Dossier à la UnePolitique

Katumbi remet ça dans une nouvelle interview à la presse

Honorable Moise Katumbi, vous avez été reçu par le président Tshisekedi quelques semaines jours après le conclave de l’opposition à Genval. Qu’est-ce que vous vous êtes dit?
Je suis venu avant tout féliciter le président Tshisekedi, président du Rassemblement de l’Opposition. C’est la première fois dans l’histoire de notre pays que l’Opposition est unie. L’élection présidentielle doit être convoquée vers le 17 ou le 19 septembre et le président Kabila doit partir après le 19 décembre 2016. Je suis venu voir le président Tshisekedi parce qu’il a lutté toute sa vie pour le multipartisme dans notre pays. Et rentre bientôt à Kinshasa. Je serai peut-être là avant son arrivée pour l’accueillir à Kinshasa si on ne voyage pas ensemble. Tout dépendra de mes médecins. Mais je demande à la population RD-congolaise de venir accueillir massivement le président du Rassemblement, le président Etienne Tshisekedi.
Vous voulez vous rendre à Kinshasa pour le meeting du président Tshisekedi le 31 juillet. Mais vous avez des ennuis avec la justice RD-congolaise. Vous avez été condamné à 3 ans de prison dans une affaire de spoliation. Il y a également cette histoire de recrutement de mercenaires. Etes-vous aujourd’hui en position de rentrer et rester libre si vous mettez les pieds à Kinshasa?
Ce sont de faux dossiers. Ce qu’ils sont en train de faire c’est injuste. Je vais rentrer au pays, ma conscience est tranquille. La maison que Moise Katumbi a spoliée à Lubumbashi n’est même pas ma propriété. C’est la maison de mon grand-frère, où j’ai grandi. Je demande à ces juges-là d’être très prudents. A l’avènement de l’Etat de droit, ils seront poursuivis. C’est pour cela que le Rassemblement a été créé. Nous devons accompagner le président Tshisekedi parce qu’il n’y a plus de justice dans notre pays. La justice est morte chez nous. Je vais rentrer au pays, j’irai voir mes frères RD-congolais et je n’ai pas peur. On ne va pas intimider Moïse Katumbi comme ça. Je pense qu’ils se sont trompés de cible. Je suis déterminé, je vais rentrer au pays et je n’ai rien à craindre puisque ce sont de faux dossiers.
Kinshasa et la Communauté internationale sont d’accord qu’il est impossible d’organiser les élections en 2016. Il n’y a pas d’argent, pas de révision du fichier électoral. Le gouvernement va lancer l’opération d’enrôlement des électeurs le 28 juillet. Pensez-vous qu’il vaut mieux les mauvaises élections en 2016 ou pas d’élections en 2016?
Il y aura élection. La CENI doit convoquer l’élection présidentielle qui ne nécessite qu’une seule circonscription. Et on peut bien enrôler tout le monde pendant les 3 mois. C’est pour cela que je demande à tout peuple RD-congolais d’être très vigilant parce qu’il n’y aura pas un jour de plus ou une minute de plus pour le président Kabila après le 19 décembre. Tout est possible, on peut organiser les élections. Si la Majorité croit qu’elle a retardé les élections pour que le président Kabila reste au pouvoir, elle se trompe. La population RD-congolaise va récupérer le pouvoir qu’elle a donné au président Kabila. Avec le retour du président Tshisekedi, il y aura des marches pacifiques. Je voudrais que tout le peuple RD-congolais soit ce jour-là à l’aéroport à pied, à vélo, pour aller accueillir le président du Rassemblement.
Vous avez évoqué le problème de santé, vous avez dit qu’il y a eu tentative d’empoisonnement, les policiers vous ont agressé avec le seringue. Vous comptez organiser des poursuites judiciaires contre ceux qui ont tenté de vous empoisonner?
Pas pour l’instant étant donné qu’il n’y a pas une justice. Je le ferai quand il y aura un Etat de droit et c’est pour bientôt. La roue est en train de tourner.
Il y a des sanctions que les Etats-Unis ont prises, il y a la liste de 28 RD-Congolais. Pensez-vous que l’heure soit la bienvenue?
Je crois que c’est le meilleur moment. La population RD-congolaise est très pacifique. On a tué des gens au mois de janvier 2015. On continue à tuer et à arrêter les gens arbitrairement. Les jeunes de LUCHA et de Filimbi, les opposants politiques comme Jean-Claude Muyambo et les autres. Nous, l’Opposition, nous ne sommes pas armés. Ce que nous demandons, ce sont des sanctions contre tous ces inciviques-là. Quand il y aura la vraie justice, ils seront jugés et ils ont peur de ça.
Le 19 septembre est la date qu’on attend pour Corneille Nangaa puisse convoquer l’élection présidentielle. Si à cette date rien n’est fait, que préconiserez Moise Katumbi et le Rassemblement?
Le 19 septembre, le président de la CENI, Corneille Nangaa, est obligé, c’est une obligation, de convoquer l’élection présidentielle. Si elle ne le fait pas, on va manifester pacifiquement ensemble avec la population. On va dire au revoir Monsieur le président, au revoir à toutes les autorités politiques et je demande ce matin aussi que la population doit savoir dire chaque jour au revoir messieurs les ministres, au revoir monsieur le président, c’est fini 5+5=10 et ce n’est pas 10.5 ou 10.8.
Nous voulons savoir comment va votre état de santé, allez-vous adhérer aux résolutions de Genval puisqu’on ne vous a pas vu dans la salle? Allez-vous participer au dialogue selon la Résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’ONU?
Moise Katumbi est en bonne santé. Je dois revoir de temps en temps, une fois par semaine, les médecins. J’ai été agressé, vous avez suivi les images. On voulait me tuer par nos propres dirigeants, qui tuent leurs propres enfants. Donc, tous les RD-Congolais ont vu ce qui s’est passé. Je condamne fermement ça. Je soutiens la résolution 2277 parce qu’elle prévoit l’élection présidentielle dans les délais constitutionnels. Concernant le Rassemblement, je suis venu dire bonjour et féliciter le président Tshisekedi. N’eut été les ennuis avec la justice ou les soins en Angleterre, je serais ici. Toute l’Opposition est réunie au sein du Rassemblement de l’opposition. C’est la première fois dans l’histoire de notre pays. Nous devons être fiers de ce rassemblement parce que le changement viendra de là.
Le 13 juillet, vous serez aux Etats-Unis, qu’est-ce que vous en dites?
J’entreprends une tournée. Après l’Europe, je me rends aux Etats-Unis et dans d’autres pays pour expliquer que l’Opposition est aujourd’hui rassemblée autour du président Tshisekedi, les RD-Congolais ont compris que l’union fait la force.
Et la question d’une candidature commune et unique à la présidentielle, pensez-vous que ce n’est pas une actualité?
Le plus important aujourd’hui, c’est le Rassemblement de l’Opposition, le retour du président Tshisekedi à Kinshasa et la tournée que le président Tshisekedi va faire chez nous dans tout le pays. Je crois que le président Tshisekedi, qui condamne la mauvaise gouvernance, ira jusqu’à Beni pour voir ce qui s’y passe.
Quel est votre message au peuple RD-congolais?
Il y a une seule chose: dire au revoir au président Kabila dont le mandat est presqu’arrive à terme. Il y a une vie après la présidence de la République. Moise Katumbi était gouverneur, j’avais démissionné. Il y a eu une vie après ma démission. Donc le président Kabila doit sortir par la grande porte. Et le peuple RD-congolais doit regarder ce qui se passe dans notre pays, resté très vigilant avec un seul message et une seule chose: «au revoir monsieur le président, merci pour les deux mandats, au revoir, au revoir, au revoir! Merci beaucoup!»
Interview retranscrite par Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer