Dossier à la UneEcofinHi-TechNationPolitique

RDC: Après les indiscrétions de Kabund, le RAM confirmé scandale d’État

Jeune Afrique a révélé, mardi sur son site, le déroulé de la réunion des députés de l’Union sacrée tenue lundi autour du président de l’Assemblée nationale Mboso Nkodia Puanga, du Premier ministre Sama Lukonde et du ministre des PTNTIC, Augustin Kibassa Maliba, sous la menace d’une motion de défiance portée par le député FCC Jean-Marie Bulambo consécutive au Registre des appareils mobiles -RAM-, au cours de laquelle le 1er vice-président Jean-Marc Kabund a attesté que la Présidence de la République gère cette taxe de la controverse.
Depuis plusieurs mois donc, la Présidence de la République recouvre et affecte, en lieu et place du gouvernement, seul habilité à gérer le pays au quotidien et assumer la responsabilité de la politique de la Nation, les recettes générées par le RAM et que personne ne sait retracer avec exactitude: 25 millions de dollars selon le ministre Kibassa Maliba, 250 millions de dollars à en croire l’Observatoire de la dépense publique -ODEP-, 400 millions de dollars, si l’on s’en tient aux chiffres sortis mardi au Palais du peuple par le député FCC Fidèle Likinda.
Une preuve que la Présidence de la République marche sur les attributions constitutionnelles du gouvernement, notamment du ministre des PTNTIC, fondé par l’article 93 de la Constitution pour être seul responsable de son département et pour y appliquer le programme gouvernemental, sous la direction et la coordination du premier ministre.

Sur les réseaux sociaux, depuis les confidences de “Jeune Afrique”, les réactions, tant politiques que médiatiques, pointent clairement le Palais de la Nation.

Vrais ou faux, les renseignements faits par Kabund sur la gestion exclusive supposée des recettes RAM par la Présidence de la République sont d’une immense gravité. La lourdeur des affirmations et du rôle de leur auteur dans les rouages du pouvoir en place, en ces temps de méfiance et de défiance où le ministre Kibassa paraît préférer la réunion de l’Union sacrée à la plénière de l’Assemblée nationale, valent accusation. Évoquer la confirmation d’un scandale d’État ne serait pas exagéré.

Élu UNC de Walikale, le député Juvenal Munubo, compté par l’activiste des droits de l’homme Jean-Claude Katende parmi les députés USN signataires de la motion contre Kibassa, suggère logiquement la suspension -moratoire- sur le projet RAM et la constitution d’une Commission d’enquête parlementaire pour élucider la question de la traçabilité des fonds collectés à travers cette taxe.
Son collègue de l’Union sacrée Claudel André Lubaya estime, pour sa part, que “toutes les explications du monde ne suffiront pas pour justifier le maintien de RAM dont la suppression pure et simple est essentielle pour rétablir la confiance. “C’est l’occasion pour nous USN d’éviter de ramer à contre courant des attentes citoyennes”, tape-t-il sur son compte Twitter.

Aux dernières nouvelles, Kibassa décide de marcher sur l’eau en passant, ce mercredi, devant la Représentation nationale pour répondre aux préoccupations des élus du peuple.

Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer