Dossier à la UneNationPolitiqueTribune

RDC : L’appel de Badibanga en faveur des consultations nationales

Le Président Félix Tshisekedi peut compter sur Samy Badibanga, 1er vice-président du Sénat, pour les consultations nationales qu’il a décidé d’initier dans un avenir proche. Badibanga a lancé son appel au soutien de cette initiative présidentielle le week-end dernier à la faveur d’un point de presse, non sans en expliquer la quintessence et le bien-fondé dans le contexte de crise que traverse la RD-Congo présentement. De l’avis de l’ancien Premier ministre et personnalité de CACH ayant rang le plus élevé dans les institutions, hormis le Chef de l’Etat, soutenir les consultations, c’est faire preuve d’un sens élevé de responsabilité républicaine.

Il a ainsi appelé «toute personne éprise d’amour et de paix pour le pays» non seulement à encourager la tenue des consultations nationales, mais aussi à y participer si la demande lui est faite. Motif: ces assises constituent un moyen de conserver les chances de changement qualitatif de la gouvernance en RD-Congo surtout pendant cette période où le pays fait l’expérience de gestion post-alternance au sommet de l’Etat. «Il est loin du Président l’idée de construire des conditions d’une dictature comme certains tentent de le faire croire».

Ce sont les propos tenus par Samy Badibnga pour faire mentir toutes les personnes qui dénoncent des dérives dictatoriales dans les actions menées par le Président Tshisekedi depuis un certain temps. C’est «une pensée négative qui serait en contradiction avec la démarche menée jusqu’à ce jour pour l’instauration d’un Etat de droit et la démocratie participative», a soutenu le chef de file des Progressistes, prêchant que «l’ensemble des institutions, des politiques publiques, des accords ne sont que des moyens à la disposition des acteurs pour accomplir leur devoir sacré de servir le peuple. Quand on comprend cela, on peut alors intégrer l’autre corollaire, à savoir la nécessité d’évaluer l’efficacité de ces choix au regard des résultats obtenus».

Pour Badibanga, ces deux corollaires vont de pair. «L’action et la réflexion sont les deux paradigmes de la vie politique. Le Président Felix-Antoine Tshisekedi se devait de poser un regard critique sur sa propre action afin de l’évaluer au prorata de la satisfaction de la population.

Car le sens de son engagement est lié à la puissance et à l’efficacité des actions menées pour le peuple, ultime destinataire de l’action de bonne gouvernance. Il faut reconnaitre là les signes d’un grand homme d’Etat, qui refuse tout culte de la personnalité liée à l’auto satisfaction et qui accepte les résultats d’une analyse froide pour vaincre éventuellement les écueils dans sa gouvernance», a expliqué le 1er vice-président du Sénat, avant de rappeler qu’une des principales caractéristiques de la RD-Congo, depuis la nuit de temps, est la recherche permanente du consensus, lui ayant permis d’écrire ses plus belles pages d’histoire par le renoncement aux solutions particulières. «Si nous revisitons les grandes étapes de notre histoire, depuis l’accession du pays à l’indépendance jusqu’à ce jour, la recherche du consensus est une constante permanente.

Déjà, il a fallu une union sacrée pour sortir le pays de l’esclavage de la colonisation et obtenir la souveraineté nationale et internationale», a rappelé l’ancien PM, dégageant une sérénité légendaire.

Laurent OMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer