Dossier à la UneEcofinNation

RDC : La SCS et la mission économique belge tablent sur la Zone économique spéciale de Maluku

La Société de communication et service -CSC- en partenariat avec l’ambassade de la Belgique a organisé, jeudi 24 mars 2022 en son siège à Gombe, une matinée d’échanges autour des opportunités de la Zone économique spéciale de Maluku, entre les entreprises RD-congolaises œuvrant dans différents secteurs de la vie sociale et la délégation de la mission économique et commerciale belge séjournant à Kinshasa dans le cadre de la semaine belge.

Au cours desdits échanges, Jean Robert Isifua, chef d’entreprise SCS, a fait savoir que ce cadre se veut un rassemblement d’échanges d’idées pour préparer les investisseurs d’autres pays qui veulent investir en RD-Congo, afin qu’ils aient une idée, non seulement sur les forces mais aussi sur les faiblesses du secteur économique RD-congolais pour qu’ils travaillent aussi dans le sens de privilégier les intérêts de la RD-Congo.

Mettant autour d’une même table les hommes d’affaires RD-congolais et belges, l’activité dénommée «Business lunch» a essentiellement porté sur le thème: «Présentation de la Zone économique spéciale de Maluku: avantage et perspectives dans le cadre du plan de développement industriel de la RDC». Occasion pour Jean Robert Isifua de souligner que la vision ici est de se dire que va devenir la RD-Congo, sur le plan économique, au fil des années et comment est-ce que l’on peut anticiper car, a-t-il rappelé, gouverner se prévoir. 

«Nous avons créé un espace de discussions avec les investisseurs d’autres pays, pour leur faire comprendre davantage les réalités de notre marché économique, pour qu’ils en aient déjà une idée et qu’il ne se trouvent pas en difficulté», a-t-il déclaré à la presse. Et d’indiquer: «le choix porté sur la cité de Maluku se justifie dans la mesure où tout homme d’affaires ne refusera pas de sauter sur l’occasion qui se présente avec les opportunités en faveur de son entreprise dans cette cité.

«Les retombés de ces activités viendront nécessairement car, il s’agit en général des sociétés commerciales qui cherchent à investir en RD-Congo, car notre pays attire et est un facteur positif en ce qui concerne le monde des affaires puisque ceci n’est pas la première mission étrangère», a-t-il laissé entendre.

Rassurant les investisseurs de son accompagnement et ce, de son organisation dans le recrutement d’un personnel compétant, le représentant officiel de la SCS a signifié que son organisation joue son rôle naturel d’intermédiation. Concernant la présentation de la Zone économique spéciale de Maluku, ses avantages et perspectives dans le cadre du plan de développement industriel de la RD-Congo, Alexis Indenge, président du comité de direction de la Compagnie de gestion de Maluku -CGM-, a expliqué qu’une zone économique est un espace géographique qui bénéficie des avantages fiscaux, parafiscaux et deniers qui sont offerts aux incitants et aux entreprises qui viennent investir dans le pays, et avec le temps, il devient le poumon économique du pays, parce que le monde entier y vient.

«Dans le cas d’espèce, nous sommes en train de créer une ville semi-industrielle où l’on trouvera tant d’entreprises industrielles que commerciales. Les études ont pris fin depuis le mois de février et le début des travaux se planifie pour le mois d’avril. Le choix de la Zone de Maluku a été effectué lors de la présentation du plan de développement industriel de la RD-Congo par le ministre de l’Industrie en juillet 2021, il a divisé le pays en six axes de développement qui sont des axes économiques dont Maluku», a-t-il précisé.

Et de souligner: «la convention d’occupation est l’unique document qui donnera accès aux investisseurs et qui leur permettra de jouir de l’espace et tant d’autres avantages à investir dans ce coin de la RD-Congo». Le groupe Boloré, CFAO, les banques, les cabinets d’avocats, les jeunes entrepreneurs RD-congolais et tant d’autres entreprises ont participé à cette activité.

Parousia MAKANZU

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page