Dossier à la UneEcofinNation

Budget 2021 : Lokondo fustige l’absence de l’enveloppe électorale

«La provision financière annuelle pour l’organisation des élections évitera au gouvernement des improvisations incertaines pour boucler correctement le budget, et pour une meilleure et souveraine organisation des élections», a plaidé l’élu de Mbandaka

Il est toujours à la tribune de l’Assemblée nationale pour éclairer l’opinion, sonner l’alerte ou encore attirer l’attention de ses collègues députés à chaque fois qu’un projet de loi, une interpellation ou une motion sont inscrits à l’ordre du jour de la plénière. Il est compté parmi les têtes pensantes de la chambre basse du Parlement RD-congolais au vu de la pertinence de ses interventions.

Lui, c’est Henri Thomas Lokondo Yoka, élu de Mbandaka, membre du Front commun pour le Congo -FCC- et cadre du Groupe de 13 personnalités -G13-, engagés dans le lobbying pour les réformes électorales profondes avant la tenue de prochains scrutins en RD-Congo en 2023. En cette perspective, Henri Thomas Lokondo a donné de la voix concernant le projet de loi budgétaire exercice 2021 déposé par le gouvernement à l’Assemblée nationale. Il s’est focalisé sur la part réservée à l’organisation de futures élections.

Malheureusement, pour lui, cette part a été carrément oubliée dans le projet de loi financière du gouvernement. Pour cela, il interpelle non seulement l’autorité budgétaire qu’est le Parlement mais également le gouvernement de la République chargé de l’élaboration et de l’exécution de projet de loi budgétaire de l’Etat. C’est ainsi que parmi ses remarques faites sur ce projet, Henri Thomas Lokondo a invité le gouvernement à prévoir une provision significative dans le budget pour les élections prévues en décembre 2023.

Une situation qui, selon lui, aura des conséquences sur l’organisation de ces élections. «La provision financière annuelle pour l’organisation des élections évitera au gouvernement des improvisations incertaines pour boucler correctement le budget, et pour une meilleure et souveraine organisation des élections», a martelé l’élu de Mbandaka. Il s’est exprimé, samedi 14 novembre 2020 pendant la plénière, lorsque les 16 groupes parlementaires de l’Assemblée nationale et les non-inscrits ont soulevé des préoccupations des députés concernant l’examen du projet de loi des finances de l’exercice 2021.

Ici, Henri Thomas Lokondo a tenu d’abord à féliciter le gouvernement pour ce projet de loi de finances qui lui paraît «sincère par rapport à l’ancien budget qui était irréaliste et utopique», attirant l’attention du gouvernement sur le fait que le budget se fait dans une période où l’économie est en récession.

«En raison de la pandémie du Covid-19 qui anticipe des effets néfastes sur tous les domaines de la vie, il faut éviter le saupoudrage des moyens, et consacrer le peu des moyens prévus dans les secteurs productifs, afin d’inciter un effet d’entraînement positif sur les autres secteurs de la vie nationale», a-t-il souligné.

Puis, il a proposé aussi la réduction sensible du train de vie de l’État…, insistant sur la «qualité des dépenses publiques pour ne pas tomber dans une espèce de gestion propagandiste improductive…». L’élu de Mbandaka a conclu solennellement son intervention en précisant que «si la crise politique actuelle n’est pas résolue, il y aura aucun investissement interne ou externe important et que les recettes de l’État attendues risqueraient de s’amenuiser et compromettraient la marche de la République».

Chiffré à USD 6,884 milliards, le projet de loi budgétaire de l’Etat exercice 2021 présenté par le Premier ministre Ilunga Ilunkamba à l’Assemblée nationale a été jugé recevable et envoyé à la Commission économique et financière -ECOFIN- pour toilettage.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer