Dossier à la UneSantéSociété

RDC : Mboso réalise un grand coup. Il arrache la fin de la grève et la reprise du travail à l’Hôpital général de référence de Kinshasa

La crise qui secouait l’Hôpital général provincial de référence de la ville de Kinshasa -HGPRK-, ex-Mama Yemo, vient d’être décantée, grâce à l’implication significative de l’Assemblée nationale au travers des élus de Kinshasa. Le président de la Chambre basse Christophe Mboso a réussi un grand coup en obtenant de toutes les parties prenantes au conflit, à savoir le ministère de la Santé publique et l’Hôtel de ville de Kinshasa, la levée de la grève et la reprise des activités dès ce vendredi.

La concertation autour du président de l’Assemblée nationale entre le caucus des élus nationaux de la capitale, le ministre de la Santé publique, le gouverneur de la ville de Kinshasa a permis le dénouement de cette crise. En fait, il a été décidé de la reprise du travail sous la supervision d’un nouveau comité de gestion qui sera nommé en concertation entre le ministre de la Santé, Eteni Longondo, et le chef de l’Exécutif provincial, Gentiny Ngobila. Après tractations sur la gestion de l’Ex-Mama Yemo, l’Assemblée nationale a réussi à remettre de l’ordre en facilitant aux violons de s’accorder entre les deux parties prenantes à la crise créée sur la gestion de cette formation médicale.

Selon le député Eliezer Ntambwe, le nœud du problème réside sur les termes – sous tutelle- et -sous l’autorité de. A l’entendre, l’élu de la Lukunga à Kinshasa soutient qu’il appartient au législateur de trouver la réponse à la question des textes sur les deux expressions qui prêtent à confusion. En attendant ce travail du Parlement, le bureau de l’Assemblée nationale a jugé utile de marteler sur la reprise du travail à l’Ex-Mama Yemo en vue de sauver des vies humaines.

Il convient de souligner que la crise qui secoue l’HGPRK a pratiquement paralysé toutes les activités. Le ministère de la Santé publique et la ville de Kinshasa se dispute la gestion de cette institution hospitalière. Voilà qui a poussé l’Assemblée nationale à s’impliquer pour sauver les malades et le fonctionnement normal de cette formation médicale.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer