Dossier à la UneNationSécuritéSociété

Etat de siège: bilan d’étape

«Je me félicite des résultats à mi-parcours par rapport à l’état de siège… La capacité de nuisance des forces négatives a été sensiblement réduite et nous sommes déterminés à les poursuivre jusqu’à leur dernier retranchement», a fait savoir Félix-Antoine Tshisekedi, en mission dans l’Est pour évaluer la situation sécuritaire et humanitaire à Goma  

Un mois s’est écoulé depuis le lancement de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. L’heure est au bilan d’étape. La question a été au centre des préoccupations le week-end. D’abord évoquée au Conseil des ministres du vendredi 11 juin, le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo y est revenu au cours de ses points de presse à Kinshasa le samedi 12 juin et à Goma le dimanche 13 juin, se félicitant des résultats à mi-parcours et promettant de ne rien lâcher tant que la paix et la sécurité ne seraient pas totalement rétablies dans les deux provinces. Le Chef de l’Etat a fait le déplacement de Goma pour réconforter les populations victimes de l’éruption volcanique du 12 mai dernier et donner les orientations supplémentaires après l’évaluation des opérations avec les gouverneurs militaires du Nord-Kivu et de l’Ituri. Décryptage de ce coup double.

A la faveur d’une conférence de presse animée le dimanche 13 juin en sa résidence de Goma, le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a révélé l’objet de sa mission dans les deux provinces en état de siège: réconforter les populations de Goma, victimes de l’éruption volcanique, mais également faire l’évaluation des opérations sécuritaires dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. «Après avoir piloté à distance la gestion de la catastrophe naturelle du 22 mai dernier, je suis venu réconforter la population de Goma, l’écouter et lui dire que l’Etat ne l’oublie pas», a déclaré le Chef de l’Etat dès l’ouverture de sa conférence de presse, précisant à cet effet: «je me rendrai aussi à Beni et en Ituri en vue d’évaluer l’avancée de l’état de siège».

Sur cette question de l’état de siège, le Président de la République, en sa qualité de Commandant suprême des forces armées, s’est félicité des résultats à mi-parcours. «La capacité de nuisance des forces négatives a été sensiblement réduite et nous sommes déterminés à les poursuivre jusqu’à leur dernier retranchement», a-t-il promis, se proposant de donner «des orientations supplémentaires à l’issue de l’évaluation qui sera faite avec les deux gouverneurs militaires du Nord-Kivu et de l’Ituri».

Dans le même ordre d’idées, Félix-Antoine Tshisekedi a annoncé qu’il va se rendre également en Ituri pour faire l’évaluation des opérations militaires dans cette province mais aussi pour rencontrer, à la frontière ougando-RD-congolaise de Kasindi, son homologue Yoweri Kaguta Museveni dans le cadre du projet de la route devant relier Kampala et Goma en passant par Kasindi et Rutshuru. L’accord y relatif a déjà été signé par les gouvernements des deux pays et il ne reste que le lancement des travaux par le gouvernement ougandais.

«Cette route contribuera aussi à la recherche et la consolidation de la paix et à l’éradication  des groupes armés», a martelé le Président Tshisekedi. Les propos du Chef de l’Etat sont venus corroborer ceux du ministre de la Communication et des médias et porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya Katembwe qui, au cours d’un point de presse conjoint avec le porte-parole des FARDC, le Général Richard Kasonga, et celui de la PNC, le colonel Pierrot Mwanamputu, la semaine passée, avait fait un bilan reluisant de l’état de siège dans les deux provinces.

Le bilan reluisant

Muyaya a fait part des exploits réalisés 30 jours après l’état de siège, évoquant l’intensification des opérations en Ituri contre les terroristes ADF, les groupes armés CODECO, FPIC et leurs alliés. Selon lui, 39 terroristes et miliciens ont été neutralisés et plusieurs armes récupérées. Il y a eu également la reprise des activités économiques et la réouverture des écoles, marchés et commerces.

Au Nord-Kivu, 35 rebelles ont été neutralisés dont 14 étrangers et 70 collaborateurs des miliciens appréhendés. A ce jour, tous les sanctuaires des ADF sont passés sous contrôle des FARDC et consolidés lors de l’état de siège. Parmi ces sanctuaires figurent notamment, la vallée de Mwalika dans l’axe sud, Mayangose dans l’axe centre, le triangle de la mort dans l’axe nord. A cela s’ajoute, toute la partie Ouest de la route nationale numéro 4-RN4-, Beni-Oicha vers Mandumbi, Maleki, Mamove. On a noté en outre la libération de 26 élèves enlevés, un hôpital militaire de campagne est en train d’être déployé avec une unité de génie militaire pour l’entretien des infrastructures.

Lors du Conseil des ministres du vendredi 11 juin, présidé par le Premier ministre Sama Lukonde, le ministre de la Défense nationale est revenu également sur les exploits des FARDC dans le rétablissement de l’autorité de l’Etat dans les deux provinces en état de siège, où les rebelles enregistrent du jour au jour des défaites lourdes. Il y a de quoi se réjouir.

Compassion envers les Gomatraciens

Au sujet de la catastrophe naturelle de Nyiragongo, le Chef de l’État a salué la chaîne de solidarité qui s’est organisée pour venir en aide aux déplacés, remerciant les différents donateurs dont le Président Uhuru Kenyatta du Kenya, les humanitaires et autres personnes de bonne volonté. C’est ici le lieu indiqué pour Félix-Antoine Tshisekedi de s’atteler à l’évaluation des besoins d’assistance pour les déplacés ayant retourné à Goma, les sans-abris et voir comment leur apporter des solutions appropriées.

Quant à l’option évoquée par certains pour la délocalisation de la ville de Goma, le chef de l’Etat a affirmé que celle-ci n’est pas immédiate. On se souvient que le prof. volcanologue Ongenganda de l’Université de Kinshasa, dans une interview accordée à AfricaNews, avait déclaré que «ce n’est pas le moment de délocaliser la ville de Goma. Le volcan Nyiragongo fait la beauté et la richesse de cette ville».

Selon ce volcanologue, en France, les populations vivent à côté du volcan la Soufrière qui cause aussi des dégâts mais n’ont jamais été délocalisées. Concernant la menace d’explosion du gaz méthane du lac Kivu, le Chef de l’Etat a rassuré que le dégazage dudit lac Kivu est une priorité du gouvernement.

Paix mais aussi développement

Avant de clore sa conférence de presse, Félix Tshisekedi a présenté le Dr Andrew Forrest, entrepreneur australien et patron de la firme FMG engagée à matérialiser le projet Grand Inga dans la province du Kongo central à l’Ouest de la RD-Congo. En présentant son projet, Forrest a fait savoir que le Grand Inga apportera une nouvelle croissance exponentielle pour la RD-Congo.

Ce projet va créer, non seulement des emplois, mais aussi apporter une solution au réchauffement climatique avec l’hydrogène vert produit à partir de l’eau du fleuve Congo. «Mon engagement envers le Président de la République  Felix-Antoine Tshisekedi, la  RD-Congo et sa population est de développer Inga en respectant les normes environnementales», a promis Dr Andrew Forrest.

C’est en compagnie de la première dame, la distinguée Denise Nyakeru Tshisekedi que le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo est arrivé en début de soirée le samedi 12 juin à Goma. Soit 3 semaines après l’éruption volcanique de Nyragongo. Question d’exprimer sa compassion envers la population touchée par cette calamité naturelle et apporter du réconfort à 17 000 personnes aujourd’hui sans abris. Mais aussi évaluer la situation de l’état de siège. Le Chef de l’Etat a honoré sa promesse de se rendre à Goma.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer