Dossier à la UnePolitique

Menace de la fièvre jaune: Matata et la Primature dans leur coin!

Pendant que la majeure partie de la population kinoise est en danger à cause de la pénurie du vaccin, seul le personnel politique et administratif de la Primature a, conformément à une circulaire du directeur de cabinet José Sele, prié à aller vite se faire vacciner à l’Hôpital général de référence de Kinshasa
Au lieu de trouver des solutions à la pénurie des vaccins contre la fièvre jaune dont se plaint le ministre de la Santé publique pour l’intérêt général, la Primature opère dans son coin et s’intéresse exclusivement à son personnel. Pire: l’avis du cabinet du Premier ministre, daté du 24 mai 2016, est antérieur à la campagne de vaccination initiée le 26 mai dans 7 zones de santé du Kongo central et dans deux zones de santé de la capitale, à Masina et ND’jili. On récence déjà 48 cas sur le sol RD-congolais dont principalement le Kongo central et Kinshasa. 44 cas d’entre eux ont été classés comme importés de l’Angola.
Indignation. Le mot ne traduit peut-être pas ce que l’on ressent exactement lorsque la vie des millions des populations RD-congolaises est en danger, alors que le Premier ministre, lui, est préoccupé à sauver avant tout son personnel afin, avise-t-on, d’éviter «des effets négatifs sur le bon fonctionnement des activités». Le communiqué officiel signé le 24 mai par son directeur de cabinet, José Sele Yalaghuli, uniquement réservé à la Primature, fait jaser! Mieux, il révolte. La question de la vie des millions des RD-Congolais devait être une priorité pour l’Exécutif et le Chef du Gouvernement. Mais à lire le communiqué en facsimilé, c’est tout le contraire. Deux jours avant le lancement de la campagne de vaccination contre la fièvre jaune dans quelques zones de santé du Kongo Central et de la périphérie Est de Kinshasa par le ministre Kabange Numbi, Matata Ponyo, visiblement informé beaucoup plus tôt sur la pénurie des vaccins, a préféré tout d’abord mettre son personnel à l’abri. «…A cet effet, pour éviter toute éventuelle contamination qui pourrait avoir des effets négatifs sur le bon fonctionnement des activités, il est demandé à tous les membres du Cabinet ainsi qu’aux cadres et agents de l’Administration de prendre toutes les dispositions utiles pour se faire vacciner au niveau du service de la quarantaine à l’Hôpital général de référence de Kinshasa -ex Maman Yemo», dit le communiqué officiel publié le 24 mai par le directeur de cabinet du Premier ministre. C’est du chacun pour soi, Dieu pour tous! Et les membres des familles du personnel de la Primature habitant Kinshasa? Et le sort des millions des compatriotes qui n’ont ni l’information, ni le moyen de se rendre au «service de quarantaine» pour se faire vacciner? Cela ne semble pas du tout une urgence pour le Premier ministre malgré les 48 cas déclarés positifs par l’Institut national de recherche biomédicale -INRB- et l’Institut Pasteur de Dakar -IPD. Etonnant pour plus d’un RD-Congolais, surtout quand on se rappelle que ce denier temps, le Premier ministre passe pour un champion en communication publique. Une semaine ne se passe plus sans qu’on ne lise dans la presse, un très long communiqué dans lequel Matata tente de se justifier soit de s’attaquer contre ceux qu’il soupçonne de conspirer contre lui. Mais pour un cas aussi grave que la santé publique, on préfère uniquement la Primature comme champ de communication. Abordé sur cette question, le ministre de la Santé publique Félix Kabange reconnaît la pénurie des vaccins est affirme avoir lancé la campagne dans 9 zones de santé frontalières dans le Kongo central et à Kinshasa, dans les communes de Masina et N’Djili. Et le sort des habitants de 22 autres communes restantes? Ils doivent prier! Ceux d’entre eux qui travaillent à la Primature ont au moins eu la chance d’être immunisés contre le virus parce que l’accès au vaccin leur a été garanti. Désormais, tout l’espoir repose sur l’Organisation mondiale de la santé -OMS-, déjà débordée par les cas angolais et ougandais, pour ne citer que ceux-ci.
HMK
 COMMUNIQU2

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer