Dossier à la UneEcofinNation

ISC/K: Jules Alingete vante les réalisations de l’IGF

«Les menaces et opportunités de la lutte contre la corruption en RD-Congo», tel est le thème abordé lors de la conférence de presse organisée le lundi 14 aout 2023 à l’Institut supérieur de commerce de Kinshasa -ISC/K. Cette activité a connu la présence de Jules Alingete et Edson Niyonsaba, respectivement Inspecteur général des Finances – chef de service et Directeur général de cet institut supérieur.

Dans sa prise de parole, Edson Niyonsaba, le numéro 1 de cet établissement universitaire, a remercié l’IGF pour la marque de considération manifestée en venant partager l’expérience approuvée de ce service dans la lutte contre la corruption. Parlant des faits stylisés de la corruption, le DG de l’ISC/K a déroulé chiffre à l’appui les contours de la corruption et son impact dans la gestion de personnel.

«L’Institut supérieur de commerce est une grande vitrine pour le reste de la République démocratique du Congo. Nous pensons que la présence de l’Inspecteur général des Finances – chef de service de l’IGF, dans notre milieu va permettre de répercuter dans les coins et recoins du pays les efforts fournis dans la lutte contre la corruption, seul gage d’avoir un Congo plus beau qu’avant», a indiqué Edson Niyonsaba.

Ce dernier a affirmé que l’ISC/K s’inscrit dans la droite ligne de la lutte contre la corruption, en matérialisant les recommandations du ministère de tutelle, qui a fait de la lutte contre les antivaleurs son cheval de bataille. Dans sa brillante intervention, Jules Alingete, associé dans cette séance académique, s’est appesanti sur les expériences de l’Inspection générale des Finances dans la lutte contre la corruption et le détournement des deniers publics en RD-Congo.

«La corruption est un bienfait à court terme. Vous n’échapperez pas aux conséquences de la corruption et à sa malédiction. La corruption nous rattrape tous à un moment donné de notre histoire. Je considère, pour ma part, que la corruption la plus éhontée est le fait de voir un adulte se faire corrompre par un enfant», a indiqué le numéro 1 de l’IGF.

Il a également démontré comment tous les organes de contrôle étaient anesthésiés et les pertes que subissaient l’Etat RD-congolais dans la traçabilité de la dépense publique. Après le jeu de questions-réponses, plusieurs recommandations ont été formulées dont la prise en charge de la conscience collective pour la lutte contre la corruption, gage du développement.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page