Dossier à la UneDossier spécial électionsPolitique

Présidentielle 2023: Katumbi montre l’exemple, il prêche une campagne rassérénée

«Malgré les faiblesses observées et plusieurs fois dénoncées, je tiens à saluer l’attitude de la CENI et de la Cour constitutionnelle, pour le traitement équitable des candidatures à l’élection présidentielle. Je les exhorte à garder la même attitude jusqu’à la fin du processus électoral en vue de redorer l’image de notre pays», a-t-il déclaré

Son cœur a parlé, vociférant la vérité en lieu et place des critiques acerbes et stériles. Il n’a pas craché sur le processus électoral, au contraire, l’honnêteté intellectuelle et l’amour pour sa patrie ont caractérisé son discours sur le processus électoral en cours à l’occasion de la publication de la liste définitive de 26 candidats à la présidentielle de 20 décembre 2023. Moïse Katumbi Chapwe, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a opté un ton réconciliant, privilégiant l’unité et la cohésion nationale, tout en renouvelant sa confiance dans les institutions du pays impliquées dans le règlement et l’organisation des élections. Candidat Président de la République parmi les 26, il a donné de la voix pour fixer l’opinion sur sa position et sa compréhension du processus électoral à quelques jours seulement du lancement de la campagne électorale. Il s’est focalisé sur l’organisation des scrutins combinés le 20 décembre prochain.

«Malgré les faiblesses observées et plusieurs fois dénoncées, je tiens à saluer l’attitude de la CENI et de la Cour constitutionnelle, pour le traitement équitable des candidatures à l’élection présidentielle. Je les exhorte à garder la même attitude jusqu’à la fin du processus électoral en vue de redorer l’image de notre pays», a-t-il recommandé. Moïse Katumbi n’a pas manqué à dire un mot avec des termes aimables à l’endroit de ses challengers à la prochaine présidentielle.

«Chers compatriotes, j’aimerais féliciter les autres candidats à l’élection présidentielle pour la sélection de leurs candidatures et leur rappeler que nous sommes tous filles et fils de ce pays. Nous ne sommes pas d’ennemis, mais simplement des adversaires politiques. Les élections ne peuvent et ne doivent pas être à la base des divisions, mais plutôt la confirmation de notre maturité politique en tant que filles et fils d’une même Nation», a souligné l’ancien gouverneur du Katanga.

Et d’ajouter: «j’en appelle donc à la cohésion et à l’unité nationales si chèrement acquises et qui sont mises à mal par des antivaleurs notamment le tribalisme et le népotisme. Nous nous devons tous de sensibiliser nos équipes de campagne et nos militants au respect mutuel et aux échanges constructifs pour le bien de notre pays. Par ailleurs, je demanderais à tous les candidats de s’impliquer dans le processus électoral afin que la vérité des urnes soit respectée et observée par tous».

Selon lui, le temps est arrivé pour, entre autres mettre un terme à l’insécurité et aux tueries surtout dans la partie Est de la République; répartir équitablement les richesses du pays et de dissiper la misère de la population; mettre fin à la gabegie financière, aux détournements, à la corruption et au tribalisme; couper court à l’instrumentalisation de la justice; doter la République d’une administration efficace, d’une armée républicaine, professionnelle et dissuasive et d’une police au service des citoyens; restaurer l’autorité de l’Etat et améliorer les conditions socio-économiques des RD-Congolais. «Je suis convaincu que notre détermination de sortir de ces conditions de vie qui se dégradent continuellement, va conforter notre énergie, notre sens de responsabilité et notre maturité pour mettre fin à la gouvernance chaotique qui nous est imposée», a-t-il promis.

Puis: «Il est temps de rendre la dignité aux RD-Congolaises et RD-Congolais. Le beau temps est arrivé, il est à notre portée. Mon combat est l’instauration de la démocratie et d’un Etat de droit où il fera bon vivre». Ce n’est pas fini, Katumbi garde une pensée pieuse pour les anciens Présidents de la République qui ont passé aux commandes de la RD-Congo depuis son accession à l’indépendance.

«S’inspirant de certains enseignements de nos illustres disparus, j’ai cité le premier Président Joseph Kasa-Vubu, le Président Joseph-Désiré Mobutu, le Président Laurent-Désiré Kabila et le Premier ministre Patrice-Emery Lumumba, je soutiendrais qu’il est temps d’écrire ensemble notre propre histoire, une histoire de gloire, de dignité et non d’injustice. Ils nous ont appris notamment à privilégier l’intégrité et l’honnêteté; l’unité, la concorde et la cohésion nationale; la dignité du peuple RD-congolais; l’auto-prise en charge du peuple et le combat pour la liberté», a-t-il dit. Avec un tel discours, le climat sera apaisé tout au long de la campagne électorale.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page