Dossier à la UneDossier spécial électionsPolitique

RDC : Chasse en meute contre le Cardinal

Dans un communiqué publié dimanche, l’abbé Georges Njila, secrétaire-chancelier du Cardinal, a regretté cette attitude irresponsable. «Nous mesurons et évaluons, sur tous les plans, ces actes que nous désapprouvons fermement ainsi que leurs conséquences», a-t-il écrit, remerciant la Police pour sa promptitude à disperser les assaillants…

La République Démocratique du Congo en avait pourtant des journées chaudes durant les précédentes désignations des anciens présidents de la Commission électorale nationale indépendante -CENI- ou pendant les manifestations pro-alternance. Mais il faut croire que le traitement réservé dimanche au Cardinal Fridolin Ambongo tiendra une place particulière dans son album de souvenirs. Si l’ambiance délétère

de ces dernières semaines et les attaques verbales hostiles reçues du Secrétaire général de l’UDPS, qui l’a cité nommément et pris à partie dans ses sorties publiques, n’ont pas dû le surprendre, il doit en revanche avoir peu apprécié les jets de projectiles à son Archevêché, à Lindonge, dans la commune de Limete, et les propos discourtois proférés contre lui par un groupe de jeunes sortis de nulle part et non autrement identifiés, l’accusant d’avoir politisé l’Église. Cette chasse en meute a été filmée. Ces individus se sont également rendus à la résidence du Cardinal Ambongo à la 12ème Rue Limete mais la Police est intervenue pour les disperser, ont rapporté les médias.

Dans un communiqué publié dimanche, l’abbé Georges Njila, secrétaire-chancelier du Cardinal, a regretté cette attitude irresponsable. «Nous mesurons et évaluons, sur tous les plans, ces actes que nous désapprouvons fermement ainsi que leurs conséquences», a écrit l’abbé, remerciant la Police pour sa promptitude à disperser les assaillants. La semaine dernière, Human Rights Watch -HRW- a appelé à diligenter «des enquêtes urgentes …sur les cas de menaces, discours incitant à la haine, la violence, la discrimination et l’hostilité qui se multiplient sur les plateformes numériques, et portent atteinte à la dignité, la cohésion et la paix sociales». HRW a également invité «les autorités à faire cesser les messages incendiaires et hostiles prononcés publiquement par des individus connus à visage découvert». Ces derniers jours, le Cardinal Ambongo a tenu des jugés discours critiques contre les dirigeants politiques et l’Église catholique, comme l’Église du Christ au Congo -ECC-, a rejeté la désignation de Dénis Kadima Kazadi à la tête de la CENI.

Dans la foulée, Mgr Marcel Utembi, président de la plateforme des Confessions religieuses habilitées à désigner le principal animateur de la Centrale électorale, cité par les médias, a laissé entendre que jeeps et argent ont été proposés aux chefs des confessions religieuses pour accepter un des candidats contestés.

YA KAKESA

Articles similaires

Fermer
Fermer