Dossier à la UneSociété

RDC : La RVF prend son temps pour draguer Lubi, Mbuji-Mayi en rupture des stocks

À Mbuji-Mayi, les opérateurs économiques et consommateurs se disent satisfaits du partenariat FPI-Malila Nzenze… Mais la régularité de l’approvisionnement reste le goulot d’étranglement! Alors que la Régie des voies fluviales -RVF- prend tout son temps pour assurer le dragage et le balisage de la rivière Lubi pour faciliter l’accès au port de Ndomba, des tonnes de marchandises sont bloquées à Lusambo et Mbuji-Mayi est en rupture des stocks. Opérationnel dans la commune de la Muya, l’Économat du peuple tenu par les Établissements Malila Nzenzhe a commencé à approvisionner la ville de Mbuji-Mayi en vivres et non vivres à des prix abordables. Au grand bonheur des consommateurs, à en croire le gérant de l’Economat du peuple, sieur Michel Ilumbe. Confirmation du public: «les prix des produits ont sensiblement baissé. La farine de froment est passé de 70 dollars à 40 dollars. Le sac de ciment de 35 dollars à 22 dollars actuellement», témoigne un détaillant.

Entre avril et mai, tout a bien marché mais depuis début juin, les produits viennent difficilement par route, en piteux état. «À cause de la saison sèche et de la baisse du niveau des eaux de la rivière Lubi, une grande quantité de marchandises est bloquée à Lusambo. Nous sommes en train de transporter les marchandises par route, les camions mettent parfois une semaine», explique Mimi Ilumbe. Dans la ville où la population prend l’habitude de vivre les effets positifs du partenariat entre le FPI et Malila Nzenzhe, les coupables sont identifiés: les responsables de la Régie des voies fluviales -RVF.

La population ne décolère pas. Et pour cause: le non approvisionnement de l’Economat du peuple depuis le mois de juin. Les stocks des denrées traînent toujours à Lusambo, la navigabilité de la Lubi étant impossible faute de balisage et de dragage. La Régie des voies fluviales est accusée d’être à la base de cette situation malheureuse et de stopper l’élan pris il y a quelques mois. En effet, les fonds ont été mis à la disposition de cette régie par le Fonds de promotion de l’industrie -FPI- depuis bientôt 7 mois pour effectuer les travaux d’amélioration de navigabilité. Mais depuis, la RVF ne réagit pas. Pour la population de Mbuji-Mayi, l’implication du Chef de l’État s’impose pour décanter la situation, surtout qu’il s’agit d’une entreprise publique à la base du blocage.

«Les services étatiques ont intérêt à être complémentaires. Si la Régie des voies fluviales avait fait sa part un peu plus tôt, la saison sèche ne serait pas une raison pour perturber ce qui a été programmé et Economat du peuple n’aurait pas connu les difficultés que nous déplorons tous aujourd’hui», plaide un observateur. Côté consommateurs, certains estiment que les responsables d’Economat du peuple devraient multiplier les points de vente à travers la ville. Tout en reconnaissant les efforts du FPI, la population lui demande d’accélérer la mise en pratique de tous les autres projets du grand Kasaï dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités.

Tino MABADA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer