Dossier à la UneNationSondage

RDC : Covid-19, arrestation de Kamerhe, déchéance de Mabunda …, ces événements ayant marqué 2020

Selon l’institut de sondage «Les points», quelques grands évènements politiques ont aussi marqué l’année 2020. Il s’agit entre autres de la déchéance du Bureau de l’Assemblée nationale en date du 10 décembre 2020 avec la majorité parlementaire qui a voté pour la destitution du bureau dans lequel elle était majoritaire. Ensuite, la condamnation de Vital Kamerhe à 20 ans de prison. Arrêté le 8 avril 2020, l’ex-président de l’Assemblée nationale, allié et surtout Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, a été condamné le 20 juin 2020 à une peine principale de 20 ans de travaux forcés au terme d’un procès anti-corruption sans précédent.

Le Président national de l’UNC a été reconnu coupable du «détournement de deniers publics portant sur le montant de USD 48.831 millions» avec son principal co-accusé, l’entrepreneur libanais Jammal Samih, 79 ans. Autre fait de l’année, la fin de la coalition FCC-CACH. «Félix Tshisekedi a présenté, dimanche 6 décembre 2020, un discours très attendu dans lequel il a dévoilé les conclusions des consultations politiques qu’il a menées avec l’objectif de sortir de la crise politique provoquée par les tensions qui l’opposaient à son partenaire de la coalition, le Front commun pour le Congo, Joseph Kabila.

Après une longue énumération des points de convergence qui ont émergé au cours de ces trois semaines de consultations, qui se sont déroulées du 02 au 25 novembre, qu’il s’agisse de la lutte contre l’impunité, l’insécurité et la corruption, de la nécessité de réformes électorales ou encore de la perspective d’un recensement national, Félix Tshisekedi a dressé le constat d’échec de la coalition au pouvoir », note Les Points.

La première participation du sénateur à vie Joseph Kabila à la plénière du Sénat a aussi fait le buzz au pays. Pour Les Points, le sénateur Joseph Kabila a créé un grand événement politique en participant, pour la première fois depuis son départ du Palais de la Nation, à une séance plénière au Sénat. C’était le 15 septembre dernier. A l’en croire, ce qui a volé la vedette à la visite du Président de la République du Congo, Denis Sassou Ngouesso à Kinshasa et à d’autres activités politiques de l’époque.

Enfin, l’annonce du 1er cas de Covid-19 en RD-Congo a également créé la terreur au pays. C’était le 10 mars, alors qu’il n’y a pas encore de cas de Covid-19, un premier cas est identifié à Kinshasa par l’Institut national de recherche biomédicale -INRB. Le Ministre de la Santé, Eteni Longondo, confirme, lors d’un point de presse, qu’il s’agit d’un RD-congolais de 52 ans revenant de France. La RD-Congo devient ainsi le 11ème pays d’Afrique à être touché par cette pandémie. La peur frappe la population. Neuf jours plus tard, le Président Félix Tshisekedi annonce la suspension de tous les vols en provenance de pays à risque, et la fermeture de toutes les écoles et universités du pays. Le 24 mars dans la soirée, il décrète l’état d’urgence et le confinement de la capitale Kinshasa.

OK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer