Dossier à la UnePolitique

Premier ministre du Rassemblement: comment l’abbé Nshole fait mentir l’UDPS

Les interviews contradictoires du porte-parole de la CENCO et du conseiller juridique de Tshisekedi, Me Peter Kazadi
Télescopage! Samedi 11 février 2017, Me Peter Kazadi, conseiller juridique du président de l’UDPS, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, décédé le 1er février à Bruxelles, a accordé une interview au site actualite.cd. Le même jour, l’abbé Donatien Nshole, porte-parole de la Conférence épiscopale du Congo -CENCO- s’est confié au même média en ligne. Le sujet est le même: la mise en œuvre de l’Accord de la Saint Sylvestre.
La relecture minutieuse de ces deux entretiens, avec les confidences glissées à l’intervieweur par les deux interviewés fait apparaitre une grande contradiction. Notamment au sujet du nom du futur Premier ministre que Tshisekedi aurait transmis, quelques heures avant son voyage pour Bruxelles dont il ne reviendra plus, aux évêques de la CENCO, conformément à l’Accord du 31 décembre.
A en croire Peter Kazadi, Tshisekedi avait laissé le nom du futur Premier ministre aux évêques avant son voyage à Bruxelles. «Avant son départ, il avait reçu les membres de la CENCO à qui il avait remis le nom du Premier ministre du Rassemblement conformément à l’accord», a laissé entendre le conseiller juridique du sphinx, affirmant que les composantes du Rassemblement avaient laissé à l’UDPS le soin de proposer le Premier ministre.
Prié de dire s’il est vrai que Tshisekedi aurait communiqué aux évêques le nom de celui qui sera nommé Premier ministre, l’abbé Nshole, porte-parole de la CENCO, a eu cette réponse: «Avant son voyage, nous étions allés le rencontrer mais il n’était pas question de cela».
L’intervieweur a beau insister sur les confirmations du conseiller juridique de l’UDPS, Nshole est resté catégorique. «Il faut peut-être se demander à qui l’information a été confiée. A mon niveau, je ne suis pas encore informé. Je ne suis qu’un porte-parole», a tranché l’abbé, qui avait été aperçu à la dernière rencontre entre les prélats et Tshisekedi.
Pas besoin d’un dessin pour comprendre que Nshole a fait mentir l’UDPS et tous les autres cadres du Rassemblement qui ont évoqué la transmission du nom du Premier ministre à la CENCO. Reste à savoir à qui donc profite le mensonge entretenu par certains cadres de l’UDPS et du Rassemblement qui passent leur temps à propager des faux bruits et inoculer l’intoxication dans l’opinion.
Qu’est-ce que la CENCO fait du nom du candidat Premier ministre lui laissé par Tshisekedi?
Avant son départ pour des soins médicaux en Belgique, Etienne Tshisekedi avait communiqué aux évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO- le nom du candidat Premier ministre, a affirmé ce samedi 11 février 2017 à «Actualite.cd» Peter Kazadi, conseiller juridique d’Etienne Tshisekedi. «Actualite.cd» a questionné l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général intérimaire de la Conférence épiscopale nationale du Congo, au sujet de la suite réservée au processus de médiation après la mort de Tshisekedi le 1er février dernier à Bruxelles. Interview.
Avez-vous suspendu les discussions de façon officielle jusqu’à l’enterrement d’Etienne Tshisekedi?
Oui. Il y avait deux tendances. D’une part, on insistait sur la nécessité de poursuivre les discussions; d’autre part, on voulait qu’on accélère. Mais la médiation a décidé de continuer avec des contacts mais pas aussi ostensiblement ou aussi officiellement que ça l’était avant, afin de respecter ce moment de deuil.
Que dit l’évaluation faite après le contact entre le Rassemblement et la MP, à propos des questions qui freinent encore?
Les divergences persistent, surtout au niveau du mode de désignation d’un nouveau Premier ministre.
Tshisekedi aurait communiqué aux évêques le nom de celui qui sera nommé Premier ministre. Est-ce vrai?
Avant son voyage, nous étions allés le rencontrer mais il n’était pas question de cela.
Un conseiller juridique nous l’a pourtant confirmé. Qu’en est-il?
Il faut peut-être se demander à qui l’information a été confiée. A mon niveau, je ne suis pas encore informé. Je ne suis qu’un porte-parole.
Concernant le poste de CNSA, sera-t-il occupé par le prochain président du Rassemblement?
J’ai lu l’accord, mais je ne veux pas me lancer dans la polémique. Ce sont les parties prenantes qui ont signé l’accord. Et vous êtes intellectuel, lisez et vous allez vous faire une idée.
Partagez-vous l’avis d’une frange de l’Opposition qui souhaite l’application de l’accord avant l’enterrement de Tshisekedi?
Je ne voudrais pas entrer dans ce débat. Ça dépend du point de vue de chacun. Donc, je ne veux pas m’en mêler.
Pour la CENCO, les travaux se poursuivent-ils de façon officieuse?
Les contacts se poursuivent entre la CENCO et les parties prenantes. La nation est en deuil. Celui qui est mort est considéré comme un héros. Il faut que sa mémoire soit honorée.
De quoi était-il question dans vos discussions avec Didier Reynders à Bruxelles?
Il voulait être mis au courant du niveau où on en était avec la médiation et échanger par rapport à la mise en œuvre de l’accord.
Stanys BUJAKERA
Actualite.cd
Page 5 A
DOSSIER
Peter Kazadi: «Tshisekedi avait laissé le nom du futur Premier ministre aux évêques avant son voyage»
Le conseiller juridique d’Etienne Tshisekedi, Peter Kazadi, a affirmé ce samedi 11 février 2017 que le président du conseil des sages du Rassemblement, Etienne Tshisekedi, avait laissé aux évêques le nom du candidat Premier ministre conformément à l’Accord du 31 décembre avant son départ à Bruxelles pour des soins. Selon Peter Kazadi, c’est un membre de l’UDPS que Tshisekedi a proposé à ce poste. Ce dernier précise cependant: «le peuple RD-congolais veut voir l’Accord de la Saint Sylvestre appliqué avant la mise en terre de Tshisekedi. Sinon nous resterons debout. Et nous finirons par le faire appliquer jusqu’à sa dernière lettre». Interview.
Etienne Tshisekedi, avait-il laissé le nom d’une personne pour le poste de Premier ministre?
Bien-sûr que oui. Avant son départ, il avait reçu les membres de la CENCO à qui il avait remis le nom du Premier ministre du Rassemblement conformément à l’accord. L’accord donne le privilège au Rassemblement de présenter non pas un candidat mais un Premier ministre. Il oblige Joseph Kabila de nommer le Premier ministre du Rassemblement conformément à la Constitution. Mais depuis le décès de Tshisekedi, la MP réitère sa décision en réclamant plusieurs propositions pour la Primature… C’est juste de la mauvaise foi. Mais nous n’allons pas céder. L’accord est clair. Nous avons convenus que le Rassemblement propose un Premier ministre. Les normes fixées par Etienne Tshisekedi rentrent dans son testament politique et nous n’allons pas changer cela.
Est-ce un membre de l’UDPS qui a été proposé?
Bien-sûr! Les composantes du Rassemblement avaient laissé à l’UDPS le soin de proposer le Premier ministre.
Peut-on savoir de qui il s’agit?
Il appartient aux évêques de révéler le nom de celui qui a été désigné par le président du parti. Même si je le connaissais, je ne vous le dirais pas.
Entre temps, c’est le temps qui passe…
Oui, mais bientôt nous appellerons la population à s’assumer. Nous avons déjà fait beaucoup de concessions pour laisser Kabila à la tête du pays au-delà du 19 décembre. Le peuple RD-congolais est décidé à ne pas voir le régime dictatorial diriger le pays. Et vous verrez bientôt comment la tension va monter.
En exigeant la mise en place du gouvernement issu de l’Accord du 31 décembre avant le rapatriement de la dépouille de Tshisekedi, n’êtes-vous pas en train de «marchander» le corps de Tshisekedi?
Lorsqu’on avait conclu cet accord, savait-on que Tshisekedi mourrait quelques jours après pour que nous marchandions son corps en faveur de cet accord? Nous ne le savions pas. C’est juste la continuité du combat de Tshisekedi. Il s’est battu pour cet accord. Alors faire appliquer cet accord avant qu’on l’enterre sera une façon de l’honorer. Il pourra aller se reposer en paix, sachant qu’il a mené un bon combat en nous laissant sur la voie de la démocratie.
Dans une hypothèse contraire, que se passerait-il?
Au cas contraire, nous continuerons à nous battre. Le corps de Tshisekedi restera le plus longtemps possible tant que nous n’aurons pas eu gain de cause en rapport avec le testament politique qu’il nous a laissé. Le peuple RD-congolais veut voir l’Accord de la Saint Sylvestre appliqué avant la mise en terre de Tshisekedi. Sinon nous resterons debout. Et nous finirons par le faire appliquer jusqu’à sa dernière lettre.
Certains cadres de la MP demandent que la question relative au poste CNSA soit rediscutée. Quelle est votre réaction?
De quoi rediscuterons-nous, puisque l’accord est déjà clair? Ce poste est réservé au président du conseil des sages du Rassemblement. On n’a pas mentionné le nom de Tshisekedi là-bas. Nous avons dit que nous n’allons pas rediscuter du testament politique que notre président Tshisekedi nous a laissé.

Stanys BUJAKERA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer