Dossier à la Une

Le dossier Kalamba coïnce Félix

Félix Tshisekedi et l’UDPS se retrouvent coincés dans le dossier Kalamba dont le remplacement au poste de rapporteur de la CENI est de plus en plus sollicité par sa famille politique. Pour obtenir gain de cause dans ce dossier, le nouveau boss de la fille aînée de l’opposition est dans l’obligation de finir le processus de réconciliation, entamé au lendemain de son élection, avec les députés UDPS, rejetés par le parti depuis 2011 pour avoir refusé d’obtempérer à la décision d’Etienne Tshisekedi leur interdisant de siéger à l’Assemblée nationale.
 
Dans sa démarche de vouloir remplacer Jean-Pierre Kalamba au poste de rapporteur de la Commission électorale nationale indépendante -CENI-, Félix Tshisekedi Tshilombo, président de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-, est loin d’obtenir gain de cause en dépit de l’ultimatum, fixé au 10 mai, accordé au président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, dans sa correspondance du 4 mai. Dans cette correspondance, Fatshi a sollicité le remplacement de Jean-Pierre Kalamba, délégué de l’UDPS à la CENI, par Bertin Tshisekedi. Ça s’appelle mettre la charrue devant les bœufs quand on sait que le remplacement de Kalamba ne peut s’obtenir par le canal du président de l’Assemblée nationale… plutôt par l’entremise des députés du groupe parlementaire UDPS et alliés dont la plupart ne sont plus en odeur de sainteté avec Limete pour avoir désobéi à Etienne Tshisekedi, alors président de l’UDPS, qui leur avait interdit de siéger. Rejetés par leur famille politique, ces députés se présentent aujourd’hui comme l’inéluctable voie pour le remplacement de Kalamba. Fatshi, qui au lendemain de son élection à la tête de l’UDPS a entrepris une démarche de réconciliation visant à faire revenir ces mêmes députés à la maison, se retrouve dans l’obligation de finir cette procédure avant de passer à autre chose. Ce, parce que le président de l’Assemblée nationale a pour collaborateurs directs les groupes parlementaires et non les partis politiques. Félix Tshisekedi et l’UDPS se retrouvent aujourd’hui dos au mur et obligés de recourir à une institution qu’elle a toujours qualifiée d’illégitime pour changer Kalamba. Sans quoi Kalamba va continuer à occuper son poste.
Robert Nkumu, le frustré
Certaines indiscrétions laissent croire que Fatshi, de plus en plus, tombe dans le piège d’un député UDPS qui, donnant l’impression de jouer à son profit, est motivé à obtenir l’éviction du SG reconduit Jean-Marc Kabund.
Par ailleurs, Robert Nkumu, qui a sollicité depuis janvier 2017 d’occuper le poste de rapporteur de la CENI en remplacement de Kalamba, s’estime frustré de ne pas être le choix du nouveau boss de l’UDPS. Sans nul doute, la frustration de Nkumu tire ses origines à une suite non concluant réservée à sa note technique, adressée à Etienne Tshisekedi le 2 janvier 2017, ainsi qu’à sa lettre de candidature au poste de rapporteur de la CENI, destinée au SG Jean-Marc Kabund datant du 16 janvier de la même année.
Soutenu par certains cadres du parti, Nkumu tient à voir clair à ce sujet et veut à ce que la course à ce poste soit ouverte à toutes les compétences du parti. Il estime personnellement avoir des compétences requises pour devenir le nouveau délégué de l’UDPS au sein de la CENI pour avoir été l’adjoint d’Alexis Mutanda, dans la Commission électorale permanente du parti -CEP.

Laurent OMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer