favorable à Olenghankoy estime que le nouveau président du Comité des Sages du Rassemblement doit avoir, comme Tshisekedi, un long parcours, une lutte dans l’Opposition et la constance dans ses convictions politiques. De ce point de vue, Olenghankoy a les atouts et bénéficie du soutien de certains de ses camarades de la Dynamique.
«L’Opposition est une question d’idéal et d’engagement. Elle se vit et ne se décrète pas. Ce n’est pas parce que l’on a longtemps évolué dans ses rangs que l’on peut prétendre au même poids politique que le président Tshisekedi qui a su incarner cette sensibilité politique», réplique un cadre de l’AR joint au téléphone dimanche.
Face à Olenghankoy se dresse Pierre Lumbi, soutenu justement par l’Alternance pour la République et le G7, les deux regroupements politiques qui soutiennent la candidature de Moise Katumbi à la prochaine élection présidentielle.
Le G7 et l’AR soupçonnent Olenghankoy de rouler pour Raphaël Katebe Katoto, dont les récentes déclarations rapportées par la presse ne font pas la part belle au candidat Katumbi.
Si Pierre Lumbi devrait occuper la direction du Collège des présidents, comme le souhaitent certains cadres du Rassemblement, Moise Katumbi irait à la présidence du Comité des sages et Félix Tshisekedi à la Primature, apprend-on.
De leur côté, Olenghankoy et ses soutiens ne croient pas en la sincérité de Lumbi. Motif: «Il y a des présomptions qu’il est de connivence avec le président de la République Joseph Kabila dont il a été le conseiller spécial et qui ne l’a jamais inquiété après son ralliement à l’Opposition».
YA KAKESA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer