Dossier à la UnePolitique

Kin-kiey force l’admiration de Boshab!

Kin-kiey
«Monsieur le ministre, vous êtes un homme qui a toujours osé. Eh bien, le Gouvernement et la Nation ont besoin de cette énergie. Continuez ce travail d’évaluation de la production législative. La Nation et l’Histoire vous seront reconnaissantes», congratule le représentant du PM, Evariste Boshab, au ministre des Relations avec le Parlement à la faveur de la clôture de l’atelier de présentation et de validation du rapport d’étude de la conformité des édits provinciaux à la Constitution
Vice-premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, ancien speaker de la chambre basse du Parlement, ancien directeur de cabinet du Chef de l’Etat et ancien secrétaire général du premier parti de la Majorité présidentielle, Evariste Boshab Mabudj est réputé avare des compliments. L’entendre faire parler son cœur à l’endroit de Tryphon Kin-kiey a étonné plus d’un! Mais ceux qui suivent le gouvernement avec beaucoup d’attention savent que Kin-kiey, Boshab et Mende forment un trio qui donne des insomnies aux détracteurs du Président Kabila et de sa Majorité.
Ils sont de toutes les batailles et toujours en première ligne de front, cela, peu importe les conditions. Si Kin-kiey a du patienter tout un quinquennat plein -2006 à 2011- avant de se voir attribué le ministère des Postes et télécommunications, il n’en est pas moins de Boshab qui, après son départ du Cabinet du Président de la République a du faire preuve de beaucoup de patience pour être rappelé aux affaires. Mais à aucun moment les deux personnalités n’ont été ébranlées dans leur foi kabiliste. Fidèles, ils le sont restés jusqu’à ce jour.
Une fois rappelés aux affaires, ils servent avec la même énergie, la même détermination…la même fidélité jusqu’au point que certains analystes se demandent aujourd’hui à quoi ressemblerait un gouvernement sans ces deux ministres auxquels il faut ajouter celui des Médias et communication, Lambert Mende.   
Du 14 au 18 décembre 2015, des experts venus des ministères, entreprises publiques, provinces… appuyés par ceux du PNUD ont passés au scanner les 163 édits produits par toutes les Assemblées provinciales depuis 2007 jusqu’à ce jour. L’atelier ouvert à l’Hôtel du gouvernement devant le représentant du PM s’est en suite poursuivi au cercle Elaïs avant d’être clôturé au bâtiment du gouvernement. Au menu, deux discours magistraux. Celui du ministre des Relations avec le Parlement et celui du VPM en charge de l’Intérieur et Sécurité.
Purement technique, Tryphon Kin-kiey a présenté toute la production des Assemblées provinciales et sa conformité à la Constitution. Sur 163 édits, 133 ont été déclarés conformes à la Constitution. A lui seul, le Kasaï Oriental d’Alphonse Ngoyi Kasanji en a produit 35 contre 6 seulement pour le Bandundu qui occupe donc la queue du classement. Pire, sur les 6 édits produits par le Bandundu, 4 seulement ont été déclarés conformes à la Constitution. Dans le classement d’édits en déphasage avec la Constitution, trône la Province Orientale avec 9 édits non conformes sur 14 produits depuis 2007. Toutes les conditions étaient donc réunies pour un petit mélange entre technicité et politique.
Et la politique, il en a été question dans le discours du VPM. «Le tableau que vous venez de peindre prouve le faible niveau de productivité des nos Assemblées provinciales, soit une moyenne de 2 édits par an…», commente Boshab. Et d’ajouter: «Monsieur le ministre, vous êtes un homme qui a toujours osé. Eh bien, le Gouvernement et la Nation ont besoin de cette énergie. Continuez ce travail d’évaluation de la production législative. La Nation et l’histoire vous seront reconnaissantes». Il s’agit de la toute première étude de ce genre. Une fière chandelle à KKM promet d’en faire plus dans les jours à venir. Pour l’heure, le rapport de l’étude transmis au Gouvernement devra être envoyé à la Cour constitutionnelle pour le retrait des édits non conformes.
HMK              

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer