Dossier à la UneNationSociété

Kinshasa: Sama annonce la réhabilitation de la nationale n°1

«Les petits charrois pourraient passer dans les 24 heures. Mais pour les grands charrois, il va nous falloir des travaux de génie civil qui peuvent prendre 3 ou 4 jours avant de revoir la route être rouverte et permettre qu’on puisse avoir des nouvelles liaisons entre Kinshasa et Matadi, ici sur ce site de Mitendi», a déclaré le Premier ministre

Aussitôt informé de la situation dramatique survenue après la pluie torrentielle qui s’est abattue sur la ville de Kinshasa le mardi 13 décembre 2022, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, est descendu urgemment sur le terrain pour une évaluation des dégâts causés afin d’envisager sans tarder des mesures appropriées surtout pour le cas de plusieurs morts sortis des décombres après éboulement dans un quartier résidentiel.

A la tête d’une forte délégation gouvernementale, composée des ministres des Infrastructures et Travaux publics; des Affaires sociales et Actions humanitaires; de la Santé et du Genre, Famille et Enfants et en présence du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila et du commissaire provincial de la Police, Sylvano Kasongo, le chef du gouvernement central a immédiatement partagé la douleur avec les familles des victimes de ce drame. Il a annoncé, sur-le-champ, le début des travaux de remblaiement et de réhabilitation de la RN1 menant vers Matadi, coupée en deux dans sa partie comprise entre le quartier Matadi Mayo et Mitendi, dans la commune de Mont-Ngafula. 

«Ici, nous sommes sur l’un des premiers sites. La route qui mène vers Matadi a été coupée, à la suite d’une érosion subite. Il nous fallait d’abord venir pour évaluer les dégâts. Le premier dégât que nous sommes venus évaluer, c’est d’abord, les dégâts humains», a fait savoir le Premier ministre, disant que «nous sommes au regret de constater que l’érosion a emporté quelques résidences». Puis: «Nous avons une indication qu’il y a près d’une vingtaine de morts. Nous continuons les recherches dans les décombres pour en savoir plus et établir le dernier bilan. C’est le premier bilan que nous sommes venus faire. C’est d’abord le bilan humain. Et apporter, avec tous les secteurs avec lesquels nous nous sommes déplacés, notamment les ministères des Affaires sociales, de la Santé, du Genre et Famille, et voir comment apporter notre réconfort à ces familles qui ont été malheureusement fauchées et touchées. C’est le premier bilan».

Puis encore: «Le deuxième bilan, c’est celui au niveau des infrastructures. Pour voir exactement, au niveau de la route, parce que c’est une route principale de desserte pour la ville de Kinshasa. Il faudra voir comment pallier en termes d’intervention d’urgence».

Touché dans son for intérieur, Sama Lukonde s’est vite assumé. «A mon arrivée ici, comme vous avez pu déjà voir, les travaux de remblaiement ont déjà démarré de manière à ce que très vite, nous puissions avoir en retour, la route avec, pour commencer les petits véhicules, les petits charrois. Ensuite, nous allons faire un travail de plus grande envergure. Les petits charrois pourraient passer dans les 24 heures. Mais pour les grands charrois, il va nous falloir des travaux de génie civil qui peuvent prendre 3 ou 4 jours avant de revoir la route être rouverte et permettre qu’on puisse avoir des nouvelles liaisons entre Kinshasa et Matadi, ici sur ce site de Mitendi», a annoncé à la presse le Premier ministre.

Au vu de l’ampleur des dégâts humain et matériel, Sama Lukonde a prodigué des conseils aux populations riveraines, les appelant à éviter de faire des constructions anarchiques. «Bien sûr, une sensibilisation encore une fois de plus à la population. Sensibilisation que nous faisons généralement aussi avec la ville de Kinshasa que nous faisons avec le gouverneur sur les zones non aedificandi, où on ne devrait pas avoir des constructions. Et, c’est lorsque nous avons malheureusement ces constructions anarchiques que nous subissons ces types de revers qui posent énormément de dégâts. Tout un travail est fait. Le rapport établi pour que tous les jours nous puissions travailler sur ces zones justement non aedificandi et que nous puissions rétablir l’ordre pour préserver cette ville de Kinshasa qui est la capitale et qui nous est chère. C’est ce message que nous sommes venus apporter», a-t-il ajouté.

Après l’étape de Mont-Ngafula, le Premier ministre Sama Lukonde s’est rendu dans d’autres coins de la ville de Kinshasa où l’on signale également des dégâts matériels importants et des pertes en vies humaines dus, entre autres aux inondations et à l’électrocution. «Nous avons d’autres sites où, malheureusement, nous avons d’autres victimes humaines que nous allons visiter avant de pouvoir faire un bilan général non seulement au niveau des infrastructures, mais aussi au niveau de la desserte en électricité. Parce que sur l’un des sites, notamment celui de Funa, nous avons une sous-station où nous avons effectivement des indications en termes de dégâts sur des infrastructures de l’électricité. Donc, nous allons faire cet effort de sorte que nous puissions avoir des solutions très rapidement. Et donc un bilan sera donné en fin de journée, tant en termes de perte en vies humaines, des infrastructures, qu’en termes d’actions urgentes qui vont être menées», a conclu Sama Lukonde.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page