Dossier à la UnePolitique

Biac: les Blattner, Losembe et 23 sociétés traqués

La faillite de la BIAC est en train de virer à un tsunami susceptible, d’une part, de conduire les Blattner, les membres du Conseil d’administration et leurs associés en prison et, d’autre part, de déboucher sur la saisie des avoirs de 23 sociétés du Groupe Blattner dont le gouverneur de la Banque Centrale du Congo a transmis la liste au Procureur général de la République
Une plainte de la Banque centrale du Congo transmise le 30 mai au Procureur général de la République vise les Blattner, actionnaires majoritaires de la BIAC, le président du Conseil d’administration Salanville, six administrateurs, l’ancien directeur général Michel Losembe et 23 sociétés du groupe Blattner. Pour le gouverneur de la BCC, Deogratias Mutombo, l’implication personnelle du PGR dans le dossier BIAC est sollicitée pour, d’une part, de l’ouverture urgente d’une action judiciaire et, d’autre part, des mesures conservatoires visant la mise sous séquestre des biens et avoirs des concernés ainsi que ceux de leurs sociétés apparentées.
La Banque centrale du Congo -BCC- a fait part de sa crainte pour le sort de 400.000 épargnants et adressé le 30 mai une plainte au Procureur général de la République Flory Kabange Numbi, visant Elwyn Blattner, l’administrateur représentant de l’actionnaire majoritaire SOFIA SA, et l’administrateur Michael Blattner-, le directeur général viré et président du comité de direction Michel Losembe, le président du Conseil d’administration Charles Sanlaville, le directeur Robert Melotte et les administrateurs Blaise Mbatshi et Edouard Mambu Ma Khenzu. Le gouverneur de la BCC Deogratias Mutombo a motivé sa plainte par la violation de la Loi n°003/2002 du 2 février 2002 relative à l’activité et au contrôle des établissements de crédit. «La Banque centrale du Congo dénonce, à charge de ces personnes, des actes de mégestion ayant suscité la banqueroute de la BIAC, avec pour conséquence, la dilapidation de l’épargne du public collectée au sein de cet établissement bancaire», a souligné le gouverneur Deogratias Mutombo. Et d’insister: «ces faits méritent des sanctions pénales au regard des articles 27, 79, 80 et 85 de la loi bancaire susmentionnée, sans préjudice des poursuites pour d’autres infractions de droit commun, du genre escroquerie, abus de confiance vis-à-vis des épargnants, faux et usage de faux en écritures».
Le gouv’ Mutombo est allé plus loin en demandant la saisie des avoirs de 23 sociétés du groupe Blattner. Dans le lot, la compagnie aérienne d’aviation -CAA-, COBRA, SAFRICAS, SIFORCO, Compagnie financière du Congo -CFC-, Centre médical de la Mongala -CMM-, SODEXMINES, etc. Les Blattner sont donc soupçonnés d’avoir financé leurs affaires privées avec l’argent des épargnants.
Pour le gouverneur de la BCC, l’implication personnelle du PGR dans le dossier BIAC est sollicitée pour, d’une part, de l’ouverture urgente d’une action judiciaire et, d’autre part, des mesures conservatoires visant la mise sous séquestre des biens et avoirs des concernés ainsi que ceux de leurs sociétés apparentées. «Ces actions favoriseraient la protection de l’épargne du public ainsi que la mise hors d’état de nuire de ces personnes», a-t-il souhaité. Un tsunami en perspective tant l’empire des Blattner touche presque tous les secteurs et emploie des milliers de compatriotes.
Natine K.
BCC 2 BCC 3 BCC 1

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer