Dossier à la UneJusticePolitique

RDC: Les trois urgentes requêtes de Matata

Le sénateur demande le classement sans suite du dossier par le Parquet, il veut aussi “recouvrer ses immunités levées précipitamment de façon incompréhensible par le bureau du Sénat” et sa liberté de mouvement…

Mardi 20 juillet, l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo Mapon, devenu sénateur, s’est attiré les phares de l’actualités dans les médias et les réseaux sociaux avec deux évènements. D’abord, tôt le matin, Matata a annoncé qu’il a été empoisonné se fondant sur le test antipoison qu’il avait réalisé. Le message a ému des membres du personnel politique, notamment Salomon Kalonda, le conseiller spécial de Moïse Katumbi, auteur d’un message de compassion sur Twitter à l’endroit de Mapon.

Puis, dans l’après-midi, l’ancien Premier ministre a eu des ressources physiques nécessaires pour pondre un communiqué, réclamant ses droits, donc de recouvrer ses immunités parlementaires, levées par le bureau du Sénat afin qu’il réponde en justice.

Dans un communiqué détaillé en 5 pages, l’homme à la cravate rouge formule en tout et pour tout, trois urgentes requêtes en rapport avec son Dossier judiciaire, évoquant ses trois premiers réquisitoires ainsi que le réquisitoire du 24 juin du Parquent Général près la Cour constitutionnelle sur «le dossier Zaïrianisation».

D’abord Matata veut recouvrer ses immunités. «J’entends recouvrer mes immunités levées précipitamment de façon incompréhensible par le Bureau du Sénat qui est allé au-delà -ULTRA PETITA- de la demande du Procureur Général dans son Réquisitoire du 24 juin 2021, d’autant plus que cela a été fait en violation flagrante de l’Article 217, alinéa 3 du Règlement Intérieur du Sénat qui dispose que: ‘Aucun Sénateur, en dehors des sessions, ne peut être arrêté qu’avec l’autorisation du Bureau du Sénat, sauf en cas de flagrant délit, de poursuites autorisées ou de condamnation définitive’», écrit le sénateur Matata.

Puis, il veut le classement sans suite de son dossier. «J’attends du Parquet Général, qu’en l’absence constatée d’éléments pouvant justifier mon inculpation, un classement sans suite du dossier», réclame Matata Ponyo. Et enfin, l’ancien Premier ministre veut être libre de tout mouvement. «J’entends recouvrer mes libertés de mouvement sans aucune restriction et ce, conformément à l’article 220, alinéa 1er du Règlement Intérieur du Sénat -Cfr article 109, alinéa 1er de la Constitution- qui dispose que: ‘Le Sénateur a le droit de circuler sans restriction ni entrave à l’intérieur du territoire national et d’en sortir’», revendique-t-il, avant de conclure: «A cet effet, j’attends la clôture du dossier par le Parquet Général suivi de la notification du Bureau du Sénat, de la même manière que le Président du Sénat l’a fait». Il y a peu, l’ancien Premier ministre a été assigné à résidence avant la levée de cette mesure.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer