Dossier à la UnePolitique

Les indélicatesses du diplomate-facilitateur Edem Kodjo

Drapé dans un boubou blanc immaculé, signe de paix, le facilitateur
Edem Kodjo n’a pas boudé son plaisir de voir les chefs des
composantes, notamment Néhémie Mwilanya pour la Majorité
présidentielle, Vital Kamerhe pour l’Opposition, Marie-Madeleine
Kalala pour la Société civile et Azarias Ruberwa pour les
personnalités, apposer, mardi 18 octobre 2016 à la Cité de l’Union
Africaine, leurs signatures sur l’accord politique à la faveur de la
clôture du dialogue ouvert le 1er septembre.
Un atterrissage qui a mis
toutes les composantes d’accord, hormis la Conférence épiscopale
nationale du Congo -CENCO- et le Rassemblement.
S’il a salué la Majorité présidentielle et, surtout, l’Opposition au
dialogue pour avoir «su résister face à des menaces à peine voilées»
et l’aboutissement de «cette longue marche», les diplomates a
également péché par ses indélicatesses et propos discourtois à
l’endroit du Rassemblement des forces acquises au changement, qui
l’avait récusé.
Devant les envoyés de l’ONU, l’UA, la CEAC, la SADEC et la CIRGL, il
est passé à l’attaque en raillant le Rassemblement pour sa «récusation
infondée», «rendue vaine» par le soutien de l’Union Africaine et de la
Communauté internationale, rappelant l’accord signé avec l’UDPS le 26
mars 2016 à Paris, évoquant embûches, injures, calomnie et «un pays
envahi de docteurs qui font des mauvaises prescriptions de l’histoire
mouvementée du Congo».
Une attitude qu’Adam Bombole, membre du Rassemblement, a déplorée en
ces termes sur son compte Twitter: «E. Kodjo, méprisant, arrogant, pas
à la hauteur diplomate, profite de la clôture pour injurier une frange
importante des congolais».
D’autres ont déploré la partialité du facilitateur, rappelant Kodjo à
la déontologie des diplomates.
AFN

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer