Dossier à la UneNationSécurité

RDC: Ces 25 officiers supérieurs futurs chefs d’état-major

Ils sont 21, issus de la Force terrestre, 1 de la Force navale, 1 de la Force aérienne, 1 de la PNC et 1 du Corps de protection des parcs. Ces récipiendaires ont suivi 7 mois de formation leur permettant d’exercer des hautes fonctions d’état-major ainsi que des fonctions de commandement opérationnel

Les brevets de fin de formation ont été décernés par le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, lundi 26 juillet au Groupement des Écoles supérieures militaires de Kinshasa, aux 25 officiers supérieurs des Forces armées de la République démocratique du Congo -FARDC- et de la Police nationale congolaise -PNC- issus de la première promotion de l’Ecole de guerre de Kinshasa -EGK. Lesdits lauréats sont 21, issus de la Force terrestre, 1 de la Force navale, 1 de la Force aérienne, 1 de la PNC et 1 du Corps de protection des parcs.

Ces récipiendaires ont suivi 7 mois de formation leur permettant d’exercer des hautes fonctions d’état-major ainsi que des fonctions de commandement opérationnels. A cette occasion, les différents orateurs ont relevé le haut niveau de la formation au sein de l’EGK dans les différentes prises de parole ayant précédé la remise des brevets aux lauréats par le commandement suprême des FARDC et de la PNC, le Président Tshisekedi. 

Pour sa part, le Chef d’Etat-major général des FARDC, le Général d’armées Mbala Munsense, a remercié la France qui a participé de manière significative dans la conception, la planification et la mise en œuvre de l’EGK. «La mise sur pied de l’Ecole de guerre de Kinshasa est pour les FARDC, une expression claire de la quête de l’excellence voulue par le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo», a-t-il déclaré.

L’ambassadeur de France en RD-Congo, François Pujolas, a, au nom de son pays, salué l’aboutissement de ce projet monté avec l’appui de son pays en évoquant les 3 piliers qui sous-tendent la coopération entre la RD-Congo et la France. Le diplomate français a évoqué notamment le renforcement du partenariat global entre les deux pays; la modernisation des FARDC et des forces de sécurité de la RD-Congo et de la préparation en vue du départ progressif de la MONUSCO.

De son côté, le Directeur général de l’EGK a indiqué que les récipiendaires ont développé, entre autres des méthodes d’organisation des états-majors; la capacité à travailler sous contrôle; la connaissance des armées afin d’exercer des fonctions d’Etat-major et du commandement opérationnel. Pour le Conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de sécurité, François Beya Kasonga, parrain de la première promotion de l’EGK baptisée «Promotion Etienne Tshisekedi Wa Mulumba», la RD-Congo attend beaucoup de ces officiers supérieurs surtout en cette période d’état de siège décrété dans deux provinces de l’Est du pays, à savoir: l’Ituri et le Nord-Kivu. «La discipline, l’engagement, la loyauté, la fidélité envers le Chef de l’Etat, le courage et le sens de l’honneur sont des valeurs que vous devez intérioriser», a recommandé François Beya aux lauréats.

Clôturant l’année académique 2021, le ministre de la Défense nationale, Gilbert Kabanda Kurhenga, a remercié le Président Tshisekedi pour la création de l’Ecole de guerre de Kinshasa, une institution à vocation régionale qui participe à la montée en puissance des FARDC. Une structure qui répond valablement au besoin du pays en cette période où le pays se prépare à envoyer plusieurs officiers supérieurs en retraite après des loyaux services rendus à la nation au sein des forces de défense et sécurité. L’EGK a été lancée le 5 janvier dernier par le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo comme une école de haut niveau de la troisième catégorie des écoles de l’enseignement supérieur militaire. Sa création a figuré en toutes lettres dans la déclaration conjointe de mai 2019 à l’occasion de la visite en RD-Congo de Jean-Yves Ledrian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de France.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Fermer
Fermer