Dossier à la UneNation

RDC : Mabunda mobilise pour l’unité nationale et le bien-être social

La tradition parlementaire a été respectée mardi 15 septembre à l’Assemblée nationale avec l’ouverture de la session ordinaire de septembre 2020. Dans son discours d’ouverture solennelle, Jeanine Mabunda Lioko a peint le tableau sombre de la situation du pays. L’insécurité qui bat son plein à l’Est de la République, à Kinshasa avec le kidnapping des jeunes filles, à Lubumbashi et ailleurs, l’économie du pays menacée par la pandémie de la Covid-19, le social agonisant de la population, la résurgence des épidémies et la montée en flèche de la haine tribale ont été décryptés. Pour toutes ces questions, la présidente de l’Assemblée nationale a lancé un message pressant au gouvernement pour des solutions idoines.

Etant donné que cette session est essentiellement budgétaire, un appel a été lancé au gouvernement pour déposer, dans le délai, le projet de loi des finances 2021 précédé de la loi de reddition des comptes 2019. Mabunda a saisi cette occasion pour dénoncer le foisonnement dangereux des discours de haine au sein de la société RD-congolaise. «En effet, un déferlement de violence et d’intolérance engendrée par la haine est en train de devenir une réalité bien trop familière depuis un certain temps dans notre pays. L’une des victimes de cette pratique odieuse est le Dr Mukwege, Prix Nobel de la paix et défenseur de la femme, qui a subi des menaces et reçu flot malsain d’insultes. Nous condamnons fermement ces pratiques d’un autre âge et appelons le gouvernement à veiller à la sécurité de ce valeureux RD-congolais», a-t-elle souligné.

Dans ce registre des insultes dont elle-même est aussi victime de la part des militants d’un parti politique bien identifié, Jeanine Mabunda a été précise: «à travers moi, ce sont toutes les femmes et filles qu’on atteint. C’est aussi l’institution Assemblée nationale que je préside que l’on dévalue. C’est une violence verbale et politique qui, si elle n’est pas condamnée et arrêtée, est le prélude à une violence physique observée ça et là». Et de continuer: «je remercie les très nombreux soutiens des RD-Congolais et de différentes personnalités politiques. J’entends aussi les silences complices».

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer